Facebook PixelUne expérience spirituelle forte: son appel - Hozana

Une expérience spirituelle forte: son appel

Une expérience spirituelle forte: son appel

Image: La vocation de St Matthieu, Le Caravage, 1598, Eglise St Louis-des-Français de Rome

Le 21 septembre 1953, jour de la fête du St Apôtre Matthieu, Jorge Mario Bergoglio entend l'appel de Dieu. Cette expérience spirituelle est à l'origine de toute sa vie intérieure. Découvrons aujourd'hui cette expérience et tâchons d'écouter davantage les motions de l'Esprit pour nous laisser transformer et Vivre.

L'appel de Bergoglio ou le pécheur "miséricordié" - Xavier Accart - Prier Hors Série sur le Pape François p.12

Le Pape François aime forger des mot et expressions nouveaux. Parmi ses inventions, un verbe exprime le coeur de son expérience spirituelle : « être miséricordié ». Tout s'est passé lors de la fête de saint Matthieu, le 21 septembre 1953, à Buenos-Aires. Il passe à l'église pour prier avant de partir en week-end avec des amis. Parmi eux, une jeune fille avec laquelle il pense s'engager. Là, il se sent poussé à entrer dans un confessionnal. Il y rencontre un nouveau prêtre. Le clerc, qui a un rayonnement peu commun, lui propose de recevoir le sacrement de la miséricorde (voir p. 40 du Hors Série Prier sur le Pape François).

Et là, dans le vieux confessional en bois, advient l'expérience décisive qu'il a rapprochera plus tard de celle vécu par le publicain Lévi (Matthieu), dans l'évangile. Ce pécheur aux yeux des juifs, car il s'enrichit en collaborant avec l'occupant, se voit regarder par Jésus avec « le regard intérieur de sa Miséricorde » qui « le touche au plus intime de son âme en y répandant la grâce de sa lumière », écrit Bède le Vénérable, cité en cette fête par le bréviaire. Ce moine du 8e siècle ajoute : « Vidit ergo Iesus publicanus et quia miserando atque eligendo vidit », ce que Jorge Bergoglio traduira : « Jésus vit le publicain et, « le miséricordiant », le choisit.»

« Au moment même où le Seigneur fait miséricorde à quelqu’un, commente le cardinal Barbarin, il le choisit, il l’inonde de sa grâce, et ce cadeau de Dieu devient sa mission. C'est en recevant le pardon de ses péchés que Jorge Bergoglio découvre le choix de Dieu sur lui et se décide à commencer la longue route de sa vocation. De façon indissociable, Bergoglio se sent pardonné – miséricordié – et appellé ». Devenu jésuite, il retrouvera cette expérience fondamentale dans les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola. La première des quatre semaines de ces exercices fait en sorte de la susciter pour que puisse se faire une élection, un choix, que le retraitant puisse se sentir élu par Dieu et l'élire comme son Seigneur.

Le Christ est celui qui appelle et son appel est fondateur pour celui qui le reçoit. « Le Seigneur, en nous donnant notre mission, fonde notre être, affirmait ainsi l'archevêque de Buenos-Aires dans une retraite préchées à ses frères évêques d'Espagne. Il ne le fait pas de manière purement fonctionnelle, comme celui qui donne une occupation ou un emploi quelconque. Il le fait avec la force même de son Esprit, de sorte que nous appartenons à cette mission et que notre identité en est définitivement marquée ».

Cela rejoint l'expérience mystique profonde de sainte Thérèse d'Avila qui, après avoir cherché un tête à tête avec son Seigneur, prit conscience qu'il lui donnait comme nom « Fille de l'Egise » et que l'architecte divin, le Saint-Esprit qui construit l’Église, lui donnait une place unique, comme à chacun des enfants de Dieu. On comprend ainsi que, sommé de se définir lors d'un entretien accordé aux revues jésuites, le pape François répondait tout simplement : « Je suis un pécheur sur lequel le Seigneur a posé son regard ». On comprend également qu'il ait souhaité lancer une année jubilaire exceptionnelle pour permettre à chacun de se laisser miséricordier, c'est-à-dire de se laisser pardonner, envelopper et appeler par la tendresse du Père.

Pour découvrir d'avantage le Pape François et l'Eglise, rejoignez les abonnés du magazine Prier ! https://www.magazine-prier.fr/

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader