Nous sommes des médiateurs - Hozana

Nous sommes des médiateurs

Hi everybody. I really wanted to share with you an excerpt of Saint Faustina's Diary. This shows us her love for the souls and her great confidence in God's goodness. (version française ci-dessous).

I began at once the crochet. I sensed a stilness in my heart; I sensed that Jesus was resting in it. That deep and sweet consciousness of God's presence prompted me to say to the Lord: "Oh, most Holy Trinity dwelling in my heart, I beg you: grant the grace of conversion to as many souls as the number of stitches that I will make today with this crochet hook."

- "My daughter, too great are your demands."

- "Jesus, You know that for You, it is easier to grant much rather than little."

-"That is so, it is less difficult to grant a soul much rather than a little, but every conversion of a sinful soul demands sacrifice."

- "Well, Jesus, I offer You this whole-hearted work of mine; this offering does not to seem to me to be too small for such a large number of souls; You know, Jesus, that for thirty years, You were saving souls by just this kind of work. And since obedience forbids me to perform great penances and mortifications, therefore, I ask You, Lord: accept these mere nothings stamped with the seal of obedience as great things."

- "My daughter, I comply with your request."

Bonjour à tous, je voulais vous partager cet extrait du Petit Journal de Sainte Faustine qui nous montre combien elle aimait les âmes, et comme était grande sa confiance en la bonté de Dieu.

Le matin, ayant fini mes exercices spirituels, je me suis mise à travailler au crochet. Je sentais que Jésus reposait dans mon cœur silencieux. Et cette profonde et douce conscience de la présence divine m’a porté à dire au Seigneur : Ô Sainte Trinité qui demeurez dans mon cœur, accordez, je Vous en prie, la grâce de la conversion à autant d’âmes que je crochèterai de points aujourd’hui.

Alors j’ai entendu dans mon âme ces mots : « Ma fille, tes exigences sont trop grandes. »

-« Jésus, il Vous est cependant plus facile de donner plus que de donner peu. Mais chaque conversion d’une âme pécheresse exige un sacrifice. Je Vous offre, doux Jésus, mon travail consciencieux ; il ne me semble pas que cette offrande soit trop petite pour un si grand nombre d’âmes. Jésus, comme Vous avez Vous-même sauvé les âmes par trente ans de travail, et puisque la sainte obéissance me défend les pénitences et les grandes mortifications, je Vous prie donc d’accepter, Seigneur, ces petites choses, marquées de sceau de l’obéissance comme si c’était de grandes choses. »

J’ai alors entendu une voix dans l’âme : « Ma douce fille, Je vais satisfaire ta demande. »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6