Jour 7 - Dieu est fidèle à ses promesses

Jour 7 - Dieu est fidèle à ses promesses

Méditation

Comment s'alimente cette fidélité ? A la lumière de la fidélité de Dieu. Les premières paroles que saint Joseph s'est entendu adresser en songe furent l'invitation à ne pas avoir peur, parce que Dieu est fidèle à ses promesses : « Joseph, fils de David, ne crains pas » (Mt 1, 20). Ne crains pas : ce sont les paroles que le Seigneur t'adresse aussi, chère sœur, et cher frère, quand, malgré les incertitudes et les hésitations, tu ressens comme ne pouvant plus être différé le désir de lui donner ta vie. Ce sont les mots qu'il te répète quand, là où tu te trouves, peut-être au milieu d'épreuves et d'incompréhensions, tu luttes pour suivre chaque jour sa volonté. Ce sont les paroles que tu redécouvres lorsque, sur le chemin de l'appel, tu retournes au premier amour. Ce sont les paroles qui, comme un refrain, accompagnent celui qui dit oui à Dieu par sa vie comme saint Joseph : dans la fidélité de chaque jour.

Cette fidélité est le secret de la joie. Dans la maison de Nazareth, dit une hymne liturgique, il y avait « une joie limpide ». C'était la joie quotidienne et transparente de la simplicité, la joie qu'éprouve celui qui garde ce qui compte : la proximité fidèle à Dieu et au prochain. Comme il serait beau si la même atmosphère simple et radieuse, sobre et pleine d'espérance, imprégnait nos séminaires, nos instituts religieux, nos maisons paroissiales ! C'est la joie que je vous souhaite, frères et sœurs, qui avec générosité avez fait de Dieu le rêve de votre vie, pour le servir dans les frères et dans les sœurs qui vous sont confiés, à travers une fidélité qui est déjà en soi témoignage, à une époque marquée par des choix passagers et des émotions qui disparaissent sans laisser de joie. Que saint Joseph, gardien des vocations, vous accompagne avec un cœur de père !

Message du Pape François pour la 58ème Journée mondiale de prière pour les vocations.



Texte biblique : Jean 10, 11-18

Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. Le mercenaire, qui n'est pas le pasteur et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s'enfuit, et le loup s'en empare et les disperse. C'est qu'il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis. Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis.

J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ; c'est pour cela que le Père m'aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. Personne ne me l'enlève ; mais je la donne de moi-même. J'ai pouvoir de la donner et j'ai pouvoir de la reprendre. Tel est le commandement que j'ai reçu de mon Père ».



Réflexion : la Maison des Pisa

Dans la Grenade du XVIème siècle, Jean de Dieu accomplit son travail en s'occupant personnellement des malades et des mendiants, parcourant la ville en quête de nourriture. Il préparait lui-même les repas, lavait les assiettes, il faisait le ménage, nettoyait la maison, lavait les vêtements, portait l'eau et allait chercher du bois. Une autre de ses tâches consistait à visiter les bordels, le vendredi, pour tenter de convaincre ces femmes de se consacrer à d'autres travaux, en leur fournissant des moyens de subsistance et des familles d'accueil.

On peut raconter tant de choses, de sa vie, de son travail, de ses qualités, de sa façon d'écouter, mais cet après-midi-là, dans la villa de la famille Pisa, il régnait une atmosphère d'espérance car le frère Jean de Dieu était plus serein et plus lucide. Sans doute se remettait-il de sa maladie. On l'avait éloigné de ses patients, contre sa volonté, afin qu'il puisse se rétablir correctement. Après le repas, il demanda à rester seul. Tous pensèrent qu'il allait prier ou se reposer et sortirent. Comme s'il répondait à une voix intime, il se leva de son lit, revêtit un sac couvert de cendres et, tenant son crucifix dans ses mains, il tomba à genoux. Un verset de psaume résonnait en lui : Bénis le Seigneur, ô mon âme, et que tout mon être bénisse son saint nom. Qu'il te pardonne toutes tes fautes et te combles de tendresse et de miséricorde. Le Seigneur est bon avec tous et comble  toutes ses créatures. Le Seigneur est bon et miséricordieux, lent à la colère et riche en miséricorde. Aussi éloigné qu'est l'Orient du crépuscule, aussi lointaine est notre faute. Comme un père éprouve de la tendresse pour ses enfants, le Seigneur est plein de tendresse pour ses fidèles. Bénis le Seigneur, ô mon âme. Et, comme une brise légère, il rendit son esprit à Dieu. C'était le  8 mars 1550.

(Et Dieu devint Frère, vie de saint Jean de Dieu, Valentín A. Riesco Álvarez) 



Prières du jour :  Prions pour les diverses vocations dans l'Église.

  •     Pour la vie consacrée, afin que nous renouvelions chaque jour l'appel et l'envoi que le Seigneur nous adresse pour donner notre vie au service de nos frères et, en même temps, pour diffuser notre témoignage à ceux qui veulent nous suivre. Prions.

        
  •     Pour la vie contemplative, totalement dédiée à Dieu dans la prière, dans le silence et dans ce qui est caché. Ce sont des phares qui indiquent le port, des flambeaux qui éclairent la nuit, des sentinelles qui annonce le jour nouveau. Prions.

        
  •     Pour les prêtres, que Dieu les bénisse et les aide, dans leur dévouement au service de l'évangélisation et de leurs communautés. Prions.

        
  •     Pour les personnes qui ont entendu l'appel dans l'Église pour témoigner avec courage de l'appel du Christ qu'ils ont reçu au milieu du monde. Prions.

        
  •     Pour toutes les familles chrétiennes, afin que leur témoignage de vie partagée soit une source d'où jaillissent de futures vocations pour l'Église. Prions.



Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Semaine de prière pour les vocations 19-25 avril 2021