Neuvaine de Noël - J 1 - La réconciliation

Neuvaine de Noël - J 1 - La réconciliation

Faire le Signe de Croix

On peut commencer par le bel hymne de l’Avent : Rorate Caeli https://youtu.be/BGcLgBZsHM8

MEDITATION : 

En ce premier jour, nous allons raffermir nos valeurs de façon que Noël soit ce qu’il doit être : une fête dédiée à la réconciliation, dédiée au pardon généreux et compréhensif que nous apprenons d’un Dieu compatissant.

Avec le pardon de l’Esprit Saint, nous pouvons nous réconcilier avec Dieu et avec nos frères et avancer en une vie nouvelle. C’est la bonne nouvelle que Saint Paul proclama en ses lettres, comme nous le lisons dans la lettre de Saint Paul aux Romains (5:1–11) :
Frères, Dieu a donc fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c’est d’espérer avoir part à la gloire de Dieu.

Mais ce n’est pas tout : la détresse elle-même fait notre orgueil, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la valeur éprouvée ; la valeur éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne trompe pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être donnerait-on sa vie pour un homme de bien.

Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs. A plus forte raison, maintenant que le sang du Christ nous a fait devenir des justes, nous serons sauvés par lui de la colère de Dieu.

En effet, si Dieu nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils quand nous étions encore ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, nous serons sauvés par la vie du Christ ressuscité. Bien plus, nous mettons notre orgueil en Dieu, grâce à Jésus Christ notre Seigneur, qui nous a réconciliés avec Dieu.

Vivre Noël c’est oublier les offenses si quelqu’un nous a offensé, et c’est demander pardon si nous avons maltraité les autres. Ainsi, du pardon nait l’harmonie et nous construisons cette paix que les anges annonçaient à Bethléem : paix sur la terre aux hommes qui aiment le Seigneur et s’aiment entre eux. Nous les êtres humains pouvons nous faire du tort par la haine, ou nous pouvons être heureux en un amour qui réconcilie. Cette bonne mission est pour chacun de nous : être agents de réconciliation et non de discorde, être instruments de paix et semeurs de fraternité.

Je vous propose de choisir l'une des prières citées le 15 décembre et pourquoi pas toutes, avec ce lien : https://hozana.org/publication/43271-presentation-de-la-neuvaine-de-noel-16-24-decembre

PRIÈRE FINALE :

Prière à l’Enfant Dieu :

Seigneur, Noël est le rappel de ta naissance parmi nous, c’est la présence de ton amour en notre famille et en notre société. Noël est la confirmation que le Dieu du ciel et de la terre est notre Père, que Toi, Divin Enfant, tu es notre frère.

Que cette réunion autour de ta crèche augmente notre foi en ta bonté, nous engage à vivre véritablement comme frères et sœurs, nous donne le courage de chasser la haine et de semer la justice et la paix.

Ô Divin Enfant, fais-nous comprendre que là où il y a l’amour et la justice, Tu es là, et là aussi c’est Noël. Amen.
Gloria…


Cantique à l’Enfant-Jésus :

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Ô suprême sagesse du Dieu souverain
qui t’es abaissé au rang d’un enfant,
Ô Divin Enfant, viens nous enseigner
la prudence qui rend véritablement sages.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Enfant-Jésus de la crèche, notre Dieu et notre Frère,
Tu connais et Tu comprends la douleur humaine ;
quand nous souffrons douleurs et angoisses,
fais-nous nous rappeler toujours que tu nous as sauvés.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Ô lumière de l’orient, soleil de rayons éternels,
qu’au milieu des ténèbres nous apercevions ta splendeur.
Enfant-Jésus si précieux, bonheur des chrétiens,
que brille le sourire de tes douces lèvres.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Roi des nations, illustre Emmanuel d’Israël,
zélé pasteur du troupeau.
Enfant-Jésus qui fais paître d’une souple houlette,
tantôt la brebis revêche, tantôt le doux agneau.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Ouvrez-vous les cieux, et tombe d’en haut,
bienfaisante rosée, comme un saint arrosage.
Viens Bel Enfant-Jésus, viens Dieu fait homme,
luis brillante étoile, apparais fleur des champs.

Jésus,

Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Tu t’es fait Enfant dans une famille
pleine de tendresse et de chaleur humaine.
Que fleurisse dans les foyers ici rassemblés
le grand engagement de l’amour chrétien.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Du faible le soutien; du souffrant le secours ;
consolation de l’affligé, lumière de l’exilé.
Vie de ma vie, rêve de ma vie,
mon fidèle ami, mon divin frère.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs !Viens, ne tardes plus !
Viens devant mes yeux épris de Toi ;
laisse-moi toucher tes petits pieds et tes menottes.
Prosterné jusqu’à terre, je te tends les bras,
et plus encore que mes mots,
que te parlent mes larmes.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Fais de notre patrie une grande famille ;
sème en notre sol ton amour et ta paix.
Donne-nous la foi en la vie,
donne-nous l’espérance
et un amour sincère qui nous unisse davantage.

Jésus,
Enfant-Dieu que j’adore,
Viens en nos cœurs ! Viens, ne tardes plus !
Viens, notre Sauveur, après qui nous soupirons,
viens en nos cœurs, viens ne tardes plus.
Au nom du Père, et du Fils, et de l’Esprit Saint. Amen.

EN PARTAGE : 


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

56 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader