N'aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité.

N'aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité.

 Voici comment nous avons reconnu l'amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s'il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l'amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Petits enfants, n'aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ; car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l'assurance devant Dieu. Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux. Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l'a commandé. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné part à son Esprit. 1 Jean 3, 16-24

Prions l'Esprit Saint pour qu'Il nous apprenne pendant ce carême à aimer en actes et en vérité. Esprit Saint, sois notre soutien pendant ce temps de conversion.


Méditation


Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous. Galates 6:10  

Pour aller plus loin 

Reconnaissons-le, nous avons tous un pas difficile à faire, une rencontre qui nous coûte, un frère que nous avons bien du mal à aimer. Pour mieux comprendre ce que le Seigneur attend de nous, regardons un épisode décisif de la conversion de Saint François.
« La vue des lépreux, rapporte son biographe, lui était autrefois si amère que, quant au temps de sa vanité, il regardait leur maison à environ 2 milles de distance, il se bouchait le nez de ses propres mains. » Oui les lépreux, nombreux au Moyen-Age, étaient méprisés, stigmatisés, exclus.
« Or un jour que François se promenait à cheval aux environs d'Assise, voici qu'il rencontra un lépreux. Malgré son immense dégoût, il sauta de cheval et s'approcha pour embrasser le malheureux. »
S'agit-il d'un extraordinaire effort sur lui-même ? Oui sans doute, mais aussi d'une de ses conversions les plus lumineuses de sa vie. Saint François le raconte dans son testament : « Voici comment le Seigneur me donna à moi, Frère François, la grâce de commencer à faire pénitence. Au temps où j'étais encore dans les péchés, la vue des lépreux m'était insupportable, mais le Seigneur lui-même me conduisit parmi eux. Je les soignai de tout mon cœur, et au retour, ce qui m'avait semblé si amer, s'était changé pour moi en douceur pour l'esprit et pour le corps. »

Transformer l'amertume en douceur c'est le fruit d'une profonde conversion du regard sur l'autre. Parce que j'ai décidé d'aller vers lui de bon cœur, l'autre qui me repoussait n'est plus une mauvaise conscience, une corvée, un sacrifice à accomplir, un problème, mais il devient l'occasion d'une joyeuse rencontre. Aller vers l'autre peut devenir source de jubilation, motif d'émerveillement, douceur de l'âme et du cœur.

S'il n'y a pas autour de nous de malades atteints de la maladie de Hansen, il y a tellement de lépreux de notre monde moderne qui sont au bord du chemin. Tous ceux qui sont délaissés, sans abri, sans relation et qui attendent une rencontre.
Pendant ce carême, chacun de nous a sans doute à découvrir quel est le lépreux que j'ai à embrasser ? Quel est ce mal aimé que j'ai à apprendre à découvrir autour de moi, à rencontrer ? Quel est celui qui va être pour moi l'occasion que le Seigneur me donne de transformer l'amertume en douceur ?

source

------------------------------------------------------------------------

Pour recevoir tous les jours un verset pour lutter contre la peur et rester dans la confiance, inscrivez-vous à cette nouvelle communauté : N'ayez pas peur

‐‐-----------------------------------------------------------------------

Gardons notre foi en Dieu, Il ne nous abandonnera pas.

N'hésitons pas à partager dans cette communauté ce que nous mettons en place au quotidien pour (re)donner à Dieu la première place.

Soyons sources d'encouragement les uns pour les autres

                                          

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader