Jour 24 - « Nul n'appellera plus ta terre Dévastation. »

Jour 24 - « Nul n'appellera plus ta terre Dévastation. »

Une nouvelle identité

En relisant ce texte d'Isaïe, nous remarquons une certaine similitude avec la vie du Père Lamy : lorsqu'il reçoit la grâce de son existence à Gray, il se trouve un peu dans la même situation. En effet, il a connu beaucoup d'épreuves dans son enfance, et, au fond de son cœur, envisager l'avenir sereinement n'est pas si facile.
Voici quelques unes des difficultés qu'il a traversées : en 1879, il entre chez les Oblats de Saint François de Sales et l'année d'après, l'État interdit à cette congrégation - comme à toutes les congrégations enseignantes - d'exercer son ministère et de faire son travail.
Ensuite, au bout d'une douzaine d'années, lorsqu'il est à Troyes, lui qui se donnait tout entier comme éducateur auprès des jeunes se retrouve épuisé. Il est malade, obligé de partir, et on l'envoie à la campagne, dans la Creuse. La mission à laquelle il se retrouve affecté ne fonctionne pas. Il rentre alors à Troie, puis est envoyé à Saint-Ouen, où il s'occupe magnifiquement d'enfants pendant huit années.
Puis c'est la séparation de l'Église et de l'État, et la congrégation est dispersée.
L'Évêché confie alors au Père Lamy une paroisse à la Courneuve, petit village au Nord de Paris. Il y reprend une situation épouvantable, la paroisse ayant été laissée en friche par le précédent curé malade. Il voit bien toutes les difficultés qu'il a à traverser, et c'est difficile pour lui. Est-ce possible d'être un bon pasteur ? Il n'est pas aveugle devant les difficultés...

Est-ce vraiment possible de vivre cette vie chrétienne ? Est-il vraiment permis d'être heureux ? Est-ce envisageable d'avancer, et de répondre à l'appel du Seigneur, à la mission qu'Il nous confie sur terre ? Le Père Lamy en est là.

Tout comme le peuple d'Israël en est là à se poser des questions fondamentales. L'enjeu est le même : Est-ce vraiment possible de traverser cette épreuve et d'en sortir vainqueur ? Les membres du peuple d'Israël qui reviennent de Babylone en sont là. Et on leur dit qu'ils sont ainsi, abandonnés, délaissés… La réalité leur dit qu'ils sont plutôt dévastés. Un peu comme aujourd'hui, si on ose dire qu'on est chrétien : on nous répond que c'est plutôt dépassé…

Jésus vient nous rejoindre là où nous en sommes et nous promet une renaissance dans l'amour du Seigneur.

Prions

« Nous vous choisissons aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour notre mère et notre reine. Nous vous livrons et consacrons, en toute soumission et amour, nos corps, nos âmes, nos biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de nous et de tout ce qui nous appartient – sans exception - selon votre bon plaisir, et à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité ! Amen !  »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

21 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Un mois pour vivre plus intensément avec Marie !