Que faire pour les brebis égarées ? : 2ème proposition

Que faire pour les brebis égarées ? : 2ème proposition

« Tout ce que vous demanderez dans une prière pleine de foi, vous l’obtiendrez » (Mt 21,22)

 Continuons de prier pour les brebis égarées. C’est réellement la volonté de Dieu. Jésus dit à sainte Faustine :

 « Ne cesse jamais de prier pour les pécheurs. Tu sais à quel point leur âme préoccupe mon Cœur. Soulage mon amère tristesse, distribue ma miséricorde. » « Apprends que tu Me consoles toujours quand tu pries pour le salut des pécheurs. La prière qui M’est la plus agréable est celle qui est offerte pour la conversion des âmes pécheresses. Cette prière est toujours exaucée » (Petit Journal 975 et 1397)

 Nous avons vu que nous pouvions offrir nos communions et le sacrifice de la messe, en union à Jésus, pour la conversion des brebis égarées. Nous vous proposons aujourd’hui un autre moyen spirituel : la prière de réparation.

  

La réparation, qu'est-ce que c'est ?

 Ce terme ne doit pas nous rebuter ou nous faire rebrousser chemin, car, en réalité, il renvoie à un ACTE D’AMOUR. « Faire réparation », dans le vocabulaire religieux, signifie : « rendre à Dieu amour pour amour ». Oui, nous pouvons en effet offrir notre amour et notre adoration à Dieu pour ceux qui ne L’aiment pas et ne L’adorent pas. En agissant ainsi, nous faisons acte de réparation ! Cette prière touche le Cœur de Dieu.

Si nous avons du mal à le croire, cet épisode de la vie de sainte Faustine peut nous en convaincre :

9 août 1934. Adoration nocturne du jeudi (l’Heure Sainte). J'ai fait mon heure d'adoration de onze heures à minuit. J'ai offert cette adoration pour la conversion des pécheurs endurcis, et particulièrement pour ceux qui ont perdu confiance en la Miséricorde Divine. J'ai médité combien Dieu a souffert et quel immense amour Il nous a témoigné, mais nous ne croyons pas que Dieu nous aime tant. Ô Jésus, qui le comprendra ? Quelle douleur pour notre Sauveur et comment nous persuadera-t-il de son amour si sa mort même ne peut nous persuader ? J'ai invité le ciel entier à offrir avec moi réparation au Seigneur pour l'ingratitude de certaines âmes.
Jésus m'a fait connaître combien la prière de réparation Lui est agréable, Il me dit : La prière d'une âme humble et aimante désarme la colère de mon Père et libère des torrents de bénédictions.

L'adoration finie, à mi-chemin de ma cellule, un grand nombre de grands chiens noirs m'environnèrent, sautant et hurlant, ils voulaient me mettre en pièces. J'ai compris que ce n'était pas des chiens, mais des démons. L'un d'eux parla avec colère : “C'est parce que cette nuit, tu nous as enlevé tant d'âmes que nous te mettrons en pièces.” Je répondis : "Si telle est la volonté du Dieu le plus miséricordieux, mettez-moi en pièces : je l'ai mérité à juste titre, car je suis la plus misérable des pécheresses et Dieu est toujours saint, juste et infiniment miséricordieux". À ces mots, tous les démons répondirent ensemble : “Fuyons, car elle n'est pas seule, le Tout-Puissant est avec elle.” Et ils disparurent comme la poussière, comme le bruit de la route et moi, tranquillement, tout en achevant un Te Deum, j'allai jusqu'à ma cellule en méditant l'infinie et insondable Miséricorde de Dieu. » (Petit Journal 319-320).

Ce passage du Petit Journal de sainte Faustine nous montre que nous pouvons consoler le Cœur de Dieu et contribuer au salut des âmes par notre prière de réparation ! Aussi, prions sans nous décourager : l’amour de Dieu et du prochain nous y engage.

 

Quelques pratiques de réparation

  • l'adoration du Saint-Sacrement

 À Paray-le-Monial, dès sa première apparition, Jésus nous dit : « J’ai soif, Je brûle du désir d’être aimé. » « J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au Saint-Sacrement, que cette soif Me consume et Je ne trouve presque personne qui s’efforce, selon mon désir, de Me désaltérer, en rendant quelque retour à mon amour. »

Alors, prenons un peu de temps pour rencontrer Jésus au Saint-Sacrement, pour Le désaltérer en Lui présentant notre pauvre amour pour ceux qui ne L'aiment pas.
« Dans l’adoration, nous dit le Père Martin Pradère, nous pouvons, comme saint Jean au Cénacle, reposer sur le sein de Jésus et ainsi Lui tenir compagnie en Le consolant pour toutes les négligences commises envers ce Sacrement d’Amour [l’Eucharistie]. »

  • l’Heure Sainte

Le jeudi soir, entre 11h et minuit, veiller en prière avec le Christ, en méditant son agonie au Jardin des Oliviers, pendant laquelle ses disciples, brisés par le sommeil, n’ont pu veiller une heure avec Lui).

  • le Premier Vendredi du mois

Cette pieuse pratique a été demandé par le Christ à sainte Marguerite-Marie. Jésus promet que ceux qui l’accompliront mourront dans la paix de Dieu. Elle consiste à communier au moins 9 premiers vendredis du mois consécutifs en esprit de reparation pour consoler le Cœur de Jésus qui a tout donné pour les hommes. 
NB : Pour ceux qui habitent en région parisienne, vous pouvez venir consoler le Coeur de Jésus tous les premiers vendredis du mois à l'église Saint-Sulpice à partir de 18h30.

  • le Premier Samedi du Mois

Cette pieuse pratique a été demandée par la Vierge Marie à Sœur Lucie (Fatima). La Sainte Vierge promet « d’assister à l’heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires au salut, tous ceux qui, le premier samedi cinq mois de suite » rempliront toutes les conditions de cette dévotion.
Quelles sont-elles? Communier ; se confesser le jour-même ou dans la semaine qui précède ou qui suit ; réciter le chapelet ; méditer ¼ d’heure les mystères du Rosaire en union avec la Mère de Dieu, tout cela au moins 5 premiers samedis du mois consécutifs, dans un esprit de réparation, en vue de consoler le Cœur Immaculé de Marie, blessé par les blasphèmes proférés à son encontre. 

 

  • La prière donnée par l'Ange à Fatima
« Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs. Amen ».

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Prions pour les brebis égarées