Anniversaire des apparitions de Pontevedra 2 / 2 - Hozana

Anniversaire des apparitions de Pontevedra 2 / 2

Anniversaire  des apparitions  de  Pontevedra    2 / 2

.

L’ESPRIT DE LA DÉVOTION RÉPARATRICE :  
LA RÉVÉLATION DU 29 MAI 1930, À TUY

        En ce jour ou l'Eglise fête sainte Lucie, vierge et martyr à Syracuse, au IV eme siècle, patrone de soeur Lucie, voyante de Fatima , poursuivons la reproduction de l'extrait du livre ‘’ Fatima, joie intime, événement mondial,’’ du Frère François de Marie des Anges, p. 151-161 publié en 1991.  

.

              Lorsque sœur Lucie se trouvait à Tuy, son confesseur, le P. Gonçalves, lui avait posé par écrit toute une série de questions. Nous en avons déjà mentionné quelques-unes. Ne retenons ici que la quatrième  : «  Pourquoi cinq samedis et non neuf ou sept, en l’honneur des douleurs de Notre-Dame  ?  » Le soir même, la voyante implorait Notre-Seigneur de lui inspirer la réponse à ces questions. Quelques jours plus tard, elle la transmettait à son confesseur  :

       «  Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit du 29 au 30 de ce mois de mai 1930 [nous savons que c’était son habitude de faire une heure sainte de 11 heures à minuit, plus particulièrement le jeudi soir, selon les demandes du Sacré-Cœur à Paray-le-Monial], et parlant à Notre-Seigneur des questions quatre et cinq, je me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si je ne me trompe, voici ce qui m’a été révélé  :

         «  Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie  :

  1. – Les blasphèmes contre l’Immaculée-Conception.
  2. – Les blasphèmes contre sa Virginité.
  3. – Les blasphèmes contre sa Maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes.
  4. – Les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée.
  5. – Les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes Images.

 

«  Voilà ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation…   »

.

                 Avant de citer la conclusion de cette révélation, notons que ce qui est premier dans le message de Fatima, c’est la foi, et la foi catholique, précise, dogmatique. Car la vraie dévotion à la Sainte Vierge suppose toujours et nécessairement la foi en ses privilèges et prérogatives infailliblement définis par l’Église dans son Magistère souverain ou enseignés par le Magistère ordinaire et crus unanimement depuis des siècles par le peuple fidèle. Les péchés les plus graves envers la très Sainte Vierge sont donc d’abord des péchés contre la foi. [.......] C'est cette vérité évidente que nous rappelle ici le message de Fatima : ceux qui nient ouvertement, en toute connaissance de cause et obstinément, les prérogatives de la Vierge Marie, commettent à son égard les plus odieux blasphèmes.

.

UN SECRET DE MISÉRICORDE POUR LES PÉCHEURS

          Après avoir énoncé ces cinq blasphèmes qui offensent gravement sa très Sainte Mère, Notre-Seigneur donnait à sœur Lucie l’explication décisive qui nous fait pénétrer dans le secret de son Cœur Immaculé débordant de miséricorde envers tous les pécheurs, même envers ceux qui la méprisent et l’outragent Elle-même  :

         «  Voilà ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation et, en considération de celle-ci, d’émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l’offenser. Quant à toi, cherche sans cesse, par TES PRIERES et TES SACRIFICES, A EMOUVOIR MA MISERICORDE  à l’égard de ces pauvres âmes. 

             Nous avons là une des idées mères du message de Fatima  : Depuis que Dieu a décidé de manifester son dessein d’amour, qui est d’accorder ses grâces aux hommes par la médiation de la Vierge Immaculée, il semble que leur refus de se soumettre docilement à cette volonté soit la faute qui blesse particulièrement son Cœur et pour laquelle il ne trouve plus en lui-même aucune inclination à pardonner. Ce péché-là paraît irrémissible, car il n’y a pas, pour notre Sauveur, de crime plus impardonnable que de mépriser sa très Sainte Mère et d’outrager son Cœur Immaculé qui est le sanctuaire de l’Esprit-Saint. C’est commettre «  le blasphème contre l’Esprit qui ne sera remis ni en ce monde ni dans l’autre  » (Mt 12, 31-32). Sœur Lucie elle-même suggère ce rapprochement dans son entretien avec le P. Fuentes.

         Bientôt, en 1929, dans l'apparition de Tuy, Notre-Dame conclura la manifestation de la Sainte Trinité par cette parole saisissante  : «  Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie.  » Parole si forte que plusieurs traducteurs se sont permis de l’édulcorer  ! Or, il n’y a absolument aucun doute sur le texte, Notre-Dame l’affirme avec tristesse, beaucoup d’âmes se perdent à cause de leurs mépris, de leurs blasphèmes envers Elle… Alors, donnant l’exemple de l’amour des ennemis, c’est Elle-même qui intervient en “ Mère de miséricorde et Mère du pardon ”, comme le proclame le cantique ‘’Salve Mater misericordiae''  (https://www.youtube.com/watch?v=1ptQYL2p-gE traduit en fin de publication). Elle intercède pour eux auprès de son Fils : Que les communions des cinq premiers samedis, offertes pour consoler son Cœur outragé, soient agréées par Lui en réparation des crimes des pécheurs. Que, tenant compte de «  cette petite réparation  » à son Cœur Immaculé, Il daigne pardonner aux ingrats et aux blasphémateurs, à tous les misérables qui ont eu l’audace de l’offenser, Elle, sa très Sainte Mère ! Et Notre-Seigneur accède à son désir. Il fait ainsi de la dévotion réparatrice un moyen sûr et facile pour convertir les âmes qui sont en péril de se perdre éternellement. Exaltant et terrible mystère de la communion des saints, qui fait dépendre réellement le salut de beaucoup d’âmes de notre propre générosité puisque la Vierge Marie, constituée par son Fils Médiatrice universelle et Mère de la divine grâce, ne peut agir seule. Elle a besoin de nous, de notre amour consolateur et de nos “ petites dévotions ” réparatrices pour sauver les âmes de l’enfer. C’est donc en définitive une des grandes intentions de la pratique des premiers samedis du mois, comme c’était déjà celle qu’indiquait Notre-Dame le 19 aout 1917, invitant instamment les trois pastoureaux à la prière et aux sacrifices.

             On comprend dès lors la pressante insistance de Notre-Dame, son ardent désir que soit pratiquée partout, le plus possible, cette dévotion réparatrice qui lui est chère, parce qu’elle est parfaite et donc efficace pour le salut des âmes. «  Il me semble, écrivait sœur Lucie au Père Gonçalves en mai 1930, que le Bon Dieu, au fond de mon cœur, INSISTE  auprès de moi pour que je demande au Saint-Père l’approbation de la dévotion réparatrice, que Dieu lui-même et la très Sainte Vierge ont daigné réclamer en 1925. En considération de cette petite dévotion, ils veulent donner la grâce du pardon aux âmes qui ont eu le malheur d’offenser le Cœur Immaculé de Marie, et la très Sainte Vierge promet aux âmes qui chercheront à lui faire réparation de cette manière, de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour leur salut. »

          C’est parce qu’Elle désire nous y engager à tout prix que Notre-Dame y a joint de merveilleuses promesses. En effet, en plus de notre propre salut éternel et de la conversion des pécheurs, Elle a voulu lier à la communion réparatrice une autre promesse magnifique, celle du don de la paix. Sœur Lucie pouvait écrire, le 19 mars 1939  : «  De la pratique de cette dévotion UNIE à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, dépendent pour le monde la paix ou la guerre. C’est pourquoi j’ai tant désiré sa propagation  ; et puis surtout, parce que telle est la volonté de notre Bon Dieu et de notre si chère Mère du Ciel.  » (…)

            Il importe de souligner que la politique dévoilée à Fatima n’est encore qu’un instrument dont use la Miséricorde divine pour obtenir le salut du plus grand nombre d’âmes possible. (…) Sauver les âmes, toutes les âmes, (disait le père Kolbe) du seul mal véritable parce que le seul éternel, les ARRACHER COUTE QUE COUTE AU FEU DE L’ENFER , tel est le premier souci du Cœur Immaculé de Marie qui se révèle d’abord comme l’ultime recours des pécheurs, et même des plus odieux et des plus misérables, car Elle est la Médiatrice de Miséricorde et la Porte du Ciel.

.

    La photo ci dessous est extraite du livre cité au début. Elle représente Lucie mimant l'attitude le la Vierge Marie lorsqu'Elle montra son Coeur Immaculé au cours de l'apparition du 13 juin 1917. Cette photo a été prise à Tuy, sur la terrasse du noviciat des soeurs Dorothées, entre le 22 et le 30 aout 1945. 

79972-anniversaire-des-apparitions-de-pontevedra-2-2

.

   Pour complèter cet extrait du livre '' Fatima Joie intime, événement mondial'' , voici les 3 dogmes relatifs aux 3 espèces d'offenses envers le Coeur Immaculé de Marie. 

        Son Immaculée Conception : Définie par l’encyclique  ’’Ineffabilis Deus’’  du pape Pie IX du 8 décembre 1854 et que nous venons de fêter il y a 5 jours.

          Sa Virginité perpétuelle :  Proclamée  au Concile du Latran, en 649, par le Pape Martin Ier. Isaïe annonce le signe de Dieu : une vierge va concevoir. Marie est vierge de tout péché y compris du péché originel. Comment une vierge pourrait concevoir si ce n'est par action divine (Isaïe 7,14) : « C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge a conçu, et elle enfante un fils, et elle lui donne le nom d'Emmanuel. » Isaïe annonce une naissance sans travail et sans douleur.  Marie est vierge de tout péché y compris du péché originel elle n'a donc pas à souffrir les douleurs de l'enfantement (Gn 3, 16). Comment une vierge pourrait enfanter tout en restant vierge si ce n'est par action divine (Isaïe 66, 7-8) : « Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant que les douleurs lui vinssent, elle a mis au monde un enfant mâle. Qui a jamais entendu chose pareille, qui n'a jamais rien vu de semblable ? Un pays naît-il en un jour, une nation est-elle enfantée d'un seul coup, que Sion, à peine en travail ait mis au monde ses fils ? »        

    Sa Maternité divine:   Définie au concile d’Ephese en 431 et honorée le 11 octobre  dans la forme extraordinaire du rite romain, et le  Ier janvier dans la forme ordinaire. ( Notre récente publication  https://hozana.org/publication/39815-sainte-marie-mere-de-dieu-priez-pour-nouset-a-l-heure-de-notre-mort )

 

Ci dessous la traduction du cantique ‘’ salve mater miséricordiae ''

                ‘’Salut, Mère de Miséricorde, Mère de Dieu et Mère du Pardon, Mère de l’Espérance et Mère de la Grâce, Mère comblée de la Sainte Joie,
Ô Marie !

                Salut, beauté du genre humain, Salut, Vierge plus digne que les autres, Toi qui outrepasses toutes les vierges, Et sièges plus haut dans les hauteurs,
Ô Marie !

                Dieu t’a créée admirable, Il t’a regardée comme humble servante, Il t’a cherchée comme aimable épouse, Jamais il ne fit une autre semblable à toi,
Ô Marie ! 

                Ils désirent te louer comme bienheureuse, Tous les justes, mais sans y atteindre, moultes louanges de toi ils conçoivent, mais en elles ils défaillent complétement,
Ô Marie !

                Sois, Mère, notre repos, Sois, ô Vierge, notre joie, Et nous enfin, après cet exil, Réunis-nous heureux aux chœurs des Cieux,
Ô Marie !

.

    Comme précisé au début de cette seconde partie, souvenons nous que '' ce qui est premier dans le message de Fatima, c’est la foi, et la foi catholique, précise, dogmatique. ''  Rappelons l'entretien de soeur Lucie avec le père Fuentes du 26 décembre 1957  avec notre publication  ( https://hozana.org/publication/18882-entretien-de-soeur-lucie-avec-le-pere-fuentes-le-26-decembre-1957-2-sur-6  ) et dans ce texte vous trouverez les propos du cardinal Burke relatifs à la partie secrete du message de Fatima.)

.

       ''Quant à toi, cherche sans cesse, par tes prières et tes sacrifices, à émouvoir ma miséricorde  a l’égard de ces pauvres âmes.'' (Notre Seigneur à  sœur Lucie le 29 mai 1930)  

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

16 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Maria Luz
Maria Luz place Santiago, il y a 15 jours
AMÉN 🙏
Marie-Thérèse
Marie-Thérèse place Quincy-Voisins, il y a 15 jours
En union de prières - Amen -
Philippe
Philippe place Le Blanc, il y a 15 jours
En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie
Florence
Florence place Plouray, il y a 15 jours
amen
Philippe
Philippe place Le Blanc, il y a 15 jours
Amen
Marie therese
Marie therese place Carcès, il y a 15 jours
Amen !!! 💗💗💗
Philippe
Philippe place Le Blanc, il y a 15 jours
Amen
Chantal
Chantal  il y a 15 jours
AMEN!
Philippe
Philippe place Le Blanc, il y a 15 jours
Amen
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies