Jour 2 - Sainte Agnès

Jour 2 - Sainte Agnès

Qui suis-je ? 

Je suis Agnès de Rome, je suis très honorée de te témoigner de ma foi. J'espère qu'elle te montrera combien Dieu est grand et fait des merveilles pour ceux qu'ils aiment. N'ai pas peur de donner tout au Seigneur, il te le revaudra au centuple. Je suis née en 290 à Rome. Tu peux aussi lire mon histoire dans le « De Virginibus » de saint Ambroise. On me fête le 21 janvier mais aussi le 28 janvier en mémoire d'une de mes apparitions. J'ai choisi de me consacrer exclusivement au Seigneur dès le berceau, c'est pourquoi je prenais un soin particulier à préserver mon cœur de toute sollicitation impure de l'extérieur. Malheureusement, le fils du préfet de Rome me fit des avances régulières dès mes 12 ans mais je ne cédais pas. Mes parents connaissant les désirs de mon âme, ne m'engagèrent pas non plus à lui. Mais quelques mois après, c'est le père de ce prétendent qui vint lui-même me voir pour me forcer à épouser son fils. Il paraît que je l'avais rendu malade d'amour. Le début du martyre commença alors. J'allais passer par une longue série d'épreuves et d'humiliation en tout genre : marcher nue dans toute la ville jusqu'à un lieu de prostitution, être visité dans ma couche par plusieurs jeunes hommes, condamnée à bruler vive sur un bûcher, mourir décapitée…Jamais ma virginité ne fut violée. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, à chaque fois mon Roi faisait un miracle pour me sauver ! Mes cheveux me recouvrent entièrement quand je marche dans les rues, un ange lumineux rend le lupanar cénacle vivant, le fils du préfet meure devant mes yeux avant d'abuser de moi et ressuscite ensuite croyant et le feu du bûcher s'éteint de lui-même ! Mon Seigneur Jésus, m'environne de toutes parts, comme un mur, que l'on ne saurait forcer, je lui ai donné toute ma virginité et ma confiance et voyez comme il me la rend ! Enfin, la dernière épreuve ne m'en est que plus douce : le bourreau hésite à frapper ma nuque, je ne lui en veux, et pourtant je le harangue de se dépêcher pour que je puisse rejoindre Celui que mon cœur aime. Mon âme environnée de lumière s'élance alors comme une colombe à travers les airs, et un groupe d'anges l'accompagne dans ce sentier lumineux. Le Seigneur me couronne doublement des couronnes du martyres et de la virginité, et sur terre, on me proclame patronne de la Chasteté, de la Pureté et de la Virginité. Aujourd'hui je suis heureuse avec mon Divin Epoux, je chante à Jésus l'Hymne des vierges que vous direz plus tard avec moi ! J'adore le Christ dont la Mère est Vierge. Car, lorsque je l'aime, je suis chaste ; lorsque je le touche, je suis pure ; lorsque je l'embrasse, je suis vierge. Il m'a donné du miel et du lait et son Sang a décoré mes joues. Rien au monde ne saurait me faire quitter l'Epoux, que j'ai choisi. Je ne savourai jamais que miel de ses délices, le lait de ses consolations.

Contemplation d'une icône

Observons ce portrait de jeune fille vierge. Agnès possède le teint basané, elle est Romaine mais typée comme les apôtres d'orient. Nous pouvons imaginer son âge : 10 ou 12 ans ! Les tissus qui l'ornent possèdent le pli et la souplesse du taffetas et témoignent de son haut rang sur terre mais aussi au Ciel. Ses vêtements possèdent une étoffe bleu marine, et son voile couleur azur fait penser aux jeunes novices…Elle possède les couleurs de la vierge des vierges, Marie, et est certainement une de ses filles favorites. C'est une princesse, une délicate fiancée, une autre petite Marie, qui se présente au temple en offrande. Dans ses bras repose en agneau : Celui qui est mort pour elle et dont elle réactualise le sacrifice dans sa propre chair. Elle porte bien son nom : « Agnès » comme « agneau » ! En grec son prénom signifie « chaste ». L'enfant et l'agneau sont une image de la petite Ostie toute blanche, toute pure, toute donnée… Son visage exprime un sourire paisible, le détachement vie à vis du monde et l'envol vers Dieu. Agnès est représentée sans aucun ornement, en toute sobriété mais nous pouvons rester saisis de la clarté qu'elle dégage et de son délicat rayonnement. On voit représenté Sainte Agnès de différentes manières dans d'autres œuvres : debout avec un diadème sur la tête et un livre à la main. A ses pieds sont un glaive et la flamme d'un bûcher qui indiquent les deux genres de tourmente qu'elle eut à souffrir. Debout tenant une couronne ; à genoux et tenant un petit agneau sur un livre ; à genoux et près d'elle un agneau ; tenant une branche de lys; défendue par un ange dans le lieu public où elle a été exposée ; recouverte de sa chevelure comme d'un manteau ; brûlée vive… Sainte Agnès, conduisez-nous à la vierge Marie, la tendre et pure brebis qui nous a donné ce Sauveur. Vous qui reflétez le doux éclat de sa virginité, obtenez-nous d'elle un de ces regards qui purifient les cœurs. Nous vous supplions, ô Sainte Agnès, pour la sainte Eglise qui est aussi l'Epouse de Jésus. C'est elle qui vous a enfantée à son amour ; c'est d'elle que nous aussi tenons la vie et la lumière. Obtenez qu'elle soit de plus en plus féconde en vierges fidèles.

La Prière de Sainte Agnès de Rome 

« Dieu tout-puissant, seul Adorable, seul Redoutable, Père de Jésus-Christ notre Seigneur, je Te bénis, Toi qui, par ton Fils unique, m'as fait échapper aux menaces de ces hommes impies et m'as fait traverser sans souillure les impuretés du démon. Voilà que maintenant, par ton Esprit-Saint, je suis comme pénétrée d'une rosée céleste, le feu s'arrête et s'éteint devant moi, la flamme se partage et l'embrasement du foyer se reporte contre ceux qui l'ont allumé. Je Te bénis, ô Père glorieux, qui me donnes un cœur intrépide pour aller à Toi, même à travers les flammes. Voilà que ce que j'ai cru, je Le vois ! Ce que j'ai espéré, je Le tiens ! Ce que j'ai désiré, je L'embrasse ! Mes lèvres et mon cœur Te confessent et j'aspire à Toi du plus profond de mon être. Je vais, je vais à Toi, ô seul vrai Dieu qui, avec ton Fils Jésus-Christ notre Seigneur, et avec ton Esprit-Saint règnes dans tous les siècles des siècles. Amen ! » 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader