Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - Jour 8 - Hozana

Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - Jour 8

Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - Jour 8

Jour 8 – La justice

« BIENHEUREUX CEUX QUI PLEURENT ! BIENHEUREUX CEUX QUI ONT FAIM ET SOIF DE LA JUSTICE ! »

 Bienheureux ceux qui pleurent !

Bienheureuses larmes d’une sainte Jeanne d’Arc, impatiente de rendre sa patrie au Christ-Roi. Bienheureuses larmes d’un saint Ignace écrivant : « Où, aujourd’hui la majesté de notre Dieu est-elle adorée ? Où sa puissance est-elle respectée ? Où son infinie bonté, son infinie patience, sont-elles connues ? »

Bienheureux, donc, ceux qui pleurent. Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice. Entendez : ceux qui ont faim et soif de cette pleine justice dont parle l’Ecriture, qui consiste d’abord à rendre Dieu ce qui Lui est dû.

« Ceux qui ont faim et soif » précise le texte sacré, pour mieux indiquer l’avidité qui doit nous animer en cet endroit. Avoir faim et soif ! Avoir vraiment faim et vraiment soif ! C’est là ce dont on finit par souffrir beaucoup plus par la tête que par l’estomac. Une obsession. Ventre affamé n’a pas d’oreille. Et le fait est que les plus séduisants discours sont incapables de retenir celui qui a vraiment faim.

Oui ! cette obsession… Etre un obsédé de justice. En d’autres termes : avoir faim et soif de l’ordre vrai ; faim et soif de l’ordre social chrétien ; faim et soif du triomphe de la vérité, telle que les papes nous l’enseignent ; faim et soif de la sainteté, car, dit Bossuet, « la justice règne quand on rend à Dieu ce qu’on lui doit ».

Pour qu’il règne, Jean Ousset

 

A l’école de l’action avec Monseigneur Romero

Oscar Romero est né en 1917, au Salvador, pays où 13 familles détiennent 40% des terres. Il est ordonné prêtre en 1942 et devient archevêque de San Salvador en 1977. L’Eglise est alors persécutée et le gouvernement n’hésite pas à faire torturer ou assassiner opposants et religieux. Monseigneur Romero est réputé conservateur, sa nomination est ainsi bien accueillie par l’oligarchie salvadorienne. Toutefois, la mort du père Rutilio Grande, prêtre de son diocèse et ami personnel, assassiné par un escadron de la mort quelques semaines plus tard, le bouleverse profondément : « Quand je vis Rutilio, étendu mort, j'ai pensé que s'ils l'avaient tué pour ce qu'il avait réalisé, alors moi aussi j'avais à avancer sur le même chemin ». Dès lors, il n’a pas peur de dénoncer ouvertement la pauvreté et les injustices sociales ainsi que les actes de violence, il est ainsi reconnu comme « la voix des sans-voix ». En 1980, à l'occasion d'un sermon dans la Basilique du Sacré-Cœur de San Salvador, Monseigneur Romero lance un appel aux soldats : "Un soldat n'est pas obligé d'obéir à un ordre qui va contre la loi de Dieu (...) Il est temps d'obéir à votre conscience". Le lendemain, 24 mars 1980, il reçoit une balle en plein cœur alors qu’il célèbre la messe. Il est béatifié en 2015 par le pape François. Bienheureux Oscar Romero est pour nous un exemple de courage contre l’injustice et de service des plus pauvres : "Je n’abandonnerai pas mon peuple, mais au contraire je courrai avec lui tous les risques qu’exige mon ministère".

PRIERE DE LA COMMUNAUTE - Seigneur, suscitez chez tous les laïcs catholiques l'ardent désir d’œuvrer à l'établissement de la Civilisation de l'Amour énoncée par Saint Jean-Paul II. Affermissez la foi des chrétiens et la conscience des hommes de bonne volonté. Envoyez-nous votre Esprit Saint, qu'il éclaire notre intelligence et nous inspire ce que nous devons dire et faire dans toutes nos actions au service de la Cité. Bénissez ces actions et accordez-nous de toujours trouver les possibilités matérielles et financières qui permettront à notre oeuvre d'être au service de nos frères en vue du bien commun. Amen

Colloque des catholiques en action - 18 novembre 2017 : http://www.ichtus.fr/ 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Guillaume
place Mainvilliers, il y a 1 an
"Bienheureuses larmes d’une sainte Jeanne d’Arc, impatiente de rendre sa patrie au Christ-Roi. Bienheureuses larmes d’un saint Ignace écrivant : « Où, aujourd’hui la majesté de notre Dieu est-elle adorée ? Où sa puissance est-elle respectée ? Où son infinie bonté, son infinie patience, sont-elles connues ? »" "car, dit Bossuet, « la justice règne quand on rend à Dieu ce qu’on lui doit »." UDP
Marie-guy
place Orbigny, il y a 1 an
En communion de priere Amen Alleluia 🙏