Vers Pentecôte J-6 : je te demande le courage !

153322-vers-pentecote-j-6-je-te-demande-le-courageMois de Mai mois de Marie
Septième lundi du temps pascal

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

De la Parole du jour :

En ce temps-là, les disciples de Jésus lui dirent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n'as pas besoin qu'on t'interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. » Jésus leur répondit : « Maintenant vous croyez ! Voici que l'heure vient – déjà elle est venue – où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. Je vous ai parlé ainsi, afin qu'en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde. » (Jn 16, 29-33)

Méditation :

En ton Nom, Seigneur, je demande à Dieu notre Père le courage.

Le courage est souvent ce qu'il manque.

Le courage n'est pas naturel : face à une situation de danger, la survie la plus efficace, c'est la fuite.

Le courage n'est pas dans les gênes, ni dans le sang.

Le courage, je le crois, découle de l'amour.

Nous le savons, au moment de ta passion, la plupart des apôtres ont fui. 

Nous le savons aussi, face à la croix, avec le disciple que tu aimais, il y avait les femmes, notamment Marie ta sainte mère, et Marie de Magdala.

Entre celle qui t'a porté et celle que tu as sauvée, leur amour était si grand pour toi, et leur foi si intense qu'elles ont fait preuve d'un grand courage.

Le courage ne se proclame pas.

Le courage n'a pas de genre. Que tu m'en sois témoin, moi qui ai travaillé avec tant de femmes, j'ai vu leur courage là où chez des hommes il y avait de la lâcheté.

Par le courage, bien des situations pourraient être évitées. Si les passants dans la rue ne restaient pas de marbre face à une agression, le principe de la masse ferait fuir l'agresseur. Si dans le tram tous d'un seul homme nous protestions lorsqu'une femme est harcelée, le délinquant descendrait au prochain arrêt.

Non, je ne donne pas de leçons.

Qui suis-je, moi, pour juger l'attitude des autres ?

La violence, l'horreur et la terreur peuvent littéralement mettre quelqu'un dans une forme de tétanie.

Je ne suis pas le plus courageux, et je suis souvent lâche. Parfois même, lorsque j'ose intervenir, je me demande si je ne prends pas un risque inconsidéré.

Car en toutes choses, il vaut mieux laisser faire la justice et les autorités compétentes.

Mais je parle du courage d'être.

Je parle du courage de vivre.

En pleine dépression mélancolique, Seigneur, j'ai perdu ce courage de vivre, et par lâcheté j'ai souhaité que tu me reprennes à toi. Mais tu ne m'as pas laissé. Tu m'as dit « Talitha Koum ! Lève toi. Marche, pas à pas. Soigne-toi. Lave-toi. Que personne ne remarque ta peine. »

Peu à peu, le courage est revenu.

Il est normal de manquer de courage, l'inverse pourrait même être de l'inconscience.

Ce que je demande en ton Nom, c'est ton courage, sans violence, à bas bruit, mais ferme et tenace, celui qui t'a fait tenir la croix jusqu'au bout. Si tu as fait preuve de tant de courage, c'est par amour pour nous. Si à notre tour nous devons avoir le courage de notre foi, de notre vie, de ce que nous sommes, c'est par amour pour toi et pour nos frères. 

L'amour peut tout. 

Il donne des ailes. 

Le courage qui en découle fait de nous une Force, sereine mais déterminée : nous ne sommes pas de ce monde, mais dans ce monde, et notre ennemi, c'est celui qui est à l'origine des guerres et des tueries, Satan, et qui nous éloigne du courage pour nous pousser dans la lâcheté qu'il aime tant, dans sa lâcheté démoniaque.

Viens, viens, viens, Esprit de Force, donne-nous le courage, donne-nous la sérénité, donne-nous la certitude de notre foi et de notre amour. Viens habiter nos âmes, mais viens aussi habiter nos corps, car c'est debout, en marche et en paroles qu'avec ta sainte grâce, nous vaincrons le démon !

Que ton Nom soit béni, Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit !

Notre Dame de la paix, de l'amour, des petits et des pauvres, Notre Dame des nations, Notre Dame de Lourdes,  Notre Dame de Fatima, en ce mois de Mai mois de Marie, je te renouvelle ma dévotion et me consacre à toi, prie pour nous et notre monde, prie pour la Paix en Israël et sur Jérusalem, ville sainte que tu as connue.

Amen. Alléluia, alléluia.

Frères et sœurs, bien-aimés en Christ, exprimez-vous en commentaires ; ajoutez vos prières, réflexions et méditations, afin que nous puissions échanger dans la paix du Christ !! Je lis chaque jour vos mots, et porte vos intentions dans ma prière.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Te parler tous les jours, Seigneur !