Facebook PixelLes dévotions du Pape François - Hozana

Les dévotions du Pape François

Les dévotions du Pape François

Image sur le site Afrikamag

Chacun d'entre nous a des dévotions particulières. A quel saint se vouer pour telle ou telle cause? Quelle prière prononcer dans la détresse? Quelle neuvaine effectuer pour obtenir une grâce? Chacun trouve des réponses qui lui correspondent. Le Pape François ne fait pas figure d'exception et a lui aussi des dévotions. Découvrons aujourd'hui lesquelles.

LES DEVOTIONS DU PAPE FRANÇOIS

Xavier Accart - Hors Série sur le Pape François du Magazine Prier p. 44-45

Jorge Mario Bergoglio est personnellement attaché à des dévotions qui rendent la foi proche et concrète. Il nourrit par exemple une affection spéciale pour la figure de saint Joseph, l'époux de la Vierge. Aussi a-t-il vu comme « une coïncidence très riche de significations » le fait que son intronisation papale se déroule un 19 mars, date de la fête de ce saint: « Joseph est gardien » (de la sainte famille et de l'Eglise), parce qu’il sait écouter Dieu, il se laisse guider par sa volonté, et, pour cela, est encore plus sensible aux personnes qui lui sont confiées, il sait lire avec réalisme les événements, il est attentif à ce qui l’entoure, et il sait prendre les décisions les plus sages ». Le pape conserve aujourd'hui encore dans sa chambre, une statue de saint Joseph dormant, probable réfèrence aux sommeils au cours desquels l'ange Gabriel lui parla selon l'évangile. Le 16 janvier 2015, en voyage aux Philippines, il confiait : « Quand j’ai un problème, une difficulté, j’écris un billet et je le mets sous (ma statue de) saint Joseph, pour qu’il le rêve. Cela veut dire : qu’il prie pour ce problème ! » 

Jorge Mario Bergoglio a également toujours eu une relation particulière à la petite Thérèse, sa sainte préférée, qui n'a pas eu « peur de dépendre uniquement de la tendresse de Dieu ». A Buenos-Aires, il glissait souvent une image représentant la carmélite dans ses lettres, si brèves fussent-elles, selon le témoignage de Stefania Falasca, une journaliste italienne. Quand, de passage à Rome, il avait un peu de temps entre deux affaires, il allait prier devant une statue de la sainte dans une chapelle à Borgo, près du Tibre. « Quand j’ai un problème, témoignait-il encore en 2007, je le lui confie. Je ne lui demande pas de le résoudre, mais de le prendre en main et de m’aider ». Avec cette prière : « Petite fleur de Jésus, demande à Dieu de m’accorder la grâce que je remets avec confiance entre tes mains. ». Une pratique que le pape a emprunté à un prédécesseur jésuite, le P. Putigan, qui aurait diffusé en 1925, l'année de la canonisation de Thérèse de Lisieux, une neuvaine à la nouvelle sainte. Le pape a témoigné que « presque toujours », quand sa demande est exaucée, il reçoit « comme signe une rose ». « Une fois, ayant à prendre une décision importante à propos d’une question difficile, raconte Stefania Falasca, il remit tout entre ses mains. Quelques temps après, sur le seuil de la sacristie, une femme inconnue lui avait remis trois roses blanches » .

Le pape a enfin une dévotion profonde pour la Vierge, sous plusieurs de ces aspects. Le premier jour de son pontificat, il s'est ainsi rendu à la Basilique Sainte Marie Majeure, pour prier devant l’antique icône mariale protectrice de Rome, la Salus Populi Romani et lui offrir un bouquet de fleur. Comme tous les Argentins, il vénère surtout Notre-Dame de Lujan, patronne de son pays d'origine, dont il a une statue dans sa chambre. Il a raconté à Sainte-Marthe le 20 mai 2013 comment un homme dont les médecins disaient la fille condamnée à court terme a sauté un soir dans un autobus pour se rendre au sanctuaire marial et, se trouvant devant des grilles fermés, a passé la nuit à implorer et pleurer les mains accrochées au portail. Au petit matin, selon le pape, sa fille était guérie.

Marie qui défait les noeuds

Le pape François est connu pour avoir importé en Argentine une dévotion qui s'est diffusé ensuite mondialement. Il s'agit de la neuvaine à Marie qui défait les nœuds. En 1986 au cours d'un séjour d'études en Bavière, il découvre dans une église d'Augsbourg, une peinture à l'huile sur tissu datant du XVIIIe siècle représentant Marie qui dénoue les nœuds d'un ruban blanc que lui tend un ange. Touché par le message de délivrance intérieure que porte cette représentantion, il diffuse son image à Buenos-Aires et permet qu'une repdouction soit placée à l'Université d'El Savador. Devenu archevêque, il autorise un culte publique dans l’Église San José de Talar et place sous son patronnage la chapelle d'une œuvre dédiée à la réinsertion de jeunes toxicomanes. Progressivement la vénération de cette Vierge est devenue la plus populaire d'Argentine après Notre-Dame de Lujan.

Dans la prière qu'il a écrite pour le livret de la neuvaine, Jorge Mario Bergoglio exprime la grâce propre de cette dévotion : « Sainte Marie, comblée de la présence de Dieu… avec grande simplicité et patience, tu nous as donné un exemple pour démêler l'écheveau de nos vies… Fais en sorte que soient ordonnées et plus évidents les liens qui nous unissent au Seigneur… dénoues les liens qui enserrent notre vie, nous te demandons de prendre dans tes mains et de nous libérer des attaches et des confusions dont nous tourmente celui qui est notre ennemi… défais les nœuds qui font obstacle à notre union à Dieu, en sorte que délivrés de tout désordre et de toute erreur, nous puissions le rencontrer en toutes choses, trouver en lui le repos de nos coeurs ».

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader