Dans les jours du Fils de l'homme

Dans les jours du Fils de l'homme

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme cela s’est passé dans les jours de Noé, ainsi en sera-til dans les jours du Fils de l’homme. On mangeait, on buvait, on prenait femme, on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche et où survint le déluge qui les fit tous périr. Il en était de même dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; mais le jour où Loth sortit de Sodome, du ciel tomba une pluie de feu et de soufre qui les fit tous périr ; cela se passera de la même manière le jour où le Fils de l’homme se révélera. En ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et aura ses affaires dans sa maison, qu’il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière. Rappelez-vous la femme de Loth. Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera. Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l’une sera prise, l’autre laissée. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l’une sera prise, l’autre laissée. » Prenant alors la parole, les disciples lui demandèrent : « Où donc, Seigneur ? » Il leur répondit : « Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. » 
(Lc 17, 26-37)

 


Qui perd sa vie la sauve


Dieu veut lui-même être seul et absolument notre bien. C’est ce qu’il désire, ce qu’il recherche, et il s’applique totalement à pouvoir l’être et à le devenir. Là résident ses plus grandes délices et sa joie, et plus il en est ainsi, plus ses délices et sa joie sont grandes. Or, plus nous possédons en propre, moins nous le possédons, lui, et moins nous avons d’amour pour toutes choses, plus nous le possédons avec tout ce qu’il peut donner.

Si nous nous détachons de toutes les choses extérieures, Dieu nous donnera en échange tout ce qui est au ciel, et le ciel avec toute sa puissance, et même tout ce qui émana jamais de ce ciel, et ce qu’ont tous les anges et tous les saints, afin que cela nous appartienne en propre autant qu’à eux, dans une plus grande mesure même que ce que j’ai m’appartient. Parce que je m’aliène moi-même pour lui, Dieu, avec tout ce qu’il est et peut offrir, sera totalement mon bien propre, autant à moi qu’à lui, ni plus ni moins. Il sera mille fois plus mon bien qu’un objet acquis par un homme qui l’a dans son coffre ou qu’il a jamais pu s’approprier. Jamais personne n’a possédé quelque chose en propre autant que Dieu sera à moi avec tout ce qu’il peut et ce qu’il est.

 

Maître Eckhart, o.p.

 


Johann Eckhart († 1327), dit Maître Eckhart, théologien dominicain, formé à Cologne et à Paris, représente la tradition mystique rhénane la plus riche, en compagnie de ses disciples Tauler et Suso.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT