Dixième jour - Hozana

Dixième jour

Dixième jour

1)   Dixième jour

La glorieuse naissance de la Reine du Ciel. L’aurore qui se lève fait fuir la nuit de la volonté humaine.

1.   Prière à la Reine céleste

Reine Immaculée, ô céleste Maman, en ce mois qui t’est consacré, je me place sur tes genoux maternels, m’abandonnant entre tes bras comme ton enfant chéri et te demandant avec véhémence la plus grande de toutes les grâces : celle que tu m’admettes à vivre dans le Royaume de la Divine Volonté.

Sainte Maman, toi qui es la Reine de ce Royaume, permets que j’y vive en tant que ton enfant. Que ce Royaume soit rempli de tes enfants ! Je me confie à toi afin que tu y guides mes pas et que, soutenu par ta main maternelle, tout mon être vive constamment dans la Divine Volonté. Tu seras ma Maman. À toi, ma Maman, je confie ma volonté pour que tu l’échanges contre celle de Dieu et, qu’ainsi, je sois assuré de ne jamais quitter cette Divine Volonté. Je te prie de m’éclairer afin que je comprenne bien ce qu’est la Divine Volonté. Amen.

Je te salue Marie…

ð Petite pratique pour chaque jour du mois de mai

Chaque matin, chaque midi et chaque soir (trois fois par jour), se placer sur les genoux de notre céleste Maman et lui dire : «  Maman, je t’aime. Aime-moi, toi aussi, et donne à mon âme une petite portion de Divine Volonté. Bénis-moi pour que je fasse toutes mes actions sous ton regard maternel. »

2.   L’âme à la Reine du Ciel

Me voici, sainte Mère, au pied de ton berceau pour être témoin de ta prodigieuse naissance. Les cieux sont étonnés, la lumière du soleil se concentre sur toi, la terre exulte de joie et est honorée de porter sa Reine nouvelle-née, et les anges se bousculent pour entourer ton berceau et répondre à tous tes désirs. Tous t’honorent et veulent célébrer ta naissance. M’unissant à eux, je me prosterne devant ton berceau sur lequel, dans le ravissement, sont penchés ta mère Anne et ton père Joachim.

Permets que je t’adresse mes premiers mots et te confie mes premiers secrets. Je veux déverser mon cœur dans le tien en te disant : « Ma petite Maman, tu es l’aurore du règne de la Divine Volonté sur la terre. Oh ! s’il te plaît, chasse de moi et de tous les humains les ténèbres de nos volontés humaines. »

3.   Leçon de la Reine Nouvelle-Néel

Fille de mon Cœur, ma naissance fut prodigieuse. Aucune autre naissance ne peut lui être comparée. J’enfermais en moi le soleil de la Divine Volonté ainsi que la terre de mon humanité, une terre bénie et sainte, porteuse des plus belles fleurs. Bien que je n’étais qu’une nouvelle-née, je portais le plus grand des prodiges : la Divine Volonté qui régnait en moi, un ciel plus magnifique et un soleil plus resplendissant que ceux de la création dont j’étais la Reine. Je portais aussi en moi un océan de grâces qui murmurait constamment : « Amour, amour pour mon Créateur ! » Ma naissance était l’aube mettant en fuite la noirceur de la volonté humaine et présage de l’éclatante lumière du Verbe Éternel sur la terre.

Ma fille, viens à mon berceau et écoute ta petite Maman. À peine née, j’ouvris les yeux pour voir ce bas monde et me mettre à la recherche de tous mes enfants afin de les enfermer dans mon Cœur, de leur prodiguer mon amour maternel et de leur ouvrir le chemin du Royaume de la Divine Volonté que je possédais. Je désirais remplir auprès d’eux ma fonction de Mère et de Reine. Dans mon Cœur, j’avais une place pour chacun, car celui qui possède la Divine Volonté n’a aucune limite : il possède des immensités infinies. Je posai aussi mes yeux sur toi, ma fille. Personne ne m’échappait. Et puisque tous célébraient ma naissance ce jour-là, c’était aussi une fête pour moi. Néanmoins, je fus peinée de voir les créatures dans la nuit profonde de la volonté humaine.

Oh ! quelle noirceur enveloppe la créature qui se laisse dominer par sa propre volonté ! C’est pour elle la nuit, une nuit sans étoiles. Au plus, il y a des éclairs suivies de coups de tonnerre déversant sur elle la tempête : tempête de frayeurs, de faiblesses et de dangers qui la pousse au péché. Mon Cœur fut transpercé en voyant mes enfants dans cet état.

Maintenant, écoute bien ta Maman : je suis dans mon berceau, toute petite. Vois les larmes que je verse pour toi. Chaque fois que tu exerces ta propre volonté, tu formes une nuit en toi. Si tu savais combien de mal cette nuit peut te faire, tu pleurerais avec moi. Elle te fait perdre la lumière du jour de la Divine Volonté, te met sens dessus dessous et détruit l’amour en toi ; tu deviens comme une pauvre malade manquant de ce qu’il faut pour guérir. Ah ! ma fille, ma chère fille, ne fais jamais ta volonté ! Donne-moi ta parole que tu veux contenter ta Maman.

4.   L’âme

Petite sainte Maman, je me sens toute tremblante en t’entendant parler de la nuit de ma volonté humaine. C’est pourquoi je suis ici à ton berceau pour te demander, par ta prodigieuse naissance, la grâce de me faire renaître dans la Divine Volonté. Je serai toujours près de toi, petit bébé céleste. Je joindrai mes prières et mes larmes aux tiennes pour intercéder pour moi et pour tous, afin que le Royaume de la Divine Volonté vienne sur la terre.

5.   Petite pratique

Pour m’honorer aujourd’hui, tu viendras trois fois me visiter dans mon berceau en me disant à chaque fois : « Céleste petit bébé, fais-moi renaître avec toi à la vie dans la Divine Volonté. »

6.   Oraison jaculatoire

Petite Maman, fais poindre l’aube de la Divine Volonté dans mon âme.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Florence
place Plouray, il y a 3 mois
amen fiat
Utilisateur effacé
 il y a 3 mois
Ô Ma Céleste MAMAN ! Un Ciel d’Amour, voilà ce que tu es pour moi ! Un Océan de Tendresse, voilà ce que tu es pour moi ! Un Jardin de Douceur, voilà ce que tu es pour moi ! Une Mère aimable à l’infini, voilà ce que tu es pour moi ! Une protection infaillible, voilà ce que tu es pour moi ! Une Bénédiction pleine de grâce, voilà ce que tu es pour moi ! Et moi, ta pauvre et faible fille, j’ai besoin de tout cela ! J’ai besoin de l’Amour que tu es ! J’ai besoin de la Tendresse que tu es ! J’ai besoin de la Douceur que tu es ! J’ai besoin de la protection que tu es ! J’ai besoin de la Bénédiction que tu es ! Ah oui ! J’ai besoin de toi, Sainte Marie, ma Mère et ma Reine ! C’est bien cela la Divine Volonté dans ma vie et que cette Volonté soit faite ! Amen.