L’attente d’un accomplissement terrestre - 30/30 - Hozana

L’attente d’un accomplissement terrestre - 30/30

L’attente d’un accomplissement terrestre - 30/30

Le règne du Messie sur terre inaugurera la vie qui n'a pas de fin auprès de Dieu (Isaïe 2,1)

(Royaume de Dieu)

« Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront »
(Psaume 71,11)

Au terme de ces 30 jours, nous ne pouvons que constater que ce sont d’innombrables prophéties, figures ou images qui sont accomplies avec la venue de Jésus. 

Sa venue et son mystère ont été annoncés à tous les Patriarches (Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, David) ; les prophètes ont évoqué si précisément tous les aspects de sa vie, de son Incarnation, à l’Annonciation, la Nativité, la Présentation au Temple, sa vie cachée, son baptême, sa prédication, l’ensemble du mystère de la rédemption avec la Cène, la Passion, la Crucifixion, la mort, le samedi saint et la Résurrection, puis l’Ascension, la Pentecôte, et même la division d’Israël, et la mission de l’Église  qu’il semble bien difficile et même assez impossible de ne pas reconnaître objectivement en Jésus le Messie attendu ...

Comment expliquer alors que tant de juifs en Israël ne l’aient pas reconnu en sa première venue ?

L’Évangile dans la parabole des vignerons homicides semble indiquer que certains l’avaient reconnu, mais qu’ils ne voulaient pas « qu’il règne sur eux » (Lc 20,9-14). Comment serait-ce imaginable ? L’explication peut venir du Talmud qui affirme que les chefs des juifs de l’époque étaient très corrompus et illégitimes à leur place (c’est ainsi que les juifs expliquent la chute du Temple en 70) : or si les dirigeants faisaient des œuvres de ténèbres et avaient usurpé le pouvoir, il est assez compréhensible qu’ils n’aient pas voulu « aller à la Lumière » (Jn 3,20-21) et devoir reconnaître en vérité leurs turpitudes.

Pour les autres, une des meilleures réponses est donnée dans le dernier tome (n°10 pages 51 à 59) de « l’Évangile tel qu’il m’a été révélé », dans le récit de l’apparition du Christ aux disciples d’Emmaüs rapporté par la grande mystique Maria Valtorta (cf. la vidéo : Maria Valtorta, un don de Dieu validé par la science »)   

Jésus explique que l’attente la plus forte de ses contemporains était celle du Roi-Messie annoncé à David (2 Sa 7,5-9) mais qu’elle était comprise humainement comme la promesse d’un Roi puissant qui aurait rassemblé Israël et qui l’aurait libéré des romains en restaurant la royauté pour l’éternité.

« On pensait à un roi selon la nature humaine, mais dans la pensée de Dieu, la reconstruction du royaume d’Israël n’était pas limitée ni dans le temps, ni dans l’espace, ni dans les moyens.
- 1°/ dans le temps, les royautés terrestres, même les plus puissantes, ne sont pas éternelles mais le royaume du Messie devait l’être (2 Sa 7,13 ; Dn 2,39-45 ; 7,9-14)
- 2°/ dans l’espace, la royauté du Messie ne devait pas être seulement limitée à la petite étendue de la Palestine : elle s’étend du Nord au Midi, de l’Orient à l’Occident, sur tous les hommes de tous les temps (Gn 22,18 ; Ps 2,1 ; 72,1-17 ; Za 9,10 ; Dn 7,14 ; Ha 2,14)
- 3°/ dans les moyens, comment un seul aurait-il pu réunir en lui-même tous les peuples ennemis entre eux et en faire un unique royaume sans répandre des fleuves de sang et les assujettir tous par la cruelle oppression des hommes d’armes ? Et comment aurait-il pu alors être le roi pacifique dont parlent les prophètes (Za 9,9 ; Ag 2,9 ; Ps 72,7) ?
Le Messie devait avoir une royauté semblable à celle de Dieu qui l'a envoyé : une royauté toute spirituelle et éternelle, pure de violence et de sang, ignorante des trahisons et des injustices » 

Jésus a effectivement comblé et dépassé toutes les attentes, en étant vainqueur de toute haine par l’amour, en libérant Israël et tous les hommes du péché et de la mort (Is 25,8 ; 53,4-12 ; Jr 31,34 ; Os 13,14 ; Dn 9,24), en ouvrant définitivement à tous les portes d’un Royaume éternel auprès de Dieu (Ps 24,8), et il a promis de revenir « bientôt » (Ap 1,1 ; 22,6) pour établir son règne (Ac 1,6 ; Ap 20,4) pour lequel nous devons prier et espérer.

Pourtant les juifs ont 3 arguments forts pour s'opposer à l'idée que Jésus était le Messie attendu, trois grandes promesses messianiques qui ne sont pas encore accomplies, et qui concernent un accomplissement du règne du Messie sur la terre

1. Le rassemblement des exilés d’Israël après leur dispersion sur toute la terre

Par exemple : « Il lèvera un étendard pour les nations, il rassemblera les exilés d’Israël et les dispersés de Juda des quatre coins de la terre » (Is 11,12) ou « Je les ferai sortir d’entre les peuples, je les rassemblerai des différents pays et je les ramènerai sur leur terre » (Ez 34,13 ; 37,21) et beaucoup d'autres prophéties en ce sens.

2. La Paix Universelle sur toute la terre

Par exemple : « De leurs épées, ils forgeront des socs (…) on ne lèvera plus l’épée peuple contre peuple, on n’apprendra plus la guerre » (Is 2,4) ou « En ces jours-là fleurira la justice,  grande paix jusqu’à la fin des lunes » (Ps 71,7) ou « Il dominera de la mer à la mer et du fleuve jusqu’aux extrémités de la terre » (Ps 71,8)

3. L’Adoration universelle de toute les nations à Jérusalem

Par exemple : « Alors le Seigneur sera roi sur toute la terre » (Ez 14,9) « Le pays sera rempli de la connaissance du Seigneurcomme les eaux couvrent le fond de la mer » (Is 11,9) ou « Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront » (Ps 71,11)

Il est clair que ces trois choses ne sont pas encore arrivées dans l'Histoire, sur terre,, mais dans la perspective chrétienne, elles concernent ce retour promis du Christ dont nous attendons la venue dans la gloire.

Il faut donc regarder à la fois ce qui concerne le temps de la « restauration universelle » (Ac 3,21) dont nous avons parlé, et ce qui concerne le temps de l'éternité.

Dans la tradition juive,

« 1.000 ans sont comme un jour » (Ps 90,4 repris par 2 P 3,8) et comme les jours bibliques de référence sont les 7 jours de la Genèse, les juifs en sont venus à penser que le monde durera 6.000 ans : « 2.000 ans dans le chaos, 2.000 sous la Loi et 2.000 qui seront les jours du Messie » (Talmud – traité Sanhédrin 97A), au terme desquels l’humanité entrera dans un temps particulier, le « septième jour », « le jour du repos », « le jour du Seigneur ». Comme nous sommes d’après le calendrier juif en l’an 5777 depuis Adam, cela voudrait dire que le Messie est venu depuis plus de 1700 ans …

En commentant la prophétie de Jérémie : « Voici que YHWH va créer une chose nouvelle sur la terre : la Femme enveloppera l’Homme » (Jr 31,22) qui se rapporte au Messie « comme les anciens rabbins ne faisaient pas de difficulté d’en convenir », le Zohar commente, dans la section Beréschit :

« Au temps à venir, qui est la fin des jours (Gn 49,1), au sixième jour, qui est le sixième millier d'années, lorsque le Messie viendra, car le jour de Dieu saint, béni soit-il, est de mille ans, en ce jour l'Église d'Israël s'appuie sur son époux qui est le juste du jour du sabbat, du jour du repos, pour lui préparer la table » (DHES 2 page 44)

« Ce Messie à venir pourrait-il n’être qu'un simple mortel ? Comment pourrait-il alors être l'objet de l’adoration de toutes les langues ? N'est-il pas prédit au contraire qu'à l'avènement du Messie le nom de YHWH des armées sera grand parmi les nations, depuis le levant Jusqu'au couchant ? Et qu'en ce jour-là YHWH sera seul reconnu sur la terre, et son nom sera seul invoqué ? (Ma 1,11 ; Is 24,14-15 ; 45,6 ; 59,19 ; Ps 49,1 ; 112,3 ; Za 14,19) » (LRC 2 page 251)

« Aux jours du Messie tous les livres des prophètes seront annulés » (Midrasch de Maïmonides, traite Meguilla, ch.2,§ 18) et on entrera sous un nouveau régime de la Loi (cf. LRC 2 page 20), ce qui est effectivement ce qui est arrivé il y a 2.000 ans.

Dans l’accomplissement chrétien,

Jésus est « le centre du cosmos et de l’histoire » comme l’écrivait Jean-Paul II dans la première phrase de sa première Encyclique (Redemptor Hominis 1) et il est aussi le Seigneur éternel, dont le règne concerne avant tout l'éternité.

- Lui-même demeure éternellement comme dit le Psaume : « Tu es mon Fils, moi aujourd’hui je t’ai engendré » (Ps 2,6.12) dans lequel « aujourd’hui signifie "éternellement", le temps qui est toujours présent » (LRC 2 page 215

- « Son nom durera éternellement » (Ps 71,17) est-il dit également du Messie (LRC 2 pages 130-132), lui qui vient offrir « un salut éternel » (LRC 2 pages 135-145) en « un royaume éternel » (Dn 7,13-14 et LRC 2 page 205) ou « éternel est son amour » (Ps 99,5 ; 105,1 ; 106,1 ; 117,1 et surtout le Psaume 135,1). 

Aujourd’hui, dans le monde pousse « le bon grain et l’ivraie » (Mt 13,24-43) mais au terme de l’Histoire, il ne restera dans l'éternité que Dieu et ses amis dans le mystère du Christ qui disait :

 « Tout plan que mon Père céleste n’a pas planté sera arraché » (Mt 15,13)

 Dans 100.000 ans il ne restera rien de toutes les médiocres gloires du monde … mais seul ce que nous aurons construit avec Dieu subsistera ! ... C’est aussi ce que dit le Psaume 102 :

« L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ;
comme la fleur des champs, il fleurit :
dès que souffle le vent, il n'est plus,
même la place où il était l'ignore.
Mais l'amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,
est de toujours à toujours,
et sa justice pour les enfants de leurs enfants,
pour ceux qui gardent son alliance
et se souviennent d'accomplir ses volontés.
(Ps 102,15-18)

La Sainte Vierge le chante dans son Magnificat :

« Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent » (Lc 1,50)

Saint Paul le dit à son tour :

« Les choses visibles n’ont qu’un temps, les choses invisibles sont éternelles » (2 Co 4,12).

Saint Pierre aussi ;

« Toute chair est comme l’herbe, toute sa grâce, comme la fleur des champs : l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe sur elle le souffle du Seigneur. Oui, le peuple est comme l’herbe : l’herbe se dessèche et la fleur se fane, mais la parole de notre Dieu demeure pour l’éternité » (Is 40,6-8 repris par 1 P 1,25)

Saint Jean également en son vieil âge :

« Le monde passe avec ses convoitises, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (1 Jn 2,17).

Et voici ce que répétais Saint Ignace de Loyola  à son compagnon qui deviendra le grand Saint François Xavier :

« Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ?
   Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? (Mt 16,26 ; Lc 9,25)

Le but de la vie est de connaître et aimer Dieu et tout ce qui se rapporte à la vie éternelle et il faut réaliser que tout le reste passe très vite et a peu de consistance.

Quand on a la grâce d’accompagner un proche ou un ami qui part vers le Père, on se rend compte que le temps passe très vite, et c’est pourquoi que la venue du Christ se fasse au temps de notre présence sur terre ou au moment de notre mort, il est parfaitement exact au regard du temps éternel de dire qu'il vient « bientôt » (Ap 1,1 ; 22,6).

Mais il faut aussi considérer le retour du Christ dans la gloire, que nous attendons sur terre, dans le temps de l'Eglise.

Oui, ce retour est annoncé (Ph 4,5 ; He 10,24 ; Jc 5,8 ; 1 P 4,7 ; Ap 1,3 ; 22,7 ; 22,10 ; 22,12 ; 22,20) !

A quoi correspond exactement l’économie annoncée de cette venue glorieuse de Jésus ?

  • En fait, l’Eglise Corps du Christ doit « suivre l’Agneau» (Ap 14,4) : elle doit « suivre son Seigneur dans sa mort et sa résurrection (CEC 677) et passer analogiquement par là où il est passé :
  • La grande apostasie du monde (Mt 24,12Lc 18,82 Th 2,3) sera suivie d’une « épreuve finale » de l’Eglise (Mt 24,21CEC 675) et de la venue de l’Antéchrist (2 Th 2,3-4 ; 1 Jn 4,3) « qui concentrera toutes les hérésies » (Saint Irénée, Adversus Haereses V, 25,1) et qui se fera adorer (Ap 13,8), pour un temps qui correspond à la Passion,
  • La venue glorieusedu Christ (1 Tm 6,142 Tm 4,1-8Tt 2,13) qui fera tomber l’Impie « par le souffle de sa bouche » (2 Th 2,8) pour sauver ses élus (Mt 24,22 ; Mc 13,20 ; He 9,28) et qui fera descendre du Ciel son épouse (cf. CEC 677 et Ap 21,2-4) pour « établir son règne » (Ap 19,6), correspond à la Résurrection de Jésus,
  • Un « règne de Dieu sur la terre», identifié dans l’Ecriture à un millénium (une période symbolique de 1000 ans - cf. Ap 20,2-3) ou autrement dit « un temps de paix donné au monde » (cf. Fatima), qui correspondra aux 40 jours de présence sur terre du Christ glorifié,
  • La « fin du monde» (1 Th 4,17Ap 20,9-10), qui correspondra à l’Ascension du Christ auprès de Dieu.
  • Le « jugement dernier» (Dn 7,10Jl 3-4Ml 3,19 ; Mt 3,12 ; Mt 25,40 ; Ap 20,12), qui correspond à l’entrée dans le règne éternel de Dieu.
  • Voilà tout ce que nous attendons et que prépare le « Nouvel Avent » (Jean-Paul II) que nous vivons !
  • « Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foisur la terre ? » (Lc 18,8)

« Oui, mon retour est proche » dit le Seigneur (Ap 22,20)

« Dieu ne fait rien sans en avertir ses serviteurs les prophètes » (Am 3,7) et il est vrai qu’aujourd’hui semblent se multiplier les révélations privées, petites ou grandes, qui annoncent la venue en gloire du Seigneur après une période de tribulation. Beaucoup de signes indiqués par l’Évangile (Lc 21,29-32) pour le retour du Christ sont déjà accomplis comme le constatait Paul VI en son temps :
- la foi a été prêchée jusqu’aux extrémités du monde « à la face de toutes les nations » (Mt 24,14),
- les enfants d’Israël sont de retour sur leur terre (Lc 21,24)
- et l’apostasie annoncée est déjà généralisée (2 Th 2,3). 
Il ne manque que la venue de l'Antéchrist ...

En réponse, que devons-nous faire ?

Nous sommes certainement invités à faire grandir notre foi et notre prière qui doit être plus que jamais fervente, confiante et permanente :

« Que ton règne vienne sur la Terre comme au Ciel ! » (Mt 6,10)

« Amen, Viens Seigneur Jésus ! » (Ap 22,20)

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Christine
place Québec, il y a 3 mois
Amen
Claire
place Québec, il y a 3 mois
Mon Seigneur et mon Dieu, prends pitié de nous. Que Gloire et Louanges vous soient rendues, éternellement. Amen, Alléluia ! Maranatha, viens Seigneur Jésus. Amen, Alléluia !
Jean-Pierre
 il y a 3 mois
L'avertissement de https://www.aelf.org/bible/Ap/1 est clair, il est nécessaire pour les guerriers en perdition qui abattent les fils des saints qui agissent à travers le monde selon les commandements du Christ et sa grâce, gage d'éternité, de baisser leurs bras armés pour respecter l'image de la première Nation sainte né en notre Pays hexagonal de France et de respecter et suivre ses familles et son représentant dont les noms sont inscrits comme compagnons de Dieu. Ce dragon, qui donne son pouvoir à l'homme qui incarne cette bête à la tête qui repousse en s'inspirant des miracles de la passion pour refouler l'Esprit-Saint de nos coeur en vouant à l'anathème toute l'Histoire construite pour fonder le Royaume avec le Christ doit cesser ses actions psychopathiques contre le genre humain tout entier. Sinon lui-même ne pourra plus jamais combattre avec ce pouvoir humain lui donnant tant de force dans l'univers tout entier. Retrouver enfin ce temps de repos et de grâce attendu est nécessité primordiale pour donner tous son sens aux paroles de vie et d'amour inscrites en notre bravoure paisible pour mettre fin aux blasphèmes entrés avec tous ces loups, féroces soldats voulant faire police et morale contre notre beau Ciel , froissant la liberté des autres, âpres aux gains dans notre Bergerie.
Patrick
place Neuilly-sur-Seine, il y a 3 mois
Espérance, Confiance et Vive Dieu.
Daniel
place Maisons-Laffitte, il y a 3 mois
Bonjour, Il y a une erreur entre la référence au texte d'Isaie et le texte de ce jour. Avez vous une explication pour les débutants? Merci