Bonjour  !
Avez-vous 3 minutes pour aider Hozana aujourd'hui ? Commencez par prendre 10 secondes pour comprendre pourquoi nous avons besoin de votre aide :-)

La mission d'Hozana est de rassembler une immense communauté de priants sur Internet (plus de 145 000 déjà !), pour permettre à Jésus de changer de nombreuses vies. Chaque mois, Hozana.org reçoit 300 000 visites.
Ce service gratuit coûte 3€ par personne et par an.

Il nous faut payer le loyer, les serveurs, le matériel, et l'équipe de 5 permanents qui travaille dur pour aider toujours plus de personnes dans leur prière. Nous ne diffuserons jamais de publicité, pour préserver ce lieu de prière. Et nous souhaitons qu'Hozana reste gratuit pour tout le monde, toujours. C'est pourquoi, l'association Hozana ne vit que de dons, et c'est pourquoi j'ai besoin de votre aide  !
Pourriez-vous prendre 3 minutes pour nous aider maintenant ?
En union de prière,
Thomas, pour Hozana
Fermer 
Avatar de Père Sébastien

Père Sébastien a publié dans la communauté Prions pour apprendre à prier

1er jour : « J’ai soif »

1er jour : « J’ai soif »

            Chers Priants,

             Ensemble, nous voulons apprendre à prier. Sans doute beaucoup d’entre vous ont-ils déjà l’habitude de prier. D’autres sont peut-être moins à l’aise et ne savent pas très bien comment s’y prendre. Une fois qu’on a récité un Notre Père, un Je vous salue Marie et confié quelques soucis au Seigneur, que dire de plus ? On ne se sent pas forcément l’âme d’un « mystique » !

            Rassurez-vous, cette école de prière n’est pas réservée aux « spécialistes ». Elle veut essayer de guider chacun, pas à pas, dans cette magnifique aventure qu’est la prière. On n’a jamais fini d’apprendre à prier ! Aujourd’hui, pour commencer, nous vous proposons de considérer que, avant même de nous mettre en prière, Dieu nous attend.

Dieu nous attend

            Avons-nous déjà pensé que, lorsque nous nous mettons en prière, Dieu nous précédait et nous attendait déjà ? L’humoriste Raymond Devos l’exprime très bien dans la petite histoire suivante :

« J’ai lu quelque part : « Dieu existe, je l’ai rencontré ! »

Ça alors ! Ça m’étonne !

Que Dieu existe, la question ne se pose pas ! Mais que quelqu’un l’ait rencontré avant moi, voilà qui me surprend !

Parce que j’ai eu le privilège de rencontrer Dieu juste à un moment où je doutais de lui !

Dans un petit village de Lozère abandonné des hommes, il n’y avait plus personne.

Et en passant devant la vieille église, poussé par je ne sais quel instinct, je suis rentré…

Et, là, ébloui…par une lumière intense…insoutenable !

C’était Dieu…Dieu en personne, Dieu qui priait !

Je me suis dit : « qui prie-t-il ? Il ne se prie pas lui-même ? Pas lui ? Pas Dieu ? »

Non ! Il priait l’homme ! Il me priait moi ! Il doutait de moi comme j’avais douté de lui !

Il disait : Ô homme ! si tu existes, un signe de toi !

J’ai dit : Mon Dieu, je suis là !

Il dit : Miracle ! Une humaine apparition !

Je lui ai dit : Mais mon Dieu…comment pouvez-vous douter de l’existence de l’homme, puisque c’est vous qui l’avez créé ?

Il m’a dit : Oui…mais il y a si longtemps que je n’en ai pas vu dans mon église…que je me demandais si ce n’étais pas une vue de l’esprit !

Je lui ai dit : Vous voilà rassuré, Mon Dieu !

Il m’a dit : Oui ! Je vais pouvoir leur dire là-haut : « L’homme existe, je l’ai rencontré ! » »

Jésus dit : « J’ai soif » (St Jean 19, 28)

            Oui, Dieu nous attend ! Il frappe à la porte de notre cœur ! Lorsque nous prions, nous lui permettons d’entrer. Mais Dieu fait plus que nous attendre, il a « soif » de nous. C’est une des dernières paroles de Jésus sur la Croix avant de mourir : "J'ai soif."

            Ecoutons Mère Teresa de Calcutta commenter cette parole. Elle fait parler Jésus :

            « J’AI SOIF DE TOI. Oui, c’est la seule façon de commencer à décrire mon amour pour toi : J’AI SOIF DE TOI. J’ai soif de t’aimer et d’être aimé par toi. C’est ainsi que tu es précieux pour moi. J’AI SOIF DE TOI. Tu ne dois jamais douter de ma Miséricorde, de la manière dont je t’accepte, de mon désir de te pardonner, de te bénir et de vivre ma vie en toi. J’AI SOIF DE TOI. Ouvre-moi, viens à moi, aie soif de moi, donne-moi ta vie – et je vais te prouver combien tu es important pour mon cœur. […] Il n’y a rien de plus important dans le monde entier que toi.

            Tu penses que c'est dur à croire ? Alors, regarde vers la Croix, regarde vers mon Cœur transpercé pour toi. Regarde vers mon Eucharistie. Tu n’as pas compris ma Croix ? Alors, écoute encore une fois ce que j’ai dit sur la Croix : « J’ai soif ! » Oui, j’ai soif de toi. J’ai soif de toi. J’ai cherché quelqu'un pour combler mon amour et je n’ai trouvé personne. Sois celui-ci. J’ai soif de toi - de ton amour. »

 

            Ainsi, lorsque nous prions, n’oublions pas qu’il y a d’abord l’Amour de Dieu qui nous attend, et qui « mendie » les quelques paroles et les quelques minutes que nous allons lui donner comme signe de notre amour pour Lui. La prière est d’abord une réponse.

Prier concrètement aujourd’hui : le signe de Croix

            Aujourd’hui, nous vous proposons de prier comme vous avez déjà l’habitude de le faire : réciter un Notre Père ou d’autres prières, ou une dizaine de chapelet, ou lire une page d’Evangile (par exemple Jean 19, 25-37), ou chanter les louanges du Seigneur, ou toute autre type de prière ! Si vous n’avez aucune idée, vous pouvez tout simplement relire très lentement le texte de Mère Teresa.

            Mais nous vous proposons juste de commencer par un beau signe de Croix, très lent. Ce geste est magnifique ! Avec lui, c’est la Trinité que nous invoquons sur toute notre personne : notre âme et notre corps. La Croix est aussi le signe de notre salut et de l’amour de Dieu pour nous : c’est de cette Croix que le Christ nous dit : « j’ai soif de ton amour, de ta prière ».

            Et nous vous invitons à penser quelques instants que Jésus est heureux de vous voir prier : il a soif de ce témoignage d’amour que vous lui offrez en prenant un peu de temps pour lui.

 

Pour aller plus loin :

Thérèse de Lisieux, Manuscrit B.

Marie-Eugène, Je veux voir Dieu, Ed. du Carmel, 2014, Chapitre : Le bon Jésus.

Remarque : nous renverrons souvent à un chapitre de Je veux voir Dieu. Ce livre présente en effet de façon accessible un chapitre autonome pour chaque grand thème de la vie spirituelle.

---

Image : d'après Arcabas

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)
16 partages
188 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

    Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies