Facebook Pixel6: Notre-Dame des Douleurs, enseignez nous la persévérance dans l'épreuve - Hozana

6: Notre-Dame des Douleurs, enseignez nous la persévérance dans l'épreuve

 Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit  

59ccf974e694aa5f4a22ae67 6. Notre-Dame des Douleurs, enseignez nous la persévérance dans l'épreuve

« Au pied de la croix de Jésus se tenait sa mère » (Jn 19,25).
Notre société postmoderne ne supporte plus la souffrance.

S'il est bon d'essayer de diminuer au maximum la douleur physique, il existe pourtant un seuil où l'homme demeure impuissant devant celle-ci, qu'elle soit physique ou morale.

Le seul recours reste alors de se tourner vers Notre-Seigneur et en croix et vers sa Sainte Mère.

Au pied de la croix, la Sainte Vierge ressent en son âme, de façon suraigüe, toute la douleur de son Fils.

Comme lui, elle ne dit rien mais elle présente un témoignage silencieux de la transfiguration de la souffrance par l'Amour.

Et c'est ce moment, moment de souffrance et sommet de notre Salut que
Jésus choisit pour en faire notre mère : prenons là chez nous, comme St Jean : se consacrer à Notre-Dame consiste à vivre avec elle et comme elle dans la paix comme dans les épreuves.

L'Amour ne diminue pas la souffrance, et Jésus ne nous promet jamais dans l'évangile la facilité et le confort.

Cependant, la découverte du mystère de la Croix et la proximité de Notre-Dame dans notre vie projette une lumière nouvelle sur la souffrance.

Convaincu que Jésus souffre en lui, avec lui, qu'Il s'est fait proche, le souffrant n'est plus seul : en unissant cette souffrance à la Passion de Jésus, la rencontre douloureuse avec le mystère du Mal pouvait avoir, toujours par l'union à la Croix de Jésus, une fécondité spirituelle pour les âmes, puisque nos souffrances offertes ont une répercussion sur les autres, et pour notre âme elle-même.

Vivre la souffrance en regardant la Croix signifie donc rompre le phénomène de repli sur soi qui est si naturel lorsque l'on souffre.

Sans ôter les questions et les incompréhensions, le fait de souffrir en regardant Jésus fait entrer le fidèle dans la dynamique du don le plus total : le don de soi et de ce qui lui est le plus cher.

Sans en ôter l'amertume, l'amour transfigure alors la souffrance et en fait un chemin de purification : « Douceur d'un inlassable oui du cœur à l'amour se cachant sous l'épreuve » (Mère Marie Augusta)

Sauf grâce spéciale, il faut certainement avoir mené un long combat intérieur ou un long cheminement spirituel pour en arriver à ce degré de confiance.

Cependant, tous, nous pouvons demander chaque jour à Notre Seigneur la persévérance pour porter nos croix de chaque jour, petites ou grandes, légères ou écrasantes.

Chant : Stabat Mater    ou Stabat Mater de Pergolesi

Dizaine de chapelet

Oraison jaculatoire à se redire dans la journée :
(trois sont proposées, en choisir une proposée ou une de son choix)

Père éternel, nous Vous offrons le corps et le sang, l'âme et la divinité de Notre Seigneur Jésus Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier (Ste Faustine)

Par Votre douloureuse Passion, soyez miséricordieux pour nous et pour le monde entier (Ste Faustine)-

« En Vos mains, Seigneur, je remets mon esprit »
- Jésus, Fils de David, Sauveur, prenez pitié de moi pécheur ! (prière du cœur de la tradition slave)


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

On commence demain !

Publication #1Initialement publiée le 28 septembre 2017

1: L'union aux sentiments de Jésus et de Marie

Publication #2Initialement publiée le 29 septembre 2017

2: Marie, apprenez-nous la vie intérieur

Publication #3Initialement publiée le 30 septembre 2017

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader