Jour 16 - Marie, cadeau de la miséricorde du Père

Jour 16 - Marie, cadeau de la miséricorde du Père

La pureté du coeur de Marie

L'Eglise a saisi en profondeur ces signes visibles que l'Ecriture nous a laissés. Comprenant cette communauté de destins dont nous avons parlé, elle est remontée en amont pour l'expliciter à la lumière de la miséricorde prévenante du Père :

L'Eglise décrit le cœur de Marie comme très pur, intact, non atteint par le péché, un cœur vide de lui-même et plein de Dieu.

Car il y a toujours une hâte dans la miséricorde divine. Elle devance le péché, comme on le voit avec le père du fils prodigue. Dans Sa grande bonté, le Père a devancé le mystère de la croix pour envelopper le cœur de Marie de sa miséricorde.

Il a constitué Son cœur immaculé pour pouvoir être la digne mère de Jésus. Grâce à ce cadeau, Marie peut être tournée vers Jésus d'un cœur sans partage, vivre le mystère de Sa maternité dans la limpidité de la contemplation.

Il fallait un cœur immaculé pour qu'Elle soit la première à contempler ce mystère de Dieu fait homme, qu'il n'y ait rien d'Elle-même et de la faute originelle qui fasse écran au dessein de Dieu.

Le cœur de Marie est immaculé pour pouvoir pleinement vivre le mystère de la croix. Au pied de la croix, la douleur de Marie est vécue dans la contemplation. Ecrasée de douleur, elle est cependant retenue par le « fil » de la foi, confiance totale en Dieu qui tient ses promesses.

Elle sait qu'Elle est à Sa place. Sa douleur n'est pas repli sur soi, elle est tout absorbée dans ce regard de foi. Elle lui est, pour ainsi dire, soumise.

Par Son cœur immaculé, Marie est unie à ce point au sacrifice de son Fils.

Prions

« Nous vous choisissons aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour notre mère et notre reine. Nous vous livrons et consacrons, en toute soumission et amour, nos corps, nos âmes, nos biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures,
vous laissant un entier et plein droit de disposer de nous et de tout ce qui nous appartient – sans exception - selon votre bon plaisir, et à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité ! Amen ! »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

18 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Un mois pour vivre plus intensément avec Marie !