Regina Coeli du 09/05/2021

Chers frères et soeurs, bonjour !

Dans l'Evangile de ce dimanche (Jn 15,9-17) Jésus, après s'être comparé à la vigne et nous aux sarments, explique quel est le fruit que portent ceux qui restent unis à Lui : ce fruit est l'amour. Il reprend encore le verbe-clé : demeurer. Il nous invite à demeurer dans son amour pour que sa joie soit en nous et que notre joie soit pleine (vv. 9-11). Demeurer dans l'amour de Jésus.

Demandons-nous : quel est cet amour où Jésus nous dit de demeurer pour avoir sa joie ? Quel est cet amour ? C'est l'amour qui prend son origine dans le Père, parce que «Dieu est amour» (1 Jn 4,8). Comme un fleuve coule dans le Fils Jésus et à travers Lui arrive à nous, ses créatures. Il dit en effet : « Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. » (Jn 15,9). L'amour que Jésus nous donne est le même que celui avec lequel le Père l'aime : un amour pur, inconditionnel, gratuit. Il ne peut pas s'acheter, il est gratuit. En nous le donnant, Jésus nous traite comme des amis – par cet amour – en nous faisant connaître le Père, et nous implique dans sa mission pour la vie du monde.

Et nous pouvons nous demander comment fait-on pour demeurer dans cet amour ? Jésus dit : « Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour » (v. 10). Jésus a résumé ses commandements en un seul, celui-ci : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » (v. 12). Aimer comme le Christ aime signifie se mettre au service des frères, comme il l'a fait en lavant les pieds des disciples. Cela signifie aussi sortir de soi, se détacher de ses propres sécurités humaines, des conforts mondains, pour s'ouvrir aux autres, spécialement à celui qui en a le plus besoin. Cela signifie se mettre à disposition, avec ce que nous sommes et ce que nous avons. Cela veut dire aimer non pas par des paroles mais par des actes.

Aimer comme le Christ signifie dire non à d'autres “amours” que le monde nous propose : l'amour de l'argent – celui qui aime l'argent n'aime pas comme Jésus – l'amour du succès, de la vanité, du pouvoir…. Ces chemins trompeurs d'“amour” nous éloignent de l'amour du Seigneur et nous conduisent à devenir toujours plus égoïstes, narcissiques et tyranniques. Et la tyrannie conduit à une dégénération de l'amour, à abuser des autres, à faire souffrir la personne aimée. Je pense à l'amour malade qui se transforme en violence – et combien de femmes sont victimes aujourd'hui de violences. Ce n'est pas de l'amour. Aimer comme nous aime le Seigneur veut dire apprécier la personne qui est à côté de nous et respecter sa liberté, l'aimer comme elle est et non pas comme nous voulons qu'elle soit ; comme elle est, gratuitement. En définitive, Jésus nous demande de demeurer dans son amour, d'habiter dans son amour, non pas dans nos idées, non pas dans le culte de nous-mêmes. Celui qui demeure dans le culte de lui-même demeure dans le miroir : toujours à se regarder. Il nous demande de sortir de la prétention de contrôler et de gérer les autres. Non pas les contrôler, les servir. Ouvrir son coeur aux autres, et nous donner aux autres, c'est cela l'amour.

Chers frères et soeurs, où conduit le fait de demeurer dans l'amour du Seigneur ? Où nous conduit-il ? Jésus l'a dit : « Pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite » (v. 11). Le Seigneur veut que la joie qu'il possède parce qu'il est en totale communion avec le Père, soit aussi en nous, qui sommes unis à Lui. La joie de nous savoir aimés de Dieu malgré nos infidélités nous fait affronter avec foi les épreuves de la vie, nous fait traverser les crises pour en sortir meilleurs. Notre être de vrais témoins consiste à vivre cette joie, parce que la joie est le signe distinctif du chrétien. Le vrai chrétien n'est pas triste, il a toujours cette joie en lui, y compris dans les mauvais moments.

Que la Vierge Marie nous aide à demeurer dans l'amour de Jésus et à grandir dans l'amour envers tous, en témoignant de la joie du Seigneur ressuscité.

Traduction de Zenit, Anne Kurian-Montabone

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Catéchèse du pape François