« Par quelle autorité fais-tu cela ? »

« Par quelle autorité fais-tu cela ? »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là, Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu'il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s'approchèrent de lui et demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t'a donné cette autorité ? » Jésus leur répliqua : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela : Le baptême de Jean, d'où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va nous dire : “Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole ?” Si nous disons : “Des hommes”, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. » Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Il leur dit à son tour : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela. » (Mt 21, 23-27)

Par quelle autorité ?

Le Nouveau Testament l'affirme fortement : la « Bonne Nouvelle », c'est Jésus lui-même… et n'importe quel humain à sa suite. Il semble bien établi qu'à son époque, les prophètes avaient disparu : aucune parole n'était crédible, venant assurément de Dieu. Alors parut Jésus. Tout son corps parlait de Dieu. Son être était parole divine donnant du poids à tout être humain. Ses paroles étaient des actes de libération et ses actes des paroles libératrices. Afin que l'autorité ne soit plus jamais écrasante, Jésus s'adresse à l'individu seul : « Toi, suis-moi ! » Or, on constate dans les textes que l'« autorisation » reçue par chaque disciple au sein d'une relation personnalisée le pousse rapidement à « autoriser » à son tour d'autres personnes. N'en est-il pas de même dans l'accompagnement, professionnel ou spontané ? Dès qu'une personne retrouve la parole, redevient auteur de sa vie, elle se sent souvent envoyée vers d'autres personnes pour les « autoriser » à en faire autant – à parler avec autorité, à prendre leur place, à devenir vivantes.


Lytta Basset


Lytta Basset est pasteur à Genève et professeur de théologie à l'université de Lausanne.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT