Le fils de Dieu - Hozana

Le fils de Dieu

Le fils de Dieu
De l’Évangile selon saint Jean. Le lendemain, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.” Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. » (Jn 1, 29-34)

 

Nous voyons bien à travers le récit de l’Évangile que cette révélation que Jésus est le Fils de Dieu n’est pas simplement le fruit d’une réflexion qui nous aurait conduits à le reconnaître, elle est une manifestation d’en-haut, ce qui est signifié par l’ouverture des Cieux. Ce n’est plus simplement un ange, ce ne sont plus simplement les mages, mais c’est Dieu lui-même qui le désigne comme son Fils bien-aimé et fait apparaître cette relation unique entre Dieu et Jésus à travers la vision du symbole de la colombe, qui représente l’Esprit qui planait sur les eaux au début de toute chose et qui continue de planer sur l’humanité. Jésus de Nazareth, inconnu de la plupart des gens qui étaient là, sauf de Jean Baptiste, apparemment un homme comme les autres, et en même temps cet homme comme les autres est porteur de quelque chose de tout à fait extraordinaire, il est réellement la présence de Dieu a l’humanité. Nous qui sommes baptisés dans le Christ, nous sommes des hommes et des femmes au milieu des hommes et des femmes, et pourtant nous ne vivons pas tout à fait comme tout le monde. Nous ne faisons pas n’importe quoi, justement parce que l’existence humaine a pris pour nous une valeur sans commune mesure en raison de l’incarnation du Fils de Dieu. Cette conviction que nous avons de la valeur inestimable de toute existence humaine constitue pour nous un devoir dans notre manière de vivre, une charge dans notre relation avec les autres, un appel pour que, à travers l’annonce de Jésus Christ, nous fassions apparaître l’espérance qui éclaire chaque existence humaine. Card. André Vingt-Trois

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

17 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader