Facebook PixelJour 3 - La vérité / journaliste et étudiant / Lettre - Hozana
CSNT

CSNT dans Prions 9 jours avec le bienheureux Frédéric Ozanam

Publication #3Initialement publiée le 3 septembre 2017

Jour 3 - La vérité / journaliste et étudiant / Lettre

Au service de la vérité

Cette pénible épreuve marque profondément le jeune homme ; il y puise l'ardent désir d'étayer toujours plus rationnement sa foi, pour pouvoir convaincre par la douceur les incroyants. Evoquant plus tard cette période trouble de sa vie, il n'hésite pas à dire que l'Abbé Noirot – devenu un ami – l'a « sauvé », forgeant en lui des dispositions à servir la vérité avec courage et en toute liberté. « On m'accuse quelquefois de traiter avec trop d'indulgence et douceur ceux qui n'ont pas la foi : alors qu'on est passé par les supplices du doute, on se ferait un crime de rudoyer les malheureux auxquels Dieu n'a pas accordé la grâce de croire ». Sa fidélité et son obéissance à l'église ont été forgés au creuset de la souffrance intérieure. Dès lors, Frédéric promet « à Dieu de vouer [ses] jours au service de la vérité ». Ce combat intime n'a absolument pas nui à sa scolarité : à 16 ans, en 1829, il obtient son baccalauréat et entreprend des études de droit, combattant ainsi les désirs paternels.

Frédéric journaliste et étudiant

Sous l'influence de l'Abbé Noirot, Frédéric collabore à la rédaction de de l'Abeille française et se découvre une passion pour le journalisme, passion qui ne le quitte plus. Au cours de sa vie, ses articles paraîtront dans les colonnes des plusieurs journaux, dont Ere nouvelle, cofondé en 1848 avec le R.P Lacordaire, restaurateur de l'ordre dominicain en France. Ce titre traduit la volonté de ses auteurs de de réconcilier christianisme et valeurs républicaines. Si Frédéric suivait ses inclinations personnelles, il s'adonnerait donc à la littérature … Mais, obéissant aux injonctions d'un père qui ne semble pas prêt à supporter une deuxième déception, après celle infligée par Alphonse, il se consacre d'abord entièrement au droit. Tout juste bachelier, il entre comme stagiaire dans une étude d'avoué à l'automne 1830. Il continue à publier des vers et des articles sur les sujets philosophiques et religieux. Son nom commence à être connu, notamment par sa brochure de près de 100 pages intitulée Réflexions sur la doctrine de Saint-Simon (1831), solide réfutation de cette déviance, qui transforme la religion chrétienne en programme socialisant.

Lettre à Louis Jammot

Cette prière est une lettre écrite le 13 novembre 1836 à Louis Jammot – peintre et poète, élève d'Ingres – dont Frédéric Ozanam avait fait la connaissance au collège royal de Lyon.

Il semble qu'il faille voir pour aimer et nous ne voyons Dieu que des yeux de la foi, et notre foi  est si faible ! Mais les hommes, mais les pauvres, nous les voyons des yeux de la chair ! Ils sont là et nous pouvons mettre le doigt et la main dans leurs plaies et les traces de la Couronne d'épines sont visibles sur leur front ; et ici l'incrédulité n'a plus de place possible, et nous devrions tomber à leurs pieds et leur dire avec l'apôtre : « tu es mon Seigneur et mon Dieu. » Vous êtes nos maîtres et nous serons vos serviteurs, vous êtes pour nous les images sacrées de ce Dieu que nous ne voyons pas, et ne sachant pas l'aimer autrement, nous l'aimerons en vos personnes.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Jour 2 - L'exemple vient d'en haut / L'épreuve

Publication #2Initialement publiée le 2 septembre 2017

Jour 1 - Piété et charité

Publication #1Initialement publiée le 1 septembre 2017

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader