"Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre ..." (Mt 5, 1-12a)

"Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre ..."  (Mt 5, 1-12a)

"Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux !"

Méditation de l'évangile (Mt 5, 1-12a) par Mgr Emmanuel Gobilliard

Chant final: "Les béatitudes" par Le Choeur Saint Siméon

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
voyant les foules, Jésus gravit la montagne.
Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent de lui.
Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait.
Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés.
Heureux les doux,
car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,
car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs,
car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l'on vous insulte,
si l'on vous persécute
et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse,
car votre récompense est grande dans les cieux ! »



Source : AELF

Méditation Mgr Emmanuel Gobilliard

Dieu seul est saint et tout ce qui vient de moi sans que Dieu y participe d'une manière ou d'une autre est au mieux infécond, au pire destructeur. Vous allez me dire qu'il y a des personnes très généreuses qui font de belles choses et qui, pourtant ne croient pas en Dieu. Effectivement ! Cela ne signifie pas que Dieu ne soit pas présent en ces personnes si elles se donnent au nom d'un idéal qui est plus grand qu'elles-mêmes, si elles sont capables de sortir d'elles-mêmes, de s'oublier elles-mêmes pour le bien des autres. On appelle ce mouvement, la charité. Dieu en est la source, quoi qu'il arrive. Si une action est exercée sans la charité, elle est vaine. C'est ce que saint Paul nous rappelle dans la lettre aux corinthiens. Si je n'ai pas la charité, je ne suis qu'une cymbale retentissante, qu'un cuivre qui résonne. Ce que je fais alors ne sert à rien. C'est de l'esbroufe !

La sainteté, c'est surtout de laisser Dieu rejoindre nos vies et les rendre fécondes, les habiter de son Esprit de sainteté. Tout peut être traversé par la grâce de Dieu. Rien ne lui fait peur dans mon humanité sauf mon indifférence. Même le péché peut être l'occasion d'une magnifique manifestation de Dieu dans ma vie : on appelle cette manifestation, la miséricorde, qui se réalise lorsque j'accepte que mon péché soit traversé par la grâce, en particulier dans le sacrement de la Réconciliation. L'exemple de Saint Pierre qui accepte de se prosterner devant Jésus, qui implore son pardon et se laisse aimer par lui est éloquent. Il accepte, comme finalement tous les saints, ayant touché son indigence et sa vanité, de se laisser faire par le Seigneur, de lui laisser la première place. Il accepte d'avoir besoin de Lui. D'ailleurs la fin de ce magnifique passage de l'Évangile où Jésus relève Pierre et lui accorde à nouveau sa confiance le dit : « tu étendras les mains et c'est un autre qui te mettra ta ceinture. » Jn 21, 18

Nos faiblesses, nos défauts, nos imperfections peuvent être le lieu de la manifestation de Dieu si je les accepte et si j'accepte que Dieu vienne les toucher. C'est la trahison de saint Pierre mais aussi l'écharde dans la chair de Saint Paul, le bégaiement de Moise, les larmes de la veuve de Naïm et de tous ces cris des pauvres le long du chemin qui appellent la visite ou l'action de Jésus sur eux. Il faut que j'accepte aussi, et c'est parfois plus difficile, que Dieu me dépouille de ce qui fait ma gloire, de tous ces dons et ces qualités qui, s'ils ne sont pas habités par la grâce de Dieu qui se manifeste dans l'humilité, peuvent non seulement être inféconds bien qu'apparemment efficaces, mais aussi contribuer à ma perte si je les possède et m'en sers pour moi-même.

Oui toute bonté, toute beauté, toute vérité, toute charité vient de Dieu. J'aimerais voir Dieu pour qu'il me communique au plus vite tous ces cadeaux, mais je ne peux voir Dieu sans mourir. Oui, sans mourir à moi-même, en me tournant résolument vers l'autre dans le visage de mon prochain, vers l'au-delà de tout, le très Saint qui me permet de participer à cette sainteté dont il est la source et qu'il me communique par le baptême. Gratuitement, il fait de moi son enfant bien-aimé, il me comble de toutes bénédictions dans le ciel et sur la terre. Il suffit que je le laisse faire.

Laissons-le habiter nos cœurs et nos vies, toutes nos pensées et nos activités, nos faiblesses et même notre péché, alors il manifestera sa puissance dans la pauvreté de la crèche, l'humilité de l'Eucharistie et même dans le scandale de La Croix.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

L'Évangile commenté AUDIO 📻