Vendredi 22 janvier : Saints Vincent et Anastase

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu. Aux yeux des insensés ils ont paru mourir, mais ils sont dans la paix. Tiré de la liturgie du jour.

 

Deux saints martyrs sont proposés à notre vénération : Vincent et Anastase, réunis dans une même fête, car ils moururent le même jour, mais à 324 années de distance ! Saint Vincent naquit en Espagne à Huesca au 2ème siècle. Il fut ordonné diacre par Valens, évêque de Saragosse, et celui-ci, ayant du mal à parler, chargea Vincent de prêcher à sa place. Ayant appris son rôle, Dacien, gouverneur de cette province au nom de l'empereur Dioclétien, ordonna d'arrêter Vincent et de l'amener, couvert de chaines, à Valence. Il y subit un terrible martyr devant de nombreux témoins, qu'il supporta avec une force admirable. Il mourut le 22 janvier 304. Son courage dans ses souffrances le rendit vite célèbre et son culte se répandit rapidement partout. Il fait partie, avec saint Etienne et saint Laurent, des trois plus célèbres diacres. Saint Vincent est aussi le sympathique et populaire patron des vignerons ! Quant à Anastase, nous savons peu de choses de lui. Il était un moine persan, et le roi des perses Chosroas lui fit trancher la tête en 628. Son chef fut transporté à Rome, où il était vénéré vers 650. En 1221, les reliques de St Vincent furent aussi apportées d'Espagne et placées dans la basilique dédiée à St Anastase.

La fête de saint Vincent est l'occasion de parler un peu des diacres. Le livre de la Bible appelé "Actes des apôtres" raconte que, débordés par l'activité, les apôtres décidèrent d'instituer des diacres, personnes choisies pour servir les pauvres. Puis on leur confia plus tard aussi la prédication dans l'église et la distribution de la sainte Communion. C'était bien la mission de saint Vincent... Ces diacres nous rappellent comme nous devons cultiver dans l'Eglise l'esprit de service de nos frères. Les hommes, aujourd'hui comme hier, ont toujours jugé de la valeur de l'Eglise et d'un chrétien, à la bonté qu'il manifestait pour ses frères. Sommes nous de vrais témoins de ce service ?


Pratique : Aujourd'hui nous ne refuserons aucun service.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader