Le Curé d’Ars et ses frères prêtres

Le Curé d’Ars et ses frères prêtres

            Chers Priants,

             Nous voici au 3e jour de prière avec le Curé d’Ars. Aujourd’hui, nous vous proposons de prier pour les relations entre les prêtres.

Le Curé d’Ars et ses frères prêtres

            Nous avons vu hier la place capitale de l’abbé Balley dans le cheminement du séminariste Jean-Marie Vianney. Sa première nomination est d’ailleurs comme vicaire de l’abbé Balley à Ecully. C’est grâce à ce « grand-frère » dans le sacerdoce qu’il apprend concrètement la pastorale. La paroisse est édifiée par l’encouragement mutuel à la sainteté – et à la mortification – de ces deux prêtres !

            Arrivé en 1818 à Ars, le saint Curé est longtemps seul. Cependant, en raison du développement de nombre de pèlerins, l’évêque lui envoie en 1845 l’abbé Raymond pour l’aider. Les relations ne seront pas faciles entre les deux prêtres ! Les deux fortes personnalités opposées ne se comprennent guère, mais le Curé d’Ars ne voudra pas qu’on lui enlève son vicaire.

Prions pour la fraternité sacerdotale

            Le Curé d’Ars a bien connu les joies et les difficultés des relations entre prêtres ! Il est vrai que les caractères différents peuvent faire des étincelles. Pour autant, Jean-Marie Vianney ne serait jamais devenu prêtre – ni un saint prêtre – sans l’abbé Balley, et il n’aurait jamais su organiser l’immense flux des pèlerins qui le visitaient à Ars sans l’abbé Raymond. Ainsi, une sainte fraternité sacerdotale est indispensable, aussi bien pour la fécondité pastorale du ministère des prêtres, que pour leur sainteté !

Prions avec le Curé d’Ars

            « Saint Jean-Marie Vianney, toi qui connais l’importance d’une sainte fraternité entre les prêtres, intercède pour tous les prêtres. Qu’ils aient toujours un ami prêtre à qui ils peuvent se confier, qu’ils apprennent à supporter patiemment les caractères différents de leurs frères dans le sacerdoce, qu’ils sachent se soutenir mutuellement et partager ensemble leurs joies et leurs difficultés. Enfin, qu’ils sachent travailler ensemble dans leur mission pastorale, afin de porter du fruit en abondance. Amen »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

 partages
6 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

    • Ajoutez une image
    Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies