8° jour : Consécration dans le mystère pascal - Hozana

8° jour : Consécration dans le mystère pascal

Trente-trois jours pour se consacrer à Jésus-Christ par Marie, EDB, Nouan le Fuzelier, 2012 (Nihil obstat)

8° jour : Consécration dans le mystère pascal

Dans l’Ancien Testament, Dieu « descendait » (Tsim Tsum) entre les deux anges sur le couvercle de l’Arche d’Alliance, le propitiatoire. Le sang des sacrifices d’animaux était jeté sur le propitiatoire et Dieu pardonnait les péchés (Lv 16). Jésus est désormais le propitiatoire de l’arche d’Alliance, il est « l’instrument de propitiation » parce qu’il est le contact entre l’humanité et Dieu et que le sang de son sacrifice obtient le pardon (Rm 3, 23-25).

Passion et résurrection sont une manifestation de l’amour. Le Fils de Dieu pouvait remonter dans son ciel… L’amour l’a poussé à rester parmi nous, à souffrir la passion, et à ressusciter en nous offrant la joie de sa présence et de son pardon. Comprendre cela rend notre cœur tout brûlant…

La croix et la résurrection de Jésus s’appellent « mystère pascal », c’est-à-dire passage, comme la traversée de la mer rouge par les Hébreux avec Moïse. La veille de sa Passion, Jésus dit : “Je vais vers le Père” (Jn 14, 12).

Il nous est pourtant souvent difficile de passer de la croix à la résurrection. « Les jeunes filles adolescentes » du Cantique des cantiques représentent les âmes imparfaites : elles voient dans la Passion de Jésus un reflet de ce qui, en elles, est mort ou corruptible, et elles ont du mal à suivre Jésus dans sa Résurrection. Elles ont besoin d’être fortifiées « pour la vie » par le parfum du Christ, alors seulement, elles « courent sans défaillance ni fatigue, car, revigorées par la suavité de l’odeur même qui est de vie pour la vie, elles se fortifient sans cesse. » (Origène)

L’âme parfaite « n’a rien de mort, rien d’insensible dans sa gorge » : elle n’a pas de complaisance pour la tristesse, elle a le goût de vivre, elle perçoit que le Christ est le grand vivant, toujours. Seule cette âme aime vraiment le Christ en sa victoire sur la mort, car ses sens spirituels sont transparents à la communion avec la vie divine. Elle désire la vie en plénitude avec le Christ glorifié.

Cette âme parfaite, nous la reconnaissons, c’est la Vierge Marie, la mère qui, après la mort de Jésus en croix, anticipant et personnifiant l’Église, attend la victoire de son Fils sur la mort avec une foi inaltérable. Le samedi, jour marial, est situé entre le vendredi jour de la croix, et le dimanche, jour de la résurrection. Ceci nous indique qu’en se donnant à l’Immaculée, en tenant sa main, nous passons avec sûreté de la croix à la résurrection.

Saint Louis-Marie de Montfort dit qu’il ne faut jamais vivre la croix sans Marie… Sans Marie, la souffrance nous broie. Avec Marie, la croix est fleurie, elle devient arbre de vie, prière et offrande, lieu d’amour et d’union au Christ, passage…

Consacrer notre mort, c'est confier les fruits de notre existence à Marie, la Vierge féconde, comme par exemple, à la fin de sa vie, Jean Paul II adressa à Marie cette prière : « A toi, je remets tous les fruits de ma vie et de mon ministère ; à toi je confie le sort de l'Eglise ; à toi, je confie ma nation ; en toi, j'ai confiance et à toi encore une fois je déclare : "Totus Tuus, Maria !" » 

Consacrer notre mort, c'est aussi vouloir mourir en état de grâce, pur de tout péché, mourir en pardonnant, en aimant, en priant... C'est unir notre mort à la mort rédemptrice de Jésus.

 

Consécration 

O Marie, mère du Christ rédempteur, infiniment douloureuse au pied de la croix, et infiniment vivante… En toi tout frémit de sensibilité et de vitalité… Je me consacre avec toi dans le mystère pascal, pour ne jamais vivre la croix sans toi.

Le Christ Rédempteur a voulu tout épouser de mes souffrances et de mes croix. Jésus désire m’emmener au-delà, vers la vie. O Marie, épouse parfaite du Christ Rédempteur, viens couper tout goût morbide, tout lien qui me retient en arrière, viens m’emmener dans l’éternel présent de l’amour, dans la vie en abondance…

O mère des vivants, je te confie la société où je vis, rends-la « amie de la vie » !

O Marie, je te confie la dernière heure de ma vie et les circonstances de ma mort. Je me place sous ta protection. Intercède pour moi à l'heure de mon agonie.

Toi qui fus associée à la mort du Christ rédempteur, daigne unir ma mort à la sienne.

Je te remets aussi tous les fruits de ma vie, avec confiance, à toi qui es la Vierge féconde, à toi qui es la mère du Fils de Dieu, venu en ce monde pour nous vivifier et nous donner la vie éternelle.

Je te prie de façon similaire pour mes proches.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

17 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Nelly
place Limoges, France, il y a 1 an
Ô Marie, épouse parfaite du Christ Rédempteur, viens couper tout goût morbide, tout lien qui me retient en arrière, viens m’emmener dans l’éternel présent de l’amour, dans la vie en abondance… Je te prie de façon similaire pour mes proches. Amen
Carole
 il y a 1 an
Je vous salue Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen Amen.
Tatiana
place Kishinyov, Кишинев, Молдова, il y a 1 an
Amen
Limparate
place Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, il y a 1 an
Ô Marie, Sainte Mère de Dieu, je te confie mon désir d'union Eucharistique avec Ton Fils Jésus, mon Seigneur et mon Sauveur. Priez pour nous et conduisez nous à votre Fils. Amen !