"Essaie de m'imiter" me dit Jésus - Hozana

"Essaie de m'imiter" me dit Jésus

  • Prions

« Père, que ta Volonté, révélée en Jésus, règne en moi grâce à Marie Reine de la Divine Volonté par le pouvoir de l'Esprit Saint. »

« Maman Marie je t'aime, mais comme mon amour est petit, j'entre dans la Volonté Divine pour pouvoir t'aimer avec ton propre amour. Bénis-moi pour que je fasse toutes mes actions sous ton regard maternel. »

Avec Maman dire : « Ô Abba, je T'aime avec ta Volonté. Ô Jésus, je T'aime avec ta Volonté. Ô Esprit Saint, je T'aime avec ta Volonté. Ô Trinité Sainte, je Vous aime avec votre Volonté. »

  • Consécration à la Divine Volonté

Ô Divine Volonté, je demande que vous renouveliez la Consécration avec laquelle vous m’avez consacrée à Vous dans le Baptême en répétant avec Marie notre Sainte Mère : « Qu’il me soit fait selon votre Parole. »

Et avec Jésus au moment de l’Incarnation : « Me voici Père, je viens faire Ta Volonté. » Et dans le jardin des Oliviers : « Non pas ma Volonté, mais la Tienne. »

Je place ma faiblesse dans votre force, mon néant en Vous et mon ignorance en votre Sagesse. Venez régner en moi et faites de moi un instrument de votre Gloire.

Ô Divine Volonté soyez ma Vie, ma Nourriture et mon Tout. Amen. FIAT.

  • « Essaie de m’imiter » me dit Jésus

Je pensais à Lui constamment. Quand Il m’arrivait de me laisser distraire par des conversations avec ma famille ou des paroles sans importance ou non nécessaires, j’entendais rapidement sa Voix me dire : « Ces conversations ne me plaisent pas. Elles remplissent ta pensée avec des choses qui ne m’intéressent pas. Elles entourent ton cœur de sentiments nuisibles, qui rendent inefficaces les grâces dont je t’inonde, toi si faible et sans vie. Oh ! essaie de m’imiter comme quand j’étais dans la maison de Nazareth : ma pensée était occupée seulement par ce qui concernait la Gloire de mon Père et le salut des âmes. Ma Bouche s’ouvrait seulement pour dire des choses saintes et pour persuader d’autres personnes de réparer pour les offenses commises contre mon Père. Ainsi, les cœurs brisés par le chagrin étaient attirés ; et, adoucis par la grâce, ils étaient amenés à mon Amour. Devrais-je te parler des conférences spirituelles que j’avais avec ma Mère et mon père putatif ? Tout ce qui était dit rappelait Dieu, et tout ce qui était fait était pour Dieu et se rapportait à Lui. Ne peux-tu pas en faire autant ? »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Florence
place Plouray, il y a 3 mois
amen