Facebook Pixel1er jour : Quitter... - Hozana
Juliette

Juliette dans Neuvaine à Sainte Anne pour les célibataires

Publication #1Initialement publiée le 16 décembre 2017

1er jour : Quitter...

1er jour : Quitter...

PAROLE DE DIEU (Gn 2, 18 ; 21-24)

Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. Je veux lui faire une aide qui lui soit accordée. » Le Seigneur Dieu fit tomber dans une torpeur l’homme qui s’endormit ; il prit l’une de ses côtes et referma les chairs à sa place. Le Seigneur Dieu transforma la côte qu’il avait prise à l’homme en une femme qu’il lui amena. L’homme s’écria : « Voici l’os de mes os et la chair de ma chair, celle-ci, on l’appellera femme, car c’est de l’homme qu’elle a été prise ». Aussi l’homme quitte-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair.

Oui, la vocation au mariage est inscrite dans le cœur de l’homme et de la femme, dès les premiers chapitres de la Bible. C’est le Créateur qui l’a voulu ainsi, et c’est pourquoi l’absence d’un époux / d’une épouse nous pèse tant. Après avoir achevé sa création, il s’arrête et la contemple longuement : « C’était bon, c’était très bon ». Le Seigneur Dieu a créé, en ordonnant, avec harmonie et délicatesse. J’admire la précision de notre Dieu-artiste, Il endort l’homme, prélève une côte, et referme les chairs. Il avait modelé l’homme à partir de la terre, lui avait insufflé la vie… Il modèle la femme à partir du cœur de l’homme. « Os de mes os, chair de ma chair » est un cri d’amour inouï… C’est du tréfonds de ses entrailles que  l’homme reconnait celle dont le cœur bat pour lui.

Chers priants célibataires, entrons dans cette démarche de prière et de retraite vers Noël, en reconnaissant notre manque, notre pauvreté. C’est la 1e étape d’un cheminement : se reconnaitre pauvre. Car si nous sommes riches de tout, blasés, repus, comment Dieu peut-il remplir notre cœur ?

Le bibliste nous donne une clé : « quitter » (Gn 2,24). Quitter, c’est un concept que l’on retrouve fréquemment dans la Bible. Abraham doit quitter son pays, sa famille et la maison de son père, pour trouver la terre promise. (Gn 12, 1-3). Le peuple d’Israël quitte sa terre pour se réfugier en Egypte. Il est exilé à Babylone, il passe quarante ans dans le désert… Joseph et Marie doivent quitter Nazareth et leur maison pour que le fils de Dieu naisse à Bethléem, dans un endroit particulièrement pauvre  et inconfortable. Les apôtres doivent quitter un métier, une famille, des enfants, etc. pour suivre le Christ.

La Bible serait-elle le livre des histoires contrariées ? Une histoire de dépouillement pour que Dieu puisse nous donner sa Vie ? Et pourtant, en quittant, tous reçoivent une bénédiction et une promesse – la promesse de la vie éternelle. Nous aussi sommes appelés à recevoir bénédiction et promesse de vie éternelle ! Rien de moins que cela !

Alors, aujourd’hui, que devons-nous quitter pour accueillir le plan d’amour de Dieu pour nous ? Quitter un exil, un désert, une terre promise ? Des projets à deux, le rêve d’un(e) époux(se) idéal(e), d’une famille selon nos critères, des enfants, etc. ?  Quitter nos sécurités, nos habitudes ? Quitter et se laisser purifier, guérir – qui n’a pas de blessures ? – se laisser combler… Quitter pour accueillir l’époux(se) qu’Il nous a préparé depuis toute éternité.

Quitter, cela signifie entrer dans la dé-maîtrise, dans le non-contrôle, pour oser s’abandonner dans les mains du Père qui veut notre bonheur, pour oser marcher sur l’eau… Et pour ne pas couler, il n’y a qu’une solution, regarder droit devant soi, en fixant son regard sur le Christ. Sinon, on coule. Mais dans la foi, on peut toujours remonter, saisir la main du Christ qu’il nous tend, et avancer encore. C’est bien mystérieux, cela dépasse toute compréhension humaine, mais la terre ferme, la terre promise est au bout du chemin ! Lui qui nous a fait, qui connait notre cœur saura répondre à notre prière.

« Mon Père, Je m'abandonne à toi, fais de moi ce qu'il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j'accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d'autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l'amour de mon cœur, parce que je t'aime, et que ce m'est un besoin d'amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père. » (Prière de Charles de Foucauld)

Sainte Anne et Saint Joachim, vous qui avez demandé à Dieu l’époux(se) qui pourrait réjouir votre cœur, nous vous prions. Aidez-nous à entrer dans la volonté de Dieu et accompagnez-nous sur notre route d’aujourd’hui.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

Sainte Anne, priez pour nous.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

44 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader