Bonjour  !
Je m'adresse aujourd'hui aux priants pour leur demander un soutien spécial à Hozana.
La mission d'Hozana est de rassembler une immense communauté de priants sur Internet (plus de 140 000 déjà !), pour permettre à Jésus de changer de nombreuses vies. Chaque mois, Hozana.org reçoit 300 000 visites.
Ce service gratuit coûte 3€ par personne et par an.

Il nous faut payer le loyer, les serveurs, le matériel, et l'équipe de 5 permanents qui travaille dur pour aider toujours plus de personnes dans leur prière. Nous ne diffuserons jamais de publicité, pour préserver ce lieu de prière. Et nous souhaitons qu'Hozana reste gratuit pour tout le monde, toujours. C'est pourquoi, l'association Hozana ne vit que de dons, et c'est pourquoi j'ai besoin de votre aide  !
Pourriez-vous prendre 3 minutes pour nous aider maintenant ?
En union de prière,
Thomas, pour Hozana
Fermer 
Avatar de Annie

Annie a publié dans la communauté Notre-Dame-du-Pont en Avent

Dimanche 3 Décembre 2017 Premier Dimanche de l’Avent (B)

Dimanche 3 Décembre 2017 Premier Dimanche de l’Avent (B)

Evangile selon St Marc chapitre 13, 33-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C’est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

Homélie de l'Abbé H. Savournin

L’Avent est avant tout le temps de l’attente du Seigneur. « Reviens », dit Isaïe, « ne nous laisse pas tomber » pourrions- nous ajouter en termes modernes. Le peuple s’est détourné de Dieu, il erre sur des sentiers inconnus et ténébreux. Mais notre Dieu, nous rappelle le prophète Isaïe, est un Dieu fidèle, qui répond à celui qui revient à lui, un Dieu qui vient à la rencontre de celui qui attend. Cet Avent qui débute aujourd’hui nous est donné pour réveiller notre attente, notre soif de Dieu. Car nous sommes bien souvent guettés par l’assoupissement. Restons sur nos gardes, soyons vigilants, vivons, comme le conseillait Charles de Foucauld, « chaque jour comme si tu allais mourir ce soir. »

Car Dieu semble absent, comme cet homme de la parabole qui est parti en voyage. Dieu est le « Tout-Autre » qui nous laisse apparemment seuls, non pas tant dans le malheur, mais devant notre responsabilité d’êtres libres et adultes. Dans nos familles, dans nos métiers, dans la cité et dans l’Eglise.

Mais s’il parle de l’absence, Jésus parle plus encore de son retour. Nous marchons vers cette rencontre. Car notons le bien, l’évangile ne suggère qu’un retour de nuit.

Pourtant en Orient, jadis, il n’était pratiquement pas question de voyager de nuit, tant l’insécurité des chemin était grande. C’est donc vers la signification symbolique de la nuit qu’il faut nous pencher pour comprendre la nuit. La nuit, c’est le temps des ténèbres, celles où s’enfoncent Judas dans l’évangile de Jean, celles de la Passion, le temps de la tentation et de l’épreuve. C’est la nuit surtout, qu’il faut rester vigilant. Veiller dans la nuit, c’est attendre dans les difficultés.

♦ C’est garder l’espérance quand tout est noir,

♦ c’est balbutier sa prière quand les vents sont contraires.

♦ C’est recevoir de Dieu la grâce obscure de tenir bon, de rester debout lorsque tout paraît s’écrouler autour de nous.

Dieu est là, source cachée.

Et Edmond Rostand, a ce mot extraordinaire dans son Chanteclerc : « c’est dans la nuit qu’il est bon de croire à la lumière ».

Car Dieu arrive chaque jour, mais toujours à l’improviste ! Il est inattendu, surprenant. C’est le temps de l’Avent. Devenons des guetteurs de l’aube divine, par la foi persévérante et par la charité attentive.

Concluons avec ce texte du cardinal John Newman : « Savez-vous ce que c’est que d’avoir un ami, d’attendre qu’il vienne, et de le voir tarder ? Savez-vous ce que c’est que de désirer que le temps passe, en attendant la venue de quelqu’un qui vous fait battre le cæur ? Savez-vous ce que c’est que d’avoir un ami au loin, d’attendre de ses nouvelles, de vous demander, jour après jour, ce qu’il fait en ce moment, et s’il se porte bien... Veiller dans l’attente du Christ est un sentiment qui ressemble à ceux-là ».

Prière universelle

Le Célébrant:

Seigneur, nous attendons ta venue et nous nous préparons à T’accueillir. Que nos prières viennent hâter l’arrivée dans le monde de notre Sauveur !

1) Seigneur,

Nous Te prions pour le Pape François qui vient de visiter plusieurs pays d’Asie lors de son dernier voyage apostolique.

Fais, Seigneur, que son message évangélique soit entendu..

Dieu immortel, nous Te prions

2) Seigneur,

Tu demandes à tous les hommes de veiller et de ne pas s’endormir car « le moment est proche ».

Que ta venue prochaine, réveille les grands de ce monde afin qu’ils prennent conscience de leur devoir de Justice et de Paix.

Dieu immortel, nous Te prions

3) Seigneur,

Nous Te prions pour tous ceux qui seront seuls à Noël parce qu’ils sont malades, à la maison de retraite, sans amis, sans argent, sans joie.

Fais que nous soyons vigilants pour être assez généreux et audacieux pour les visiter ou les inviter à partager un moment de chaleur avec nous.

Dieu immortel, nous Te prions

4) Seigneur,

Une nouvelle année liturgique commence en cet Avent avec un nouveau « Notre Père », la prière de Jésus le Sauveur qui vient et qu’Il nous a donnée pour nous rapprocher de Lui.

Oui, Seigneur, nous T’implorons « Ne nous laisse pas entrer en tentation ! »

Dieu immortel, nous Te prions

Le Célébrant:

Seigneur, Dieu trois fois Saint, accueille nos prières avec pitié. Nous Te le demandons avec Espérance car Tu es Père, Fils et Esprit Saint pour les siècles des siècles.

AMEN

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

0 partages
3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

    Rita
    Rita
    Paris, il y a 10 jours
    « Je n’ai rien trouvé de toi que je ne me sois souvenu, depuis le jour où tu m’as été enseigné. Et depuis ce jour, je ne t’ai pas oublié. Je t’ai aimé tard, beauté si ancienne, beauté si nouvelle, je t’ai aimé tard ! Mais quoi ? Tu étais au-dedans, moi, au-dehors de moi-même. Et c’est au-dehors que je te cherchais. » (Saint Augustin) « Je n’ai plus trouvé nulle créature qui m’aime toujours sans jamais mourir. Il me faut un Dieu prenant ma nature, devenant mon frère et pouvant souffrir. Tu m’as entendue, seul ami que j’aime ; pour ravir mon cœur, tu t’es fait mortel ! Toi qui connais ma petitesse extrême, tu ne crains pas de t’abaisser vers moi ! Oui, je ne puis craindre un Dieu qui pour moi s’est fait tout petit ! » (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus) « Le vent souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du Souffle de l’Esprit. » (Saint Jean) « N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, qui vous a marqués de son sceau en vue du jour de votre délivrance. » (Saint Paul) O si le monde se réveillait de son sommeil lourd, ce sommeil de mort ! Le Royaume de Dieu est si proche ; il n’est pas devant ni derrière ; il n’est pas à gauche ni à droite ; le Royaume de Dieu est tout au-dedans ; et c’est la demeure qu’il a choisie et qu’il aime. C’est toi, mon Dieu, qui me cherches et me trouves ; c’est toi qui viens et ne cesses pas de venir vers moi ; c’est toi qui fais toujours le premier pas vers moi ; c’est toi, mon Dieu, qui me choisi et m’associes à ton projet du salut ! Sans toi, qu’aurais-je pu faire ? Je ne subsisterais même pas un instant ! Sans toi, c’est le désert aride, le cahot sombre, c’est l’abîme, le néant ; en toi, Seigneur, c’est toute la plénitude bienheureuse ! O vertu de l’obéissance, assouplis mon âme ! O vertu de la docilité, qu’en toi je devienne maniable à l’œuvre divine ! O vertu de l’humilité, je brûle pour ressembler à mon Jésus humble et doux de cœur ! O mon Dieu immuable, je m’abandonne entièrement en toi ; fonde-moi en toi, dans ton divin réconfort. Que rien ne trouble ma paix en toi ; emporte-moi dans les profondeurs de ton mystère ; penche-toi sur moi, couvre-moi de ton ombre, ne vois en moi que ton Fils bien aimé, en qui tu as mis toutes tes complaisances. Amen. Béni premier dimanche de l’Avent et union de prière.
      Annie
      Annie
      Laroque-d'Olmes, il y a 10 jours
      Merci pour ces belle paroles qui incitent à la méditation Bonne semaine de prière et de mission, et toujours en union de prière
        Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies