Jour 9 - La fidélité et la confiance de Marie dans la durée

Jour 9 - La fidélité et la confiance de Marie dans la durée

La foi de Marie

Marie nous enseigne que la force de la foi tient à l'existence d'une vie intérieure, à la qualité de la contemplation mise en œuvre. Mais il faut que tout cela dure, s'inscrive dans le temps…

Ainsi, à Nazareth, Marie est un modèle de foi : Elle a su faire parler les signes, Elle sait observer ce mystère, Elle sait en rendre grâce. Tout cela est au début de l'évangile ! Beaucoup d'événements l'ont stimulée au début de Sa vie.

Il en est de même pour nous : le mariage, les premières naissances.. puis le temps passe et il arrive qu'il y ait comme une usure de l'espérance, de la foi, de la charité.

Il faut pourtant tenir avec le même optimisme, comme Marie qui a vécu les mois et les années avec la même constance : les 11 premières années, le pèlerinage jusqu'au Temple, puis encore les 18 années jusqu'à la vie publique de Jésus... Non qu'il ne se soit rien passé. Mais à Nazareth, Marie fait l'expérience du quotidien.

Quel est le secret pour durer ? Il faut croire que le temps ne soit pas un perpétuel recommencement, que le temps apporte une fécondité nouvelle« Jésus croissait en taille et en sagesse… ».

Pour peu que nous soyons de bonne volonté, le temps n'est pas si absurde ni si destructeur. Voyons-le comme étant le lieu d'une croissance discrète, mais certaine : « qu'il dorme ou qu'il veille, le grain lève. »

Cela suppose un minimum de fidélité. Faisons confiance à un dynamisme interne. Le royaume de Dieu - dans nos familles, dans nos communautés, dans notre Eglise - est cette semence qui se développe à son rythme.

C'est un des messages de l'Evangile qui nous invite à observer un certain silence, sans regarder où en est la croissance à chaque instant. Croire aussi que nous sommes en présence de la grâce à l'œuvre. Si nous résonnant en termes de réserves, certes, cela tend à s'épuiser : on n'a plus de carburant dans le réservoir, plus de nourriture dans les placards, plus de santé, même plus d'affection naturelle, plus d'émerveillement pour ses enfants, plus de passion pour sa femme, ou son mari : c'est l'épuisement au sens premier.

Mais justement, le secret pour durer c'est se souvenir que nos racines plongent en Dieu, que la grâce ne s'épuise pas. Nous sommes reliés à Dieu qui est la seule réalité qui ne s'épuise pas en se donnant ! C'est la réalité de grâce.

C'est elle qui nous relie directement à l'éternelle vitalité de Dieu. De son point de vue, le temps ne détruit pas, il accomplit. Cela nous permet ne de pas avoir crainte les réalités qui sont habitées par Dieu lui-même :

« Jarre de farine point ne s'épuisera. »

Ainsi pour nos relations, pour notre travail, pour nos responsabilités, et tous les aspects de notre vie…

A Nazareth, Marie se souvient qu'Elle est comblée de grâce : c'est la source de Sa fidélité. Il faut revenir à cette foi dans la grâce : grâce donnée par notre baptême, grâce donnée par les autres sacrements : réconciliation et eucharistie - qui se renouvellent certes - grâce donnée par le sacrement de mariage : tout cela, ce sont des sources de grâces inépuisables !

Prions

« Nous vous choisissons aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour notre mère et notre reine. Nous vous livrons et consacrons, en toute soumission et amour, nos corps, nos âmes, nos biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de nous et de tout ce qui nous appartient – sans exception - selon votre bon plaisir, et à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité ! Amen !  »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

21 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Un mois pour vivre plus intensément avec Marie !