Mon âme a soif de Toi ! - Hozana
Jean Marie

Jean Marie dans Soli Deo

3 décembre 2019

Mon âme a soif de Toi !

Mon âme a soif de Toi !


Mardi, 1ère semaine de l'Avent, année A

“Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.Sur lui reposera l'esprit du Seigneur:esprit de sagesse et de discernement,esprit de conseil et de force,

esprit de connaissance et de crainte du Seigneur qui lui inspirera la crainte du Seigneur.”

Comme il est beau, chers amis, de lire cette prophétie d'Isaïe!

Comme il est beau de voir comment, dès les temps anciens, les prophètes annonçaient le Sauveur!

Et comme il est beau de voir comment la prophétie d'Isaïe, vient se fondre avec l'Evangile que nous lirons plus loin.

Oui, chers amis, le Père, dans sa bienveillance, a préparé pour nous des temps qu'Isaïe dépeint pour nous comme en avant goût:

“Le loup habitera avec l'agneau,le léopard se couchera près du chevreau,le veau et le lionceau seront nourris ensemble,un petit garçon les conduira.La vache et l'ourse auront même pâture,leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage.Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra; sur le trou de la vipère, l'enfant étendra la main.Il n'y aura plus de mal ni de corruption

sur toute ma montagne sainte;car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.”

L'Esprit de Seigneur, fait tout cela, il est en mesure de convertir tout ce qu'il y a de haines dans notre monde, en bienveillance, douceur, joie, bonté paix!

Le Père nous envoie son Fils pour convertir nos coeurs, pour en enlever la racine du mal.

C'est tout le travail auquel nous sommes invités à collaborer, travail de discernement notamment en ce temps de préparation à Noël.

“Père, Seigneur du ciel et de la terre,je proclame ta louange:ce que tu as caché aux sages et aux savants,tu l'as révélé aux tout-petits.Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bienveillance.Tout m'a été remis par mon Père.Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père;et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.”

Les apôtres viennent de recevoir l'Esprit, rendent grâce pour le travail en eux de cet Esprit, et le Seigneur Jésus, rend grâce à Dieu d'avoir ainsi révélé les mystères cachés jusque là à ses apôtres et ceux vers qui ils furent envoyés.

Grâce à l'Esprit qu'ils ont reçu, ils connaissent le Père.

Il nous faut non plus envisager ce terme connaître dans une perspective de connaissance, mais il nous faut l'envisager dans sa signification Johannique,c'est à dire cette connaissance amoureuse, qui naît de cette relation d'amour qui nous lie au Père.

Thérèse d'Avila insiste sur le peu de cas que nous faisons de la connaissance de notre âme, de l'Hôte qui y séjourne, du prix inestimable de cet âme, autant de points sur lesquels, regrette-t-elle, nous réfléchissons peu!

Et le moyen de parvenir à cette connaissance, c'est d'expérimenter les bienfaits du Seigneur pour notre âme, les grâces qu'ils daigne nous accorder dans sa Miséricorde.

Et ce n'est point par une connaissance intellectuelle que nous parvenons à cette connaissance, mais c'est en descendant au plus secret de notre âme, au plus secret de notre château intérieur, dans le silence et la paix.

c'est dans ce dialogue de l'äme avec son Seigneur, que l'on parvient, jour après jour, à en découvrir tous les mystères cachés.

C'est dans ce dialogue d'amour entre le Bien-aimé et sa bien-aimée, que jour après jour, se voient révélés, les mystère cachés de ce Dieu d'Amour qui se fait offrande amoureuse à sa bien aimée.

“Majesté souveraine,

Eternelle Sagesse,

Bonté si bonne pour mon âme,

-Toi, Dieu, Altesse, Être unique, Bonté -

Vois mon extrême bassesse,

Moi qui te chante aujourd'hui mon amour.

Que veux-tu faire de moi?”


Tout au long de cet Avent, laissons nous séduire par notre Epoux Divin.


Préparons pour Lui, le plus doux des logis, afin que sur notre coeur, il puisse reposer, dans la Paix, quand viendra pour Lui, le jour de venir établir en nous sa demeure!

Dans cette attente, portons également la sainte Eglise Catholique comme nous y invite le Saint Père François, tout au long de ce temps de l'Avent.


“-Âme, que veux tu de moi?

-Mon Dieu, rien de moins que te voir.

-Et que crains tu le Plus de toi?

-Ce que je crains le plus: te perdre.”


Amen!




 





Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6