Samedi 8 avril : Prière proposée par Dominique Ponnau

Samedi 8 avril : Prière proposée par Dominique Ponnau

Semaine #67 : Dominique Ponnau, historien de l'art, conservateur général honoraire du patrimoine

« Royaume de France, Royaume de Marie » (Regnum Galliae, Regnum Mariae). En ces quelques mots, tout est dit. La France, fille aînée de l’Église, est l’un des pays, sinon le pays, privilégiés par Notre Dame. En 1922, le pape Pie XI proclame d’ailleurs Notre Dame de l’Assomption patronne principale de la France.

Je récite la prière de Léon Bloy à la Sainte Vierge.

« Ma Souveraine bien-aimée »

« Ma Souveraine bien-aimée, je ne sais pas ce que c’est que de vous honorer
dans tel ou tel de vos mystères, selon qu’il fut enseigné par quelques-uns de vos amis.
Je ne veux savoir qu’une chose, c’est que vous êtes la Mère douloureuse,
que votre vie terrestre n’a été que douleur, et que je suis un des enfants de votre douleur.
Je me suis mis à votre service comme un esclave,
je vous ai confié ma vie temporelle et spirituelle
pour obtenir par vous ma sanctification et celle des autres.
C'est de cette manière seulement, à ce titre seul, que je peux vous parler.
Je manque de foi, d’espérance et d’amour.
Je ne sais pas prier et j’ignore la pénitence.
Je ne peux rien et je ne suis rien qu’un fils de douleur.
Je ne me connais aucun mérite, aucun acte vraiment bon
qui puisse me rendre agréable à Dieu,
mais je suis cela, un fils de douleur.
Vous savez qu'autrefois, obéissant à une impulsion qui me venait certainement de vous,
j'ai appelé sur moi toute la douleur possible.
À cause de cela, je me persuade que ma douleur,
qui a été grande et continuelle, peut vous être offerte.
Puisez dans ce trésor pour payer mes dettes et celles de tous les êtres que j’aime.
Et puis, si Dieu le permet, donnez-moi d’être votre témoin dans les tourments de la mort.
Je vous le demande par votre très doux nom de Marie.
Ainsi soit-il. »

Léon Bloy (1846-1917), romancier français connu pour son roman Le Désespéré, aimait à prier la Vierge douloureuse qu'il nommait « Ma Dame de Compassion ».

Découvrez l'Email du Samedi Notre Histoire avec Marie #67

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

0 partage
15 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

    • Ajoutez une image
    Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies