Facebook PixelPrions le Chapelet des Sept Douleurs de la Très Sainte Vierge Marie - Hozana
Claudie

Claudie dans Prions Notre-Dame des sept Douleurs

Publication #9Initialement publiée le 16 septembre 2018

Prions le Chapelet des Sept Douleurs de la Très Sainte Vierge Marie

Prions le Chapelet des Sept Douleurs de la Très Sainte Vierge Marie

Le chapelet des sept douleurs de la Vierge Marie possède 59 grains, ou 52 grains et 7 médailles qui représentent les 7 douleurs de Marie à méditer.

79480-prions-le-chapelet-des-sept-douleurs-de-la-tres-sainte-vierge-marie


Comment réciter le chapelet 

Première version :

Ce chapelet se dit en récitant sept septaines, composées chacune d'un Pater et de sept Ave, et en méditant les Sept Douleurs principales de la Très Sainte Vierge Marie.

Au début
« Ô mon Dieu, je Vous offre ce chapelet en l'honneur des Sept Douleurs principales de Marie, pour Votre plus grande gloire, pour ma conversion et la conversion ou l'adhésion parfaite de tous les hommes de la terre à Votre Fils bien-aimé, Jésus-Christ, notre Salut et notre unique Voie pour aller en Vous avec le Saint-Esprit, pour les siècles des siècles ».

1 Pater, 3 Ave

Entre chaque septaine
«Mère pleine de Miséricorde, gardez présentes à mon cœur les souffrances de Jésus dans Sa Passion».


1ère Douleur : La Prophétie de Siméon
La Très Sainte Vierge ayant présenté Son Fils unique au Temple, le saint vieillard Siméon Lui dit : « Cet Enfant sera en butte à la contradiction ; et Vous-même, un glaive transpercera Votre âme ». Par ces paroles, il Lui annonce la Passion et la Mort de Jésus-Christ Notre-Seigneur.
1 Pater, 7 Ave


2ème Douleur : La Fuite en Égypte
La Très Sainte Vierge est obligée de fuir en Égypte pour soustraire l'Enfant-Jésus à la persécution du cruel Hérode, qui Le cherche pour Le mettre à mort.
1 Pater, 7 Ave


3ème Douleur : La Perte de l'Enfant-Jésus au Temple de Jérusalem
La Très Sainte Vierge, au retour des fêtes de Pâques, ne trouve plus l'Enfant-Jésus, et pendant trois jours entiers Le cherche avec Saint Joseph dans la plus grande affliction.
1 Pater, 7 Ave


4ème Douleur : La Rencontre de Jésus avec Sa Mère 
La Très Sainte Vierge rencontre Jésus sur le chemin du Calvaire, et Le voit portant sur Ses épaules déchirées la lourde Croix à laquelle Il va être attaché pour notre Salut.
1 Pater, 7 Ave


5ème Douleur : Le Crucifiement de Jésus et mort de Jésus sur la Croix
La Très Sainte Vierge voit Jésus cloué à la Croix, répandant Son Sang par toutes les Plaies dont Son Corps est couvert et mourant enfin après trois heures de cruels tourments.
1 Pater, 7 Ave


6ème Douleur : Jésus est descendu de la Croix et remis à Sa Mère
La Très Sainte Vierge, après avoir vu le Cœur de Son divin Fils percé par la lance, reçoit Son Corps inanimé sur Ses genoux.
1 Pater, 7 Ave


7ème Douleur : Jésus est mis au tombeau
La Très Sainte Vierge accompagne au tombeau le Corps très Saint de Son Fils, et voit la lourde pierre roulée à l'entrée du sépulcre.
1 Pater, 7 Ave


Deuxième version :

On commence par les 7 groupes de 7 grains.

Sur la médaille, on énonce le mystère, l'intitulé de la douleur infligée à Marie.

Voici les 7 douleurs, dans l'ordre :

1. Le vieillard Siméon annonce à Marie qu'un glaive de douleur percera son âme. (Lc 2,25-35)

2. La fuite en Égypte. (Mt 2,13-15)

3. La disparition de Jésus. (Lc 2,41-52)

4. Marie voit son fils chargé de la croix. (Lc 23,27)

5. Marie au pied de la Croix. (Jn 19,25-27)

6. Marie reçoit le corps inanimé de son Fils. (Jn 19,38-40)

7. Marie au tombeau de Jésus. (Jn 19,41-42)


---> On récite ensuite un Notre-Père.


Sur les 7 grains qui suivent on récite 7 Je vous salue Marie.

Après chaque Je vous salue Marie on récite l'invocation suivante :

« Priez pour nous Vierge de douleurs, que nous soyons dignes des promesses de Jésus-Christ »


---> On termine le chapelet sur les trois grains du début.

On récite 3 Je vous Salue Marie et 1 Notre Père sur la médaille principale de Notre Dame des 7 Douleurs.

On peut réciter le Je vous salue Marie traditionnel ou le remplacer par le Je vous salue Marie de Notre Dame des Douleurs de Saint Bonaventure, dont voici le texte :

« Je vous salue Marie, pleine de douleurs, le Seigneur crucifié est avec vous. Vous êtes éplorée entre toutes les femmes, et Jésus le fruit béni de vos entrailles, est éploré.

Sainte Marie, Mère de Jésus crucifié, donnez nous vos larmes, nous qui avons crucifié Votre fils, maintenant et à l'heure de notre mort ! AMEN. »


NB : différentes manières de réciter ce chapelet sont possibles.

On peut, avant de commencer le chapelet et/ou à la fin, réciter le Stabat Mater Dolorosa, 

"Debout, la Mère des douleurs,
Près de la croix était en larmes,
Quand son Fils pendait au bois.

Alors, son âme gémissante,
Toute triste et toute dolente,
Un glaive le transperça.

Qu'elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils de Dieu !

Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.

Quel homme sans verser de pleurs
Verrait la Mère du Seigneur
Endurer si grand supplice ?

Qui pourrait dans l'indifférence
Contempler en cette souffrance.
La Mère auprès de son Fils ?

Pour toutes les fautes humaines,
Elle vit Jésus dans la peine
Et sous les fouets meurtri.

Elle vit l'Enfant bien-aimé
Mourir tout seul, abandonné,
Et soudain rendre l'esprit.

Ô Mère, source de tendresse,
Fais-moi sentir grande tristesse
Pour que je pleure avec toi.

Fais que mon âme soit de feu
Dans l'amour du Seigneur mon Dieu :
Que je lui plaise avec toi.

Mère sainte, daigne imprimer
Les plaies de Jésus crucifié
En mon cœur très fortement.

Pour moi, ton Fils voulut mourir,
Aussi donne-moi de souffrir
Une part de ses tourments.

Donne-moi de pleurer en toute vérité,
Comme toi près du crucifié,
Tant que je vivrai !

Je désire auprès de la croix
Me tenir, debout avec toi,
Dans ta plainte et ta souffrance.

Vierge des vierges, toute pure,
Ne sois pas envers moi trop dure,
Fais que je pleure avec toi.

Du Christ fais-moi porter la mort,
Revivre le douloureux sort
Et les plaies, au fond de moi.

Fais que ses propres plaies me blessent,
Que la croix me donne l'ivresse
Du sang versé par ton Fils.

Je crains les flammes éternelles;
Ô Vierge, assure ma tutelle
A l'heure de la justice.

Ô Christ, à l'heure de partir,
Puisse ta Mère me conduire
À la palme des vainqueurs.

À l'heure où mon corps va mourir,
À mon âme, fais obtenir
La gloire du paradis.

Amen !"

Attribuée au franciscain italien Jacopone da Todi (13ème siècle).

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

J 7. « Marie abandonne le corps de son Fils lors de la mise au tombeau »

Publication #8Initialement publiée le 15 septembre 2018

J 6. «Marie accueille son Fils dans ses bras lors de la descente de Croix»

Publication #7Initialement publiée le 14 septembre 2018

J 5. « Marie contemplant la souffrance et la mort de Jésus sur la Croix »

Publication #6Initialement publiée le 13 septembre 2018

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader