« Ils le condamneront à mort » - Mercredi 20 mars 2019 - Hozana

« Ils le condamneront à mort » - Mercredi 20 mars 2019

« Ils le condamneront à mort » - Mercredi 20 mars 2019

Méditation du jour


Saint Herbert

Évangile selon saint Matthieu 20, 17-28

En ce temps-là, Jésus, montant à Jérusalem, prit à part les Douze disciples et, en chemin, il leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort et le livreront aux nations païennes pour qu’elles se moquent de lui, le flagellent et le crucifient ; le troisième jour, il ressuscitera. » Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande. Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. » Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. » Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »

Les dix autres, qui avaient entendu, s’indignèrent contre les deux frères. Jésus les appela et dit : « Vous le savez : les chefs des nations les commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; et celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave. Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »


Écouter cette méditation


Télécharger le fichier audio
190320 Mt 20, 17-28 Ils le condamneront à mort.mp3

Prière

« Seigneur, je n'ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux ; je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère. » (Ps 130/131)

Demande

Accueille ma prière, Seigneur, non pas des mains de mon égoïsme, mais des mains de ton Fils par le Cœur immaculé de Marie.

Réflexion

1. En montant avec ses disciples à Jérusalem, Jésus leur dévoile son dessein : il sait quel sort l’attend et que cela est irréversible. Le chemin qui l’y conduit n’est pas tant celui d’une décision arbitraire que celui de l’achèvement du projet d’amour divin face à la haine des hommes qui se déchaîne. Pourquoi se plie-t-il à la loi de la mort ?

Le sacrifice sur la croix traduit son amour et enlève aux puissances de haine et de mort leur pouvoir. Cela nous dit aussi que l’amour authentique est celui d’un cœur blessé. Un père, une mère ne restent pas indifférents aux égarements de leur enfant : ils l’aiment dans la douleur. Et mon amour à moi, est-il satisfait ou est-ce qu’il poinçonne mon cœur ?

2. En répondant à la demande maladroite de la mère de Jacques et de Jean, Jésus rectifie notre positionnement par rapport au plan de Dieu et notre prière qui en résulte : il ne s’agit pas d’aspirer à des postes de prestige, selon la mentalité du monde qui nous a engendrés, mais de boire au calice qui nous identifie à Jésus comme enfants de l’Église.

L’amitié avec Jésus est au cœur de la vocation du disciple. Elle consiste à accomplir comme lui, c’est-à-dire humainement, la volonté divine, que ce soit agréable ou non. Visiblement, les apôtres, et nous avec eux, vivent passivement cette amitié ou alors la réduisent à des engagements calculables.

Quelle est ma position spirituelle à l’égard de Dieu ?

3. Les chefs doivent servir. C’est le serviteur de tous qui est le véritable chef : Jésus. Pour nous, cela implique une transformation de cœur : humilité et service au lieu de pouvoir et domination. Ainsi devrons-nous être, disciples en mission, envoyés par le Père, pour suivre l’œuvre de Jésus.

L’action de Jésus se distingue par son obéissance au Père. Dans sa loyauté indéfectible, Jésus est chef de l’Église, la Tête du corps. Par son obéissance, Jésus a racheté l’homme qui avait mérité la condamnation à cause de sa désobéissance. Et moi, à qui est-ce que j’obéis ?

Dialogue avec le Christ

Jésus, toi qui es descendu du ciel pour faire non pas ta volonté, mais la volonté de celui qui t’a envoyé (Cf. Jn 6, 38), apprends-moi, à l’école de ton cœur, à servir et à donner ma vie comme tu l’as fait et à rendre gloire à Dieu le Père. Je te remercie pour l’offrande de ta vie qui est pour notre monde source de lumière ; avec mon offrande, je veux devenir moi aussi, un tout petit peu, lumière du monde.

Résolution

Je vais être attentif et disponible pour rendre les services que personne n’effectue.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6