Le miracle des eaux - 5 janvier 2022

Le miracle des eaux - 5 janvier 2022

Saint Édouard

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Marc 6, 45-52

Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule. Quand il les eut congédiés, il s'en alla sur la montagne pour prier. Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre. Voyant qu'ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser. En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c'était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris. Tous, en effet, l'avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c'est moi ; n'ayez pas peur ! » Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n'avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.

Prière

Jésus, ouvre les oreilles et les yeux de mon cœur pour que je t'entende et que je te voie maintenant, à travers mon temps de prière quotidien.

Demande

Que je n'aie pas le cœur endurci comme les disciples.

Réflexion

  1. Commençons par la fin. Les disciples ont « le cœur endurci », nous dit l'évangéliste. L'endurcissement du cœur est lié aux oreilles qui n'entendent pas et aux yeux qui ne voient pas. Cette précision nous dit au moins deux choses. D'abord que les disciples ne comprennent pas l'agir et les paroles de Jésus. Ils sont dépassés par ce rabbi qui vient de multiplier les pains et les poissons pour la foule, puis qui va les rejoindre en marchant sur les eaux. Deuxièmement, cela nous dit aussi que Jésus a la capacité de remédier à cet endurcissement. Jésus va les amener peu à peu à mieux le comprendre pour mieux le suivre. C'est la grâce que nous lui demandons aussi aujourd'hui, dans notre méditation.
  2. Revenons maintenant au début du passage. Si Jésus souhaite rester seul avec cette foule, c'est qu'il la considère « comme des brebis qui n'ont pas de berger » (Mc 6, 34). Il se veut et il se présente en réalité comme le seul et vrai pasteur de ces hommes et de ces femmes. On imagine Jésus prenant beaucoup de temps pour parler avec tous ceux qui s'approchent, pour les consoler, pour les écouter, pour les encourager et enfin pour les renvoyer chez eux, en paix et les ayant auparavant nourris de pain, de poisson et de sa présence.
  3. Pendant ce temps, les disciples sont en mer, seuls, dans la barque. Jésus qui les rejoint en marchant sur les eaux ne relève pas d'abord d'un fait surnaturel, mais délivre un message théologique important sur l'identité de Jésus. Lequel ? Pour les Israélites, la mer évoque toujours la mort. N'oublions pas que le peuple d'Israël avait pu, par l'action de Dieu, traverser la mer à pieds secs, au livre de l'Exode. C'est dire qu'ils avaient littéralement traversé la mort, donc vaincu la mort.
    Le miracle que Dieu avait réalisé, voilà que Jésus le refait, mais cette fois non pour réveiller le vent qui avait séparé la mer, mais pour calmer le vent. Pour confirmer aux disciples qu'il y a là plus qu'à l'exode. Pour rassurer et encourager ses disciples, Jésus leur lance : « Confiance ! C'est moi ; n'ayez pas peur ! » Ce « c'est moi » qu'on peut rendre par « je suis » résonne aux oreilles des Juifs – que sont les disciples – comme le Nom même de Dieu : « Je suis » (Ex 3, 14). Tel est le Nom divin que Dieu avait révélé à Moïse précisément avant le grand miracle de la traversée de la mer. Cet épisode où Jésus marche sur les eaux, tout en empruntant l'expression « je suis », est une véritable théophanie. C'est bien quelque chose de la divinité de Jésus qui est ici révélée aux disciples. Et c'est bien cela qu'ils ont tant de mal à comprendre avec leur cœur endurci.

Dialogue avec le Christ

Jésus, que je sache moi aussi te reconnaître comme vrai Dieu et vrai homme. Pour méditer encore, je peux reprendre les paroles du chant et l'écouter : Notre Dieu s´est fait homme pour que l´homme soit Dieu, Mystère inépuisable, fontaine du Salut : https://www.youtube.com/watch?v=QKDhKuvz1gI

Résolution

Relire le chapitre 15 du livre de l'Exode qui rapporte l'hymne de victoire qu'entonna Moïse après la traversée de la mer.

Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour