Père Sébastien

Père Sébastien a publié dans la communauté Prions pour apprendre à prier

6 avril 2016

3e jour : « Quand vous priez, dites : Notre Père… » (Mt 6, 9 ; Lc 11, 2)

3e jour : « Quand vous priez, dites : Notre Père… » (Mt 6, 9 ; Lc 11, 2)

            Chers Priants,

             Nous vous avons invité hier à prier avec le Notre Père. Cette prière du Seigneur est d’une richesse infinie ! Nous vous proposons aujourd’hui de commencer à en présenter quelques aspects.

« Père ! »

            Ecoutons un petit épisode de la vie de Ste Thérèse de Lisieux raconté par sa sœur Céline :

            « Un jour j'entrai dans la cellule de notre chère petite Soeur [Thérèse] et je fus saisis par son expression de grand recueillement. Elle cousait avec activité et cependant semblait perdue dans une contemplation profonde : « A quoi pensez-vous, lui demandai-je ?

- Je médite le Notre Père, me répondit-elle. C'est si doux d'appeler le bon Dieu notre Père !... » Et des larmes brillèrent dans ses yeux. […] « Oh ! oui, il est bien mon Papa et que cela m'est doux de lui donner ce nom » » (Conseils et Souvenirs).

            Est-ce facile d’appeler Dieu « Père » ? Derrière ce mot se présente spontanément l’image de notre père terrestre, qui, peut-être, n’a pas été très attentif ni très aimant. Et si nous changions notre regard sur Dieu ? La prière nous aidera ! Inversement, comme pour Thérèse, notre père terrestre a pu être une belle image de l’amour du Père céleste. Rendons grâces !

« Que ton Nom soit sanctifié… »

            Il est impossible de commenter chaque mot du Notre Père en quelques lignes. Il faudrait développer par exemple que l’expression « qui es aux Cieux » signifie la Présence du Seigneur au-dedans de nous, dans « le Ciel de notre âme » comme le dit Thérèse d’Avila (Chemin de la Perfection, ch. 30).

            Voici quelques indications données par Saint Augustin sur les 3 premières demandes :

          « Sanctifier le nom de Dieu, c’est devenir saint soi-même. »

          « Quand nous disons ‘que ton règne vienne’, nous demandons que ce règne advienne pour nous, c’est-à-dire qu’il nous trouve bons pour lui. Nous le prions de nous rendre bons, car alors il nous admettra dans son royaume. »

          « Nous ajoutons ‘que ta volonté soit faite sur la terre comme [elle est faite] au ciel’. Les anges vous servent dans le ciel, faites que nous vous servions sur la terre […] Accomplissons votre volonté comme ils l’accomplissent. Ici encore, que demandons-nous sinon de devenir bons ? » (Sermon 58)

            Voulons-nous transformer notre cœur ? Prier le Notre Père, c’est commencer un chemin de conversion. Conversion encouragée par l’amour du Père qui nous précède et nous encourage. Conversion qui fera sa joie et notre joie éternelles puisque qu’il s’agit de devenir bons, saints, accordés à la volonté du Père qui nous aime.

Prier concrètement aujourd’hui : « Notre Père »

         Ceux qui ont l’habitude de l’oraison pourront prendre par exemple, pour méditer sur l’amour du Père, la parabole du Fils prodigue en Lc 15, 11-32.

          Pour tous les autres, voici ce que nous vous proposons. Comme les jours précédents, nous commencerons par un beau signe de Croix pour nous mettre en présence du Seigneur. Puis, nous pourrons prier de nouveau le Notre Père. Mais aujourd’hui, nous pouvons nous fixer une durée. Et si nous passions au moins 5 min (on peut bien sûr prendre plus de temps) pour méditer et goûter ces 4 premières phrases ? Nous pouvons reprendre le petit texte de Thérèse et les explications d’Augustin. Qu’elles inspirent notre réflexion, notre conversion, notre « échange d’amitié », notre adoration, notre louange !

 

Notre Père, qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié.

Que ton règne vienne ;

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

 

Pour aller plus loin :

St Augustin, Sermon 57.

Ste Thérèse d’Avila, Chemin de la Perfection, ch. 29-34.

Catéchisme de l'Eglise catholique (CEC) n°2759-2827.

Nouveau Notre Père : changement de traduction.

---

Image : d'après Arcabas

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

108 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Dany
Dany
placeParis, l’année dernière
AUGUSTIN. SERMON 57 4. Aussi poursuivons-nous: «QUE VOTRE NOM SOIT SANCTIFIE.» Nous lui demandons en effet que son nom soit sanctifié en nous; car en lui il est toujours saint. Et comment, si ce n'est en nous rendant saints, sera-t-il sanctifié en nous? Nous n'avons pas été toujours saints, c'est son nom qui nous faits tels; mais lui est toujours saint, son nom l'est toujours également, C'est donc pour nous et non pour Dieu que nous prions ici. Quel bien pouvons-nous lui souhaiter, puisqu'il n'est susceptible d'aucun mal? C'est à nous que nous voulons du bien, en demandant que son nom soit sanctifié, que ce nom, qui est toujours saint, soit sanctifié en nous.
    Suzanne
    Suzanne
    il y a 2 ans
    Les commentaires de la parabole du fils prodigue ,en dirigeant l'attention sur le plus jeune des fils,"oublient" souvent le fils aîné, et je ne sais pas pourquoi, je trouve le dialogue entre eux deux véritablement poignant : "Toi, mon fils, tu es toujours avec Moi, et ce qui est à Moi est à toi "(pardon si je me trompe, je cite de mémoire) . Et je réalise que le fils aîné n'a pas compris de quel amour il était aimé et qu'il était "passé à côté d'un tel Amour ! Alors Vous tous ,qui êtes dans la lumière de Dieu, aidez-nous, aidez-moi à être pénétrée de cet Amour incommensurable . Coeurs unis de Jésus et Marie, priez pour nous .
      Thérèse
      Thérèse
      placeLévis, il y a 2 ans
      "Je médite le Notre Père, me répondit-elle. C'est si doux d'appeler le bon Dieu notre Père !... » Et des larmes brillèrent dans ses yeux. […] « Oh ! oui, il est bien mon Papa et que cela m'est doux de lui donner ce nom » » (Conseils et Souvenirs). Thérèse de Lisieux. "Tu m'as séduit, Yahvé, et je me suis laissé séduire; tu m'as maîtrisé, tu as été le plus fort" Jérémie 20-7' "Certes, je n’ai pas encore obtenu cela, je n’ai pas encore atteint la perfection, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, puisque j’ai moi-même été saisi par le Christ Jésus. Frères, quant à moi, je ne pense pas avoir déjà saisi cela. Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus." Paul apôtre aux Philippiens (3, 12‑14) Amen!
        Olivier GdG
        Olivier GdG
        placeCluny, il y a 2 ans
        Que ta volonté soit faite et non la mienne. J'accepte pour celà de me laisser guider et m'ouvrir d'avantage à la prière pour saisir ce que tu veux de moi, Ô mon Pere.
          Lydia
          Lydia
          il y a 2 ans
          Mon père il est si bon de revenir vers toi amen