LE CRUCIFIEMENT

LE CRUCIFIEMENT

Sixième jour

       Prions ce jour pour obtenir du Cœur Immaculé de Marie, assistant à la crucifixion de son Fils, la réalisation des 3 intentions de cette neuvaine : Pour le pape, pour  nous tous priants et pour le prochain pèlerinage de Fatima à Moscou.  

            Souvenez-vous, Seigneur Jésus, de la souffrance de votre Mère pendant votre crucifiement.

            Son Cœur Immaculé bat à se rompre quand les bourreaux arrachent violemment la tunique collée sur vos plaies, quand les marteaux enfoncent les clous qui percent vos mains et vos pieds, vous rivant au bois de la croix.

            Souvenez-vous de la foi, de l’espérance et de l’amour qui la maintiennent debout au pied de votre croix pendant les trois heures d’agonie, accueillant vos sept paroles qui nous révèlent :

            - Votre miséricorde suprême : « Père, pardonnez-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font.» (St Luc XXIII, 34) « Aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis. » (St Luc XXIII, 43)

            - Votre leg si précieux à l’humanité : « Femme, voilà ton Fils. - Voici ta mère.» (St Jean XIX, 26-27)

            - Le grand délaissement : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné ? » (St Matt. XXVII, 46 – St Marc XV, 34)

            - L’atroce déchirement de votre âme, porté à son suprême degré : « J’ai soif. » (Soif de notre amour, soif de nos âmes) (St Jean XIX, 28)

            - Le témoignage d’avoir été jusqu’au bout de l’amour : « Tout est consommé.» (St Jean XIX, 30)

            - L’abandon à la volonté du Père : « Père, je remets mon esprit entre vos mains.» (St Luc XXIII, 46)

            Cœur Immaculé de Marie, brisé de douleur au Calvaire, faites-nous sentir toute l’horreur, toute la laideur du péché ; donnez-nous une fidélité sans défaillance à la grâce divine. Offrez le Sauveur crucifié, pour sauver le monde désaxé.

            Seigneur Jésus, par l’offrande de votre divine Mère, unie à la vôtre au pied de la croix, ayez pitié de l’humanité coupable et sauvez-la.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader