La Transformation de l'Amour - Hozana

La Transformation de l'Amour

                              "Faisant du pain son Corps et du vin son Sang, Jésus anticipe sa mort, il l'accepte au plus profond de lui-même et il la transforme en acte d'amour. Ce qui de l'extérieur est une violence brutale- la crucifiction - devient de l'intérieur l'acte d'un amour qui se donne totalement. Telle est la transformation substantielle qui s'est réalisée au Cénacle et qui visait à faire naître un processus de transformations, dont le terme ultime est la transformation du monde jusqu'à ce que Dieu soit tout en tous ( I Co 15, 28).

             depuis toujours tous les hommes, d'une manière ou d'une autre, attendent dans leur coeur un changement, une transformation du monde. maintenant se réalise l'acte central de transformation qui est seul en mesure de renouveler vraiment le monde: la violence se transforme en amour et donc la mort en vie. Puisque cet acte change la mort en amour, la mort comme telle est dèjà dépassée au plus profond d'elle-même, la résurrection est déjà présente en elle. La mort est, pour aindi dire, intimement blessée, de telle sorte qu'elle ne peut avoir le dernier mot.

                                    Pour reprendre une image qui nous est familière, il s'agit d'une fission nucléaire portée au plus intime de l'être-la victoire de l'amour sur la haine, la victoire de l'amour sur la mort. Seule l'explosion intime du bien qui vainc le mal peut alors engendrer la chaîne des transformations qui, peu à peu, changeront le monde. 

                                        Tous les autres changements demeurent superficiels et ne sauvent pas. C'est pourquoi nous parlons de rédemption: ce qui était nécessaire du plus profond s'accomplit, et nous pouvons entrer dans le dynamisme.

                                                 Jésus peut distribuer son Corps, parce qu'Il se donne réellement lui-même.

                                       Homélie du Pape Benoît XVI du 21 Août 2005

79299-la-transformation-de-l-amour

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6