1er jour, en la fête de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, patronne de la France - Hozana

1er jour, en la fête de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, patronne de la France

1er jour, en la fête de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, patronne de la France

Dans son couvent de Lisieux, à la fin du XIXe siècle, une petite carmélite se passionne pour les défis de la société et pour le vaste monde. Elle est confrontée au laïcisme et à la sécularisation. Comment être missionnaire dans un univers où la Bonne Nouvelle n’est pas connue, dans un environnement où la vie chrétienne est ridiculisée ? 

Sainte Thérèse est notre modèle. Elle a beaucoup prié, elle a réfléchi, elle a confronté la réalité de son époque avec l’enseignement biblique, elle a écrit des lettres pour réveiller la torpeur de ses contemporains, elle a utilisé ses talents, la poésie et le théâtre, pour témoigner de son espérance en Dieu Sauveur qui agit en ce monde. Elle s’est rêvée Jeanne d’Arc, défenseur de la liberté... 

Un geste concret 

Dans notre AFC, dans notre famille, dans notre entourage, nous diffusons cette neuvaine auprès de ceux qui veulent confier la France et ses élus à sainte Thérèse. 

Prière

Avec sainte Thérèse de Lisieux qui a promis de passer son ciel à faire du bien sur la terre, nous confions l’avenir de notre pays à la miséricorde divine. Que de jeunes saintes et saints se lèvent, joyeux, talentueux, pour dire non au conformisme consumériste, pour dire oui à la vie et à la fraternité.

Sainte Thérèse, nous vous confions la France, particulièrement les jeunes.
Inspirez à notre pays le goût de chercher la vérité et de la servir.
Apprenez-nous à prier pour ceux qui ne pensent pas comme nous, à confier au Seigneur ceux qui ne rêvent pas le même avenir pour notre destin commun. 
Apprenez-nous aussi la bienveillance exigeante dans le débat et la confrontation avec ceux qui ne nous ressemblent pas.
Donnez-nous l’audace de témoigner de notre idéal en utilisant tous nos talents.

Prière des AFC (en cliquant sur "je prie")

Un Notre Père

Trois « Je vous salue, Marie »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6