Prières de l'Ange à Fatima - Hozana

Prières de l'Ange à Fatima

Prières de l'Ange à Fatima

Voici « Les 3 Prières de l’Ange de Fatima » données aux trois bergers de Fatima (Lucie, François et Jacinthe) lors des trois Apparitions de 1916 (printemps, été, automne) à Fatima au Portugal.


Lucie venait d’avoir neuf ans, François à peine huit et Jacinthe n’avait alors que six ans. «  Il arriva donc », raconte Lucie avec sa simplicité ordinaire, « que nous allâmes, un jour, avec les brebis dans un terrain qui appartenait à mes parents, et qui se trouve au bas du Cabeço, du côté du levant. Ce terrain s’appelle « Chousa Velha ». Là, au milieu de la matinée, commença à tomber une pluie fine, qui ne mouillait guère plus que de la rosée. Nous montâmes la pente de la colline, suivis par nos brebis, à la recherche d’un rocher pour nous abriter ».

« Ce fut alors que, pour la première fois, nous entrâmes dans cette grotte bénie. Elle se trouve au milieu d’une oliveraie qui appartient à mon parrain Anastase. On voit, de loin, le petit hameau où je suis née, la maison de mes parents et les autres hameaux de Casa Velha et de Eira da Pedra. Nous avons passé la journée à cet endroit, bien que la pluie eût cessé et que le soleil se fût montré de nouveau, brillant et clair. Nous prîmes notre repas et nous nous mîmes à réciter le chapelet, et je ne sais pas s’il n’a pas été l’un de ces chapelets que, dans notre empressement à jouer, nous récitions souvent en faisant passer les grains et disant seulement « Je vous salue Marie » et « Notre Père ». La prière terminée, nous commençâmes à jouer aux cailloux ».


Ange-de-Fatima-1

La Prière de la première Apparition de l’Ange de Fatima « Ne craignez pas ! Je suis l'Ange de la Paix. Priez avec moi ! » :

Au printemps 1916, alors qu'ils paissaient leur troupeau au Cabeço, ils ont vu l'Ange pour la première fois. Lucie raconte dans ses mémoires : « Nous étions en train de jouer depuis quelque temps, lorsqu'un vent violent secoua les arbres, et nous fit lever la tête pour voir ce qui arrivait, car le temps était serein. Nous aperçûmes alors, à une certaine distance, au-dessus des arbres qui s'étendaient du côté du levant, une lumière plus blanche que la neige, qui avait la forme d'un jeune homme de quatorze ou quinze ans. Elle était transparente, plus brillante qu'un cristal traversé par les rayons du soleil, et d'une grande beauté. En arrivant près de nous, il dit :

« Ne craignez pas ! Je suis l'Ange de la Paix. Priez avec moi ! »

L’Ange de Fatima s'agenouilla à terre, et courba le front jusqu'au sol et nous fit répéter trois fois :

Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime ! Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas !

Puis il se releva et nous dit :

« Priez ainsi ! Les Cœurs de Jésus et de Marie sont attentifs à la voix de vos supplications »

Et il disparut. Ses mots sont restés gravés dans nos mémoires. Nous sommes restés sur place, répétant sans cesse cette prière jusqu'à que nous tombions de fatigue. La paix et la joie que nous ressentions étaient grandes, écrit Lucie, mais seulement intérieures, notre âme étant complètement concentrée en Dieu.


Ange-de-Fatima-2

La Prière de la deuxième Apparition de l’Ange de Fatima « Offrez sans cesse au Très-Haut des prières et des sacrifices » :

La deuxième Apparition de l'Ange de Fatima eut lieu un jour d’été 1916, alors qu'ils jouaient près du puits de la maison de Lucie. Soudain, raconte Lucie, nous vîmes le même Ange près de nous.

« Que faites-vous ? » nous dit-il. « Priez, priez beaucoup ! Les Saints Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des Desseins de Miséricorde. Offrez sans cesse au Très-Haut des prières et des sacrifices »

« Comment devons-nous nous sacrifier ? » demandai-je.

« De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. De cette manière, vous attirerez la paix sur votre patrie. Je suis son Ange gardien, l’Ange du Portugal. Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra ».

Comme précédemment, François avait vu l'Ange mais ne l'avait pas entendu. Il demande à Lucie et Jacinthe de les lui répéter mais elles étaient trop marquées par les paroles de l'Ange pour le faire. A partir de ce moment, les enfants ont commencé à offrir au Seigneur toutes leurs souffrances. Sœur Lucie dira : « Ces paroles de l'Ange se gravèrent dans notre esprit comme une lumière qui nous faisait comprendre qui est Dieu, combien il nous aime et veut être aimé de nous, la valeur du sacrifice et combien celui-ci lui est agréable, comment par égard pour lui Dieu convertit les pécheurs »


Ange-de-Fatima-3

La Prière de la troisième Apparition de l’Ange de Fatima « Très Sainte Trinité, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs » :

La troisième Apparition de l'Ange de Fatima eut lieu en automne 1916 au Cabeço. Dès que nous y arrivâmes, nous nous agenouillèrent, le visage contre terre, nous nous sommes mis à réciter la prière de l'Ange : « Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime ! Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas ! » Je ne sais combien de fois nous avions répété cette prière lorsque nous vîmes briller au-dessus de nous une lumière inconnue. Nous nous sommes relevés pour voir ce qui se passait et nous avons revu l'Ange qui tenait dans sa main gauche un calice sur lequel était suspendue une Hostie de laquelle tombaient quelques gouttes de Sang dans le calice.

Laissant le Calice et l'Hostie suspendus en l'air, il se prosterna près de nous jusqu'à terre et répéta trois fois cette prière :

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les Tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de Son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs »

Puis, se relevant, il prit de nouveau dans ses mains le Calice et l'Hostie. Il me donna la Sainte Hostie et partagea le Sang du calice entre François et Jacinthe en disant en même temps :

« Mangez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu »

Il se prosterna de nouveau jusqu'à terre et répéta avec nous encore trois fois la même prière :

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les Tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de Son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs »

Puis il disparut.

Dans cette troisième Apparition, la présence du surnaturel fut beaucoup plus intense. Nous sommes restés prosterner comme lui, répétant toujours les mêmes paroles. Ce fut François qui se rendit compte que la nuit approchait. Ce fut lui qui nous en avertit et pensa à reconduire notre troupeau à la maison. De cette communion miraculeuse, un enfant dira : « Je sentais que Dieu était en moi, mais je ne savais pas comment cela s'était fait ». Les paroles de l'Ange demandant la consolation de Dieu qui est triste à cause de tant de péchés ont très impressionné les trois bergers. Depuis ce moment, François devint le consolateur de Jésus et passait beaucoup de temps à tenir compagnie au Jésus-Caché du tabernacle. Jacinthe voulait sauver beaucoup de pécheurs, elle priait et faisaient beaucoup de sacrifices pour la conversion des pécheurs. Elle fut la première à voir les pauvres et à leur donner son repas. Bientôt, nous fûmes tous les trois à ne rien manger de presque toute la journée.



Notre-Dame-de-Fatima

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Généviève
Généviève place Gagnoa, il y a 23 jours
Mn Dieu je crois j'adore j'espère et je vous aime je vous demande pardon pour ceux qui ne crois pas qui n'adorent pas qui n'espèrent pas et qui ne vous aimes pas amen
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies