Jour 3 : Les mains

Jour 3 : Les mains

Prenons le temps de regarder nos mains : quel instrument magnifique, quel magnifique cadeau que Dieu nous offre ! Et pourtant, nous n'y faisons guère attention. C'est lorsque nos mains sont blessées, déformées peut-être par l'âge ou  la maladie que nous réalisons combien elles sont précieuses.

Pensons à tout ce que nous faisons chaque jour avec nos mains : elles nous sont données pour aimer, travailler, servir.

  • Le matin, en me levant je peux faire un geste avec mes mains pour louer le Seigneur et lui  demander  de m'aider à les utiliser aujourd'hui pour communiquer son amour.

Ta main me conduit, ta droite me saisit, tu as posé sur moi ta main.

1. Prière avec la Parole de Dieu : Mc 1, 40-42 et Mc 10,13-16

  • Me mettre en présence du Seigneur et, regardant mes mains, accueillir ce don de Dieu.


  • Demander la grâce de mettre mes mains au service de la vie, de l'amour.


  • Me rappeler les passages d'Évangile où je vois Jésus en train d'utiliser ses mains pour travailler, pour rencontrer, guérir : regarder comment il accueille ce don du Père pour recevoir et transmettre la vie :

                         Il touche le lépreux : Mc 1, 40-42

                         Il bénit les enfants : Mc 10, 13-16

                         Jésus ressuscité montre ses mains clouées, par amour :

                             « Regardez mes mains et mes pieds, c'est bien moi » Lc 24, 39

    Je peux regarder aussi Marie dans ses gestes quotidiens.

  • Puis j'offre mes mains au Seigneur, et je me tiens ainsi en prière, lui exprimant ce qui habite mon cœur.


2. Tout au long de la journée, 

J'essaie de mettre mes mains au service des autres, à travers mes gestes et mes activités quotidiennes : un geste de tendresse,  nettoyer la cour, écrire, utiliser mon ordinateur, travailler sur un chantier, préparer le repas, accueillir quelqu'un, etc .…

Alors, mes mains deviennent l'expression de mon amour, et je vais trouver les gestes qui deviennent prière.

3. Je termine ma journée ...

... en offrant mes mains au Seigneur, en me rappelant tout ce qu'elles ont fait aujourd'hui. 

  • Je rends grâce pour mes gestes qui ont été au service de la vie, de l'amour.
  • Je demande pardon pour ce qui ne l'a pas été.
  • J'exprime  au Seigneur la prière qui monte de mon cœur, ce soir, avec un geste de mes mains.
  • Avant de me coucher, je lis Gn 2, 7


Quelques textes pour nourrir notre journée :

Du Pape François :

« Nous pensons aux mains de Jésus, lorsqu'il touchait les malades et les guérissait. Ce sont les mains de Dieu : elles nous guérissent. Moi, je n'imagine pas Dieu en train de nous donner une gifle. Il nous réprimande, cela oui, je peux l'imaginer, parce qu'il le fait. Mais jamais, jamais il ne nous blesse. Jamais ! Il nous caresse. Parce que c'est un Père. 

… Nous sommes entre les mains de Dieu dès le commencement. La Bible nous explique la Création, en utilisant une image très belle : Dieu qui, de ses mains, nous crée de la boue, de la terre, à Son image et ressemblance. Ce sont les mains de Dieu qui nous ont créés… Les mains de Dieu, qui ne nous ont pas abandonnés.

Le Seigneur dit à son peuple : « Moi j'ai marché avec toi, comme un père avec son fils, en le tenant par la main. Ce sont justement les mains de Dieu qui nous accompagnent sur le chemin. 

Ce sont les mains de Dieu qui nous caressent dans les moments de douleur, qui nous réconfortent. C'est notre Père qui nous caresse ! Qui nous aime tellement. Et dans ces caresses, si souvent, il y a le pardon. Il y a une chose que j'aime penser: Jésus, Dieu, a emporté avec lui ses plaies. Il les fait voir au Père. Les mains de Dieu ont des plaies d'amour. Et cela nous réconforte beaucoup. »


Une main d'enfant

Le monde entier est entre tes mains, Seigneur. Je me remets entre tes mains, ce soir, Seigneur. Tu m'as donné de comprendre aujourd'hui ce que cela signifie. Ce dimanche après-midi, nous étions en promenade avec les enfants. Et voici que la petite main de Jacqueline s'est glissée dans la mienne. Je ne sais pourquoi ce geste si simple de ma fille m'a bouleversé et rempli de joie. Peut-être Jacqueline était-elle simplement fatiguée, peut-être avait-elle un peu peur, peut-être voulait-elle tout bonnement sentir une présence de tendresse, je ne sais et qu'importe ! Mais il y a une chose dont je suis certain : elle a eu besoin de moi et elle m'a fait confiance.

Besoin… Confiance… c'est cela, Seigneur, que j'éprouve face à toi. Si tu savais, Seigneur, comme d'aurais envie de pouvoir glisser ma main dans tes mains. Des mains qui me rassurent, me guident, m'envahissent de tendresse. Je voudrais t'exprimer une confiance aussi grande, aussi totale que celle de Jacqueline pour moi. Je voudrais, Seigneur, que tu éprouves autant de joie que moi cet après-midi. Pardonne mon audace : je voudrais plutôt avoir une âme d'enfant devant toi. Donne-moi cette même simplicité dans la confiance. Père, je me remets entre tes mains. Tu m'as créé, tu m'as fait découvrir ton amour, tu m'as maintenu dans la fidélité de ta tendresse, tu m'as témoigné une permanente miséricorde. Père, je remets ma vie entre tes mains.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Dieu prend un corps semblable au nôtre