Saint Jean de Dieu, patron de l'Hospitalité - Hozana

Saint Jean de Dieu, patron de l'Hospitalité

Saint Jean de Dieu, patron de l'Hospitalité

Connaître saint Jean de Dieu 

Joao Ciudad est né en 1495 au Portugal. A l’âge de huit ans, il quitte sa famille pour suivre un mystérieux moine pèlerin et commence une vie errante. Il arrive assez rapidement en Espagne où il est recueilli par une famille d’éleveurs qui prend soin de lui, l’éduque et lui apprend le métier de berger. Il est apprécié de tous.

Assoiffé d’aventures, il alterne expériences militaires et vie de berger.

Quittant définitivement l’armée, il se met au service d’une noble famille portugaise condamnée à l’exil à Ceuta. De retour en Espagne, il devient marchand ambulant de livres de piété et de chevalerie sur les routes d’Andalousie et s’installe à Grenade. Un jour de 1539, il écoute une prédication de Jean d’Avila. Et c’est la conversion. Bouleversé par ce qu’il vient d’entendre, il parcourt les rues de la ville en criant « Miséricorde ! Miséricorde ! », il arrache ses vêtements, se roule dans la boue. Les enfants le poursuivent en criant « le fou ! le fou ! ». Il est alors enfermé à l’hôpital Royal de Grenade. Il connaît le sort des malades mentaux de l’époque : jeûne, coups fouets, jets d’eau glacée pour chasser le mal… C’est à ce moment que naît sa vocation. Il décide de passer le reste de sa vie à secourir ceux qu’il a côtoyés à l’hôpital Royal : paralytiques, vagabonds, prostituées, et surtout malades mentaux.

Il fonde une première « maison de Dieu » qui s’avère très vite trop petite, il en fonde donc une deuxième plus grande. Pour subvenir aux besoins de sa « maison de Dieu », il quête chaque jour en criant : « Frères, faites-vous du bien à vous-mêmes en donnant aux pauvres ! » Très vite, les habitants de Grenade le surnomment Jean de Dieu. Cinq compagnons, gagnés par son exemple, le rejoignent.

Il meurt le 8 mars 1550, laissant derrière lui une renommée de sainteté. Ses compagnons, résolus à poursuivre son œuvre vont très vite se réunir pour fonder l’Ordre Hospitalier des frères de Saint Jean de Dieu, grâce au pape saint Pie V qui, le 1er janvier 1572, approuve la congrégation et lui donne la règle de saint Augustin.

Jean de Dieu est canonisé en 1690, déclaré patron des malades et des hôpitaux en 1886 et protecteur des infirmiers et infirmières en 1930.

Aujourd’hui, l’Ordre hospitalier est présent sur les cinq continents, les frères y ont fondé des hôpitaux, des maisons de santé, des centres de réhabilitation, des accueils de nuit, des écoles de formation.

 Les citations de saint Jean de Dieu 

« Frères, faites-vous du bien à vous-mêmes en donnant aux pauvres ! »

« Dieu avant tout et par-dessus tout ce qui est au monde ! »

« Je suis endetté et captif pour Jésus-Christ seul ! »

« Mettez votre confiance en Jésus-Christ seul ! »

 Méditation 

Dieu qui n’abandonnes aucun de tes enfants, accorde à nos frères malades la force de lutter pour guérir : qu’ils découvrent dans leur épreuve combien leur vie a du prix à tes yeux, combien Tu peux être proche d’eux, par des frères qui soutiennent leur courage, par l’espérance que Tu leur donnes en Jésus-Christ.

Résolution du mois 

En ce mois de prière avec saint Jean de Dieu, je prends le temps de visiter, écrire ou téléphoner à une personne malade ou souffrant de solitude et de lui témoigner que sa vie a du prix.

Prière 

Ô saint Jean de Dieu,

Obtiens-nous un cœur compatissant et aimant pour que nous marchions à la suite du Christ en servant nos frères souffrants dans leur corps, dans leur esprit ou dans leur âme !

Obtiens-nous une totale espérance en Dieu pour que nous soyons témoins de son Royaume auprès des mourants ! 

Obtiens-nous un esprit attentif pour porter comme toi, dans une prière fraternelle, les appels de tous les hommes !

Obtiens-nous un cœur audacieux pour que nous soyons toujours prêts à un don total de nous-même au service de nos frères !

Amen.

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader