C'est la plus petite de toutes les semences... - 13 juin 2021

C'est la plus petite de toutes les semences... - 13 juin 2021


11e dimanche du Temps Ordinaire

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 4, 26-34

En ce temps-là, parlant à la foule, Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D'elle-même, la terre produit d'abord l'herbe, puis l'épi, enfin du blé plein l'épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l'a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l'entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.



Prière

Qui est à la tête de ce royaume des cieux dont l'Évangile nous parle aujourd'hui ? « Qui donc est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ; c'est lui, le roi de gloire. » (Ps 23, 10) « Toi, Dieu, tu es mon roi. » (Ps 43, 5)

Demande

« Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. » (Lc 8, 15) Donne-nous, Seigneur ce cœur bon et généreux qui porte du fruit.

Réflexion

  1. Jésus vient de donner un enseignement à ses apôtres sur la parabole du semeur et du grain qui tombe de manières diverses au bord du chemin, sur le terrain rocheux, dans les épines ou sur la bonne terre.
    Ensuite, Jésus parle du Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu, c'est un semeur, du grain et de la bonne terre. Le Royaume de Dieu, c'est la bonne terre à tel point que le grain produit du fruit sans que l'on ne sache comment. Le grain semé, c'est la Parole : « Le semeur sème la Parole. » (Mc 4, 14)
    Le semeur, c'est le Christ lui-même. Il donne des poignées de grain à ses serviteurs pour qu'ils les sèment eux aussi : le clerc qui proclame la Parole, la grand-mère qui raconte l'Évangile à ses petits-enfants, le catéchiste, les missionnaires de toutes sortes…
  2. « Mais quand on l'a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »
    Le Royaume des cieux, c'est l'Église une, catholique c'est-à-dire universelle, et apostolique. C'est elle la plante avec de grandes branches où tous les oiseaux du ciel peuvent s'abriter.
  3. Comme le temps est long pour l'établissement du Royaume des cieux ! Les jours et les nuits se succèdent et les semences n'en finissent pas de germer, enfouies dans la terre et invisibles à nos yeux. Il faut attendre que naissent dans les cœurs l'herbe, que saint Jérôme compare à la crainte de Dieu, commencement de la sagesse. Puis l'épi, qu'il assimile aux larmes de la conversion et de la contrition, et enfin le blé de la véritable charité. Qu'il est long d'attendre que la plus petite graine devienne un arbre, que le temps est long !
    Mais nous attendons avec patience et une grande espérance comme nous y invite l'Écriture : « Il est bon d'espérer en silence le salut du Seigneur. » (Lm 3, 26)

Dialogue avec le Christ

Le Royaume des cieux, c'est la bonne terre et c'est le cœur de l'homme. Mais où est-elle la bonne terre ? Seigneur, toi qui dis du cœur de l'homme : « Si donc vous, qui êtes mauvais (…) » (Mt 7, 11) ou « Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu'il les connaissait tous et n'avait besoin d'aucun témoignage sur l'homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu'il y a dans l'homme. » (Jn 2, 24-25), y a-t-il une bonne terre où ton Royaume puisse croître ?
En regardant notre cœur, nous voyons bien qu'il n'y a pas beaucoup de bonne terre en lui. Mais avec le prophète Isaïe nous restons pourtant pleins de joie : « Le désert et la terre de la soif, qu'ils se réjouissent ! Le pays aride, qu'il exulte et fleurisse comme la rose, qu'il se couvre de fleurs des champs, qu'il exulte et crie de joie ! » (Is 35, 1) « Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. » (Is 43, 19)
Telle est notre espérance ! Que dans nos cœurs arides, pourvu que l'on te regarde toi, notre seul Seigneur, puissent pousser de beaux épis avec des grains à pleine poignée.

Résolution

Résolution
La patience est une grande vertu qui nous apporte la paix. Aujourd'hui, j'essaie de mettre en application le conseil que donne saint François de Sales : « Soyez patient avec tout le monde, mais surtout avec vous-mêmes ! »

Patricia Freisz, membre de Regnum Christi
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour