Jeudi 14 décembre : que la force soit avec vous - Hozana

Jeudi 14 décembre : que la force soit avec vous

Jeudi 14 décembre : que la force soit avec vous

Marie :

« Que cela soit bien clair. Distinguer héroïsme et sainteté ne veut pas dire jeter aux orties les vertus de force, de courage et d’audace. Bien au contraire. »

 

La réponse d’Alexia Vidot :

« Nous sommes vaillants dans notre imaginaire. Jeux vidéo ou fictions content de magnifiques performances de courage », observe la philosophe Cynthia Fleury. Mais bien souvent, dans la réalité, tels ces enfants dont l’imagination est peuplée de super-héros alors qu’eux-mêmes tremblent devant leur ombre, nous nous laissons dominer par nos peurs. En oubliant que la sagesse chrétienne fournit un formidable instrument pour dépasser nos peurs : la vertu de force.

« La force est la vertu morale qui assure dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien », définit le Catéchisme (n° 1808). La force – le courage – est donc cette « fermeté de l’âme » qui permet de vivre en faisant le bien, malgré la peur qui le ferait fuir. Elle permet d’« écarter l’empêchement qui retient la volonté de suivre la raison » (dixit saint Thomas d’Aquin) et, finalement, de vaincre la peur d’agir et d’agir bien (…)

Ni lâche, ni téméraire, le fort vise juste. Un savant équilibre qui donne à Blandine des sueurs froides : « J’ai tellement peur d’être laxiste avec mes élèves que je crains d’être trop sévère. Lors d’un stage d’enseignement, j’ai “cassé” un élève qui faisait le pitre. J’ai senti, après coup, que j’avais manqué de force par excès » Sans force, donc, pas de justice, ni de bonté Dite « cardinale », elle est la « vertu des vertus » (en latin, virtus signifie « force ») qui rend possible toutes les autres.

Loin d’être l’exclusivité des martyrs et des ascètes, la force est la vertu de tous les jours « À côté du cas tragique du martyre, écrivait le cardinal Carlo Maria Martini, il y a, de fait, la vie quotidienne où nous avons à tenir bon, fidèles à notre devoir, à notre travail, à l’accomplissement du bien malgré peines, fatigues physiques et psychologiques » Un écho à saint Thomas, pour qui « l’acte principal de la force est de supporter, c’est-à-dire de tenir bon dans les périls plutôt que d’attaquer » « Supporter, c’est prendre une difficulté et la porter vers le haut, avec force, pour qu’elle ne nous abaisse pas », explique le pape François Mais de préciser aussitôt : « Supporter avec patience n’est pas facile ! »

Découvrez la totalité de l’analyse d’Alexia Vidot dans l’ouvrage La sainteté, c’est pour les héros ou pour moi aussi ? Et retrouvez Marie sur sa page Facebook et son blog.

 

Parole de feu

« La grande sagesse de Jésus-Christ, c’est : “N’aie pas peur de ta faiblesse, n’aie pas peur ! Car c’est dans le cœur de ta fragilité́ que tu découvriras la présence de Dieu; c’est au cœur de la blessure, de ce sentiment de solitude, si tu t’y arrêtes, que tu découvriras l’Ami, l’Ami divin ” » Jean Vanier, Au cœur de l’homme une blessure

 

Prière

Au nom de Jésus-Christ,

Je revêts l’armure de Dieu.

Avec, à la taille, la vérité pour ceinture,

La justice pour cuirasse,

Les chaussures du zèle pour annoncer l’Evangile.

Je saisis le bouclier de la Foi,

Le casque du Salut,

L’épée de l’Esprit, qui est Parole de Dieu.

Oui le Seigneur est ma force !

Debout, je relève la tête devant mes ennemis.

Puisque Dieu est pour moi, qui sera contre moi ?

Le Seigneur est mon rempart,

En Lui je ne crains aucun mal,

Il est mon secours et mon défenseur.

Amen !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Utilisateur effacé
 il y a 3 mois
Si l’imagination des jeunes est peuplée par le « super-héros », mon cœur est peuplé par mon unique « Big Boss » ! Et je lui obéis docilement, amoureusement et fidèlement ! Cessons de nous faire des idées sur la sainteté, car tout d’abord, elle est offerte gratuitement à nous tous. Ensuite, laissons-nous plutôt emplir des pensées de cette unique « Sainteté » qu’est Dieu lui-même ! Sainte Thérèse dit : « … Je désire être sainte, mais je sens mon impuissance, et je vous demande, O mon Dieu, d’être vous-même ma sainteté. » Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, « Acte d’offrande à l’Amour miséricordieux ») Mon cœur est plein de blessures, de douleurs, je suis si faible, les limites me rendent si dépendante et fragile ; mais Jésus me redit sans cesse la même parole qu’il avait dite à Paul l’Apôtre : « Ma grâce te suffit ; car ma force se déploie dans tes faiblesses. » De nous-mêmes, nous ne pouvons rien, nous ne sommes que vulnérables et faillibles ; mais en Dieu, nous devenons l’habitacle de ce Dieu d’amour, et c’est lui qui réalise et opère en nous ses prodiges ! Aplanissons pour lui le chemin : il vient sans retard ! Chantons : « Viens ! Dans notre attente, ne tarde plus ! Pour notre délivrance, viens, Seigneur Jésus ! » Amen.
Hélène
place Saint-Augustin-de-Desmaures, il y a 3 mois
Seigneur, donne-moi force et courage afin que je puisse supporter les épreuves et les difficultés de ma vie et ainsi rester debout.
Christelle
place Lyon, il y a 3 mois
AMEN
Marie therese
place Carcès, il y a 3 mois
Amen !!!
Chantal
 il y a 3 mois
DIEU EST MON SECOURS ET MON DEFENSEUR MON LIBERATEUR AVEC LUI JE N'AI PAS PEUR AMEN