Carême J6 : une seule prière me suffit pour m'approcher de toi et me libérer...

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Le saint du jour :

Saint Polycarpe (+167), disciple de saint Jean, dernier témoin de l'époque apostolique, qu'il transmettra à saint Irénée de Lyon, évêque de Smyrne en actuelle Turquie et martyr, prie pour nous qui avons recours  à toi.

De l'Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu :

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l'ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. » (Mt 6, 7-15)

Méditation :

Il est important, Seigneur, de nous rappeler, en ce temps de carême, l'origine de cette prière que nous disons tous les jours.

Le Notre-Père est commun à tous les chrétiens. 

Simple.

Court.

Direct.

Sans fioriture.

Ainsi tu nous révèles non pas une formule magique ou une incantation, mais un résumé de ce qui nous est nécessaire en ce monde, pour vivre dans la volonté divine et loin du mal.

Tu connais déjà nos besoins. Tu sais ce qu'il nous faut.

En revanche, bien que croyant le connaître, nous l'ignorons.

Aussi, tant il n'est pas utile de savoir l'avenir, il est revanche essentiel de connaître ce qui doit habiter notre présent, seul instant qui est dans nos mains.

C'est au Père que nous nous adressons, de qui tu viens et que tu nous fais connaître, et par toi nous demandons à prendre part à son Royaume.

Ton Royaume est notre tout. Ton Royaume est notre espérance. Ton Royaume est notre salut.

Tu en es le Roi, toi, Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.

Ta volonté est la seule qui m'importe, car ta volonté est le seule qui soit bonne pour moi.

En suivant ta volonté, je n'ai pas à me soucier des soucis matériels de ce monde, car par mon travail et par ta providence, j'ai ce qu'il faut pour vivre.

Par ta volonté, tu es miséricordieux avec moi, et tu me pardonnes, alors à mon tour de partager cette Grâce, en pardonnant à mes proches, mes amis, mes ennemis, mes persécuteurs, et à moi-même.

Si je pardonnes, tu me pardonnes, mais si j'ai le cœur comme la pierre, je m'éloigne de toi, de ton amour, par le péché.

Le péché t'est étranger.

Le péché procède du mal. Non pas d'un principe flou, mais d'une réalité sensible : le malin, le diable, Satan, ange de lumière déchu du ciel par son orgueil et sa jalousie.

Satan veut notre mort.

Ses combines sont nombreuses.

Aussi je te demande de m'éloigner des occasions de chutes. Oui, je te demande de me délivrer du malin, pour qu'il me quitte et qu'il n'y ait d'existence que pour toi. 

Au fond, le Notre-Père nous donne notre place, celle d'enfants de Dieu, celle de membres de ton Royaume. Le Notre-Père nous met en garde contre les dangers de ce monde : nous demandons le pain de ce jour, et non celui de demain ou d'après-demain, car c'est alors que viennent en nous l'inquiétude et l'anxiété, terreau préféré du malin.

Ta volonté, c'est que j'aime mon prochain comme tu m'aimes. C'est cela que je dois m'efforcer d'accomplir, durant ce temps de pénitence.

Marie, douce Marie, toi qui as accepté et accompli la volonté de Dieu, prie pour nous et notre monde.

Amen.

Quelle est la place du Notre-Père dans ma vie ? Comment m'aide-t-il à avancer dans la divine volonté ?

Frères et sœurs, bien-aimés en Christ, exprimez-vous, répondez à cette proposition en commentaires, ou parlez d'autres choses ; ajoutez vos prières, réflexions et méditations, afin que nous puissions échanger dans la paix du Christ !! Je lis chaque jour vos mots, et porte vos intentions dans ma prière au Dieu miséricordieux plein de Sagesse et de bonté. Amen.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader