Être riche en vue de Dieu

Être riche en vue de Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.” Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.” Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?” Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. » (Lc 12, 13-21)

 

Annoncer la bonté de Dieu


L’expérience d’Abraham est importante car elle fait émerger avec clarté la gratuité de l’initiative spontanée de Dieu, qui manifeste sa miséricorde sans rien demander à l’avance à ceux qui jouissent de la grâce divine. En effet, le récit de l’histoire d’Abraham commence simplement ainsi : Dieu dit à Abraham : « Quitte ton pays, ta parente et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le reprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre » (Gn 12, 1-2). Le texte biblique ne mentionne aucune bonne action d’Abraham qui aurait pu lui valoir un certain mérite. Les avertissements des prophètes ne manquèrent pas au peuple d’Israël, pour qu’il apprenne à accueillir avec foi la générosité universelle de Dieu, non pas comme une récompense qui serait due, mais comme un don, gratuit et libre, de sa bonté. Nous devons tous reconnaître que le bien qui arrive dans nos vies est totalement et purement un don de Dieu : cela doit nous inciter à répondre avec la même générosité et avec le même amour, en rendant notre façon d’agir semblable à celle de Dieu.

 

Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples/OPM

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT