Facebook PixelRécit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC - Hozana

Récit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC

Récit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC

( 18 )      RÉCIT DES APPARITIONS, réalité des apparitions.

Était-ce un halluciné ?

  On n'a jamais dû reste contesté sérieusement la sincérité de Nicolazic, mais ne s'est-il pas trompé lui-même?

  N'était-ce pas un malade, comme s'obstinait à le répéter son recteur au début, ou, comme on dirait aujourd'hui, un halluciné ?

  C'est à notre époque une question importante ; et il est nécessaire de l'envisager avec le plus grand soin, sans le moindre parti pris…

  L'halluciné est un malade, un déséquilibré ; un taré.

  Or Nicolazic n'est rien de tout cela ; il est même tout le contraire : ni son tempérament, ni son sexe ni son âge, ni ses habitudes ne le prédisposent à cet état morbide.


Avant les apparitions. - Au moment où les apparitions commencèrent, Nicolazic avait quarante ans ; ce n'est pas à cet âge que l'on devient brusquement un halluciné sans cause apparente.

  Ce n'était pas un rêveur ; - dans l'importante exploitation qu'il dirigeait, il montrait un tel sens pratique qu'il obtenait toujours les meilleures récoltes du village.

  Ce n'était pas un intempérant. - Nous n'ignorons pas que les paysans bretons, quand ils ont une longue habitude de l'ivresse, peuvent énerver leur organisme au point d'amener un trouble mental qui leur suggère des visions bizarres. Mais, les contemporains ont pris soin de noter que Nicolazic se faisait précisément remarquer par sa sobriété.

  Ce n'était pas un esprit faible. - Les paysans n'accordent leur confiance et ne font confidence de leurs affaires qu'à ceux qui montrent une réelle supériorité par leur droiture d'esprit et leur pondération : or Nicolazic était estimé de tous, et on le prenait comme

arbitre dans les causes difficiles.

  Ce n'était pas un mystique, dans le sens péjoratif de ce mot.- Il avait, il est vrai des pratiques religieuses, il communiait souvent, et il avait presque toujours son chapelet en main ; il pensait souvent à sainte Anne. Cette piété simple, virile, sans trouble et sans

ostentation, le préparait peut-être à avoir des visions réelles, comme d'autres mystiques. chez qui le sens pratique s'unit aux faveurs exceptionnelles ; mais elles ne le prédisposaient nullement aux illusions d'un malade qui croit voir ce qu'il ne voit pas.

  Ce n'était pas un mélancolique. - La gravité de son caractère le mettait à égale distance d'un enjouement déplacé et de la tristesse maladive. Les prêtres de la paroisse étaient d'accord avec tout le monde pour le regarder comme un homme prudent et sage ; et les

religieux qui eurent à l'examiner constatèrent « qu'il était d'un bon jugement ».,


Pendant les apparitions. - Voyons-le maintenant au moment où les apparitions se produisent.


  •  D'après les aliénistes, les hallucinations dépendent de l'organisme du sujet et des circonstances extérieures qui influent sur lui. Si toutes ces conditions demeurent les mêmes, elles amènent fatalement des visions identiques. Or, dans les visions de Nicolazic,

les circonstances étant identiquement les mêmes, les phénomènes surnaturels varient ; et lorsque, au contraire, les circonstances extérieures varient il arrive parfois que les apparitions sont identiquement les mêmes.

  Les apparitions sont donc indépendantes de l'organisme du Voyant.

  Et rien de plus varié que ces apparitions.

  Tantôt c'est un flambeau qu'il voit, et tantôt c'est une personne. Tantôt le cierge est porté par une main bien visible, et tantôt il est suspendu en l'air sans rien qui le soutienne ; tantôt il ne bouge pas, et tantôt il se déplace.

  Quant à la personne, d'abord elle est silencieuse, ensuite elle parle. Elle se montre en plusieurs endroits : à la fontaine, près de la croix, dans la grange et ailleurs encore. Le plus souvent elle est immobile ; cependant dans la nuit la plus mémorable, elle fait route sur un long parcours en compagnie du Voyant.

  - La parole est toujours douce et agréable, mais l'accent n'est pas toujours le même ; tour à tour elle blâme ou elle console, elle encourage ou elle donne des ordres.

  Au cours des manifestations mystérieuses, Nicolazic perçoit tantôt le bruit d'une multitude en marche et tantôt des chants angéliques qui le ravissent en extase.

  Et ce qui frappe le plus dans les apparitions de Keranna, c'est encore moins la variété que l'enchaînement continu et la progression harmonieuse. Elles convergent toutes vers un même but, depuis les visions très humbles qui les commencent jusqu'aux déclarations

éclatantes qui les terminent.

 Dans les hallucinations on ne trouvera pas cette prodigieuse variété : l'halluciné est un malade qui fait toujours les mêmes rêves.

A suivre :

J'allume mes neuvaines sur le sanctuaire

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader