Message recu par Valentina Papagna - Sydney 2007 - Hozana

Message recu par Valentina Papagna - Sydney 2007

L’Ange est venu à moi et m’a dit : « Je te guiderai aujourd’hui vers les plus pauvres des âmes souffrantes » Nous avons marché et sommes arrivés à un espace ouvert. Beaucoup d’âmes se sont approchées de nous, très déprimées et pauvrement vêtues, en gris. Le lieu est aussi très terne et déprimant. Elles parlèrent : « Nous sommes dirigées vers toi. Tu es celle qui peut nous aider à soulager notre terrible tourment et la souffrance que nous traversons » L’Ange m’a regardée. (cela voulait dire que j’avais la permission de leur parler et de leur poser des questions) J’ai demandé : « Qu’avez-vous fait de si mauvais pour mériter cette souffrance? » Elles m’ont regardé tristement : « Nous avions tout pendant que nous étions vivants. L’argent n’était pas un problème, mais nous n’avons jamais aidé personne. Nous étions avares et égoïstes » J’ai répondu : « Oui, vous auriez dû aider les pauvres et les nécessiteux pendant que vous étiez tous vivants, et vous auriez été bénies pour les bonnes actions que vous auriez faites. Avez-vous au moins prié pendant que vous viviez? » Elles (les âmes) se sont regardées d’une drôle de façon et dirent tristement : « Non, nous n’avons pas prié non plus. Nous pensions que ce n’était pas nécessaire » J’ai dit : « Au moins vous auriez pu prier un peu; cela aurait aidé » Les âmes répliquèrent : « Maintenant c’est trop tard. Nous n’y pouvons rien. Nous souffrons beaucoup » Soudain, trois autobus de couleur grise sont apparues, toutes accidentées. Les portes se sont ouvertes simultanément. À l’intérieur, j’ai vu les sièges tous en lambeaux qui pendaient et s’effondraient. J’étais étonnée de ce que je voyais. L’Ange m’a dit : « Les gens riches, pendant qu’ils sont sur terre, ne savent rien de l’après vie. Ils accumulent des richesses et sont si cupides. Ils ne réalisent pas comment c’est néfaste pour leurs âmes dans l’après vie. » Je me suis sentie triste pour les pauvres âmes en les voyant si misérables. Elles ne peuvent pas s’aider elles-mêmes. Après la mort, Dieu serait miséricordieux, car il voit tout, si les gens sur terre pouvaient apprendre cette leçon et partager la richesse qui corrompt tellement leurs âmes. Seigneur prends pitié des pauvres âmes. (...)

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader