Facebook PixelUN SAINT POUR NOTRE TEMPS (Partie II) - Hozana

UN SAINT POUR NOTRE TEMPS (Partie II)

L'EMPEREUR ET ROI KARL DE LA MAISON D'AUTRICHE: UN SAINT POUR NOTRE TEMPS
(Partie II)

Cardinal Christophe Schönborn, O.P., D.D., archevêque de Vienne

L’Osservatore Romano

3 octobre 2004

(Traduction française libre à partir de la traduction anglaise de Br. Nathan Cochran, O.S.B : https://www.gebetsliga.com/english/furthermore/a-saint-for-our-day)


Karl et Zita eurent un mariage exemplaire. Dans un esprit d'ouverture et de confiance, l'empereur discutait de toutes les affaires importantes avec son épouse qui respectait pleinement ses responsabilités et son autorité. La nature passionnée de l'impératrice et la personnalité introspective et tranquille de l'empereur se complétaient de manière mutuellement reconnaissante et affectueuse. En onze ans de mariage, huit enfants ont été donnés au couple. Les procédures de béatification ont été extrêmement prudentes lorsqu’elles ont enquêté sur la vie de famille de l’empereur Karl et sur son comportement en tant qu’époux, et ont prouvé que celui-ci était parfaitement droit et sans faute. Ses dernières paroles, adressées par Karl à sa femme, furent les suivantes: "Je t'aime infiniment." L'empereur Karl s'est efforcé personnellement de veiller à ce que ses enfants reçoivent une éducation religieuse. Il les a guidés dans les vérités de la foi et leur a enseigné leurs prières.


Karl a vécu une pratique de prière vivante. Son attitude fondamentale était celle de la prière : consciemment debout devant Dieu, dont il cherchait La Volonté et en qui il mettait sa confiance. Depuis son enfance et tout au long de sa vie, Karl a joint ses prières à celles des autres. Depuis sa mort, les membres de sa Ligue de Prières associent leurs prières à son intercession pour la paix entre les peuples.

 

La modestie, la gentillesse et l’esprit de réconciliation de Karl lui ont été reprochés - en particulier par les cyniques au pouvoir - comme une faiblesse, voire une stupidité. Cette attaque est dirigée contre la "folie" du chrétien qui suit les commandements de Dieu et contre l'exemple du Christ qui s'est appuyé sur Dieu.

 

Dès le début, Karl fut plongé dans des situations de discorde (dans les tensions entre ses parents, les tensions entre l'empereur Franz Joseph et l'archiduc héritier Franz Ferdinand et au milieu de la  Première Guerre Mondiale) qu'il n'avait pas créées, et cependant il s'est efforcé de créer la paix - à la fois comme empereur et comme enfant. Quelqu'un aurait-il pu résoudre ces problèmes? Cette question a relativement peu de réponses,  mais peut-être que celle qui devrait se poser est de considérer comment l'empereur a empêché de se produire des choses bien pires. Le succès d’une vie devant Dieu - et par conséquent avant la fin définitive des temps - ne dépend pas du succès terrestre immédiat (auquel cas le Christ ne pourrait pas être notre modèle!)

 

Quiconque tente de se conformer à la Volonté de Dieu, malgré toutes les circonstances défavorables et à la lumière de ses limitations, mène une vie qui est devient sainte et bénéfique pour autrui. En tant que chrétiens, nous ployons tous sous le poids des responsabilités. Pour suivre l'exemple du Christ, les adversités de ce monde dépassent certainement les capacités humaines. Mais nous ne dépendons pas uniquement de nos propres forces, car nous sommes invités à accepter l'aide de Dieu et à croire qu'il fournira la force nécessaire. Un sentiment de résignation menace de se répandre face à la discorde et à l'utilisation cynique du pouvoir dans notre monde. Avons-nous le sens de lutter contre lui? Les méchants ne triomphent-ils pas quand même, comme s’en plaignait déjà le psalmiste ? La paix dans le monde est-elle possible en règle générale? Les peuples européens peuvent-ils vivre ensemble dans la liberté et le respect? Pouvons-nous simplement être en paix dans le cercle de nos familles?

 

La vie de l'empereur Karl est un exemple encourageant de foi. Sa béatification encourage tous ceux qui se sentent surchargés par leur devoir - et nous invite à utiliser ses qualités intrinsèques (mais aussi limitées) pour la recherche de la paix, de la liberté et de la responsabilité affectueuse. Après un «siècle perdu» de destruction par les idéologies impies du national-socialisme et du bolchevisme, les peuples européens ont à nouveau la possibilité de rechercher ensemble ces objectifs. Il faut maintenant considérer que l'âme de l'Europe peut être ressuscitée et inspirée à nouveau dans ce but et dans l'esprit du Christ, par le Saint-Esprit. Les forces résistantes qui s’opposent à nous, exigent non pas le désespoir  mais nous demandent  plutôt de rechercher avec plus de sérieux la volonté de Dieu et d’agir en lui faisant confiance. Karl de la Maison d'Autriche a vécu cet esprit et a donné sa vie pour l'amélioration des conditions de vie son peuple et pour son unité. Il est pour nous un exemple encourageant et un saint patron gardien. La folie de Dieu est plus sage que la sagesse du monde. La confiance en cela nous aide à vivre.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader