O Sagesse, … venez pour nous enseigner la voie de la prudence.

O Sagesse, … venez pour nous enseigner la voie de la prudence.

Partition de la première des 7 grandes antiennes de Noël  

.      

      Tout au long de la semaine qui précède la fête de la Nativité de Notre Seigneur, l'Eglise implore Dieu pour qu'Il nous obtienne différentes faveurs grâce à la naissance de son Fils. Ce sont les antiennes en ‘'O'' car elles commencent toutes par cette lettre. Chaque jour, nous pourrons nous unir à cette courte prière avec le texte de ces antiennes auquel sera joint le commentaire de Dom Guéranger. 

        Essayons de retrouver le sens surnaturel de la naissance du sauveur, en utilisant le terme ''Nativité '' de préférence au mot ''Noël '' que le matérialisme moderne a vidé de son sens.


           O Sagesse,  qui êtes sortie de la bouche du Très-Haut, atteignant d'une extrémité à une autre extrémité, et disposant toutes choses avec force et douceur : venez pour nous enseigner la voie de la prudence.

.

Commentaire de Dom Guéranger

        O Sagesse incréée qui bientôt allez vous rendre visible au monde, qu'il apparaît bien en ce moment que vous disposez toutes choses ! Voici que, par votre divine permission, vient d'émaner un Édit de l'empereur Auguste pour opérer le dénombrement de l'univers. Chacun des citoyens de l'Empire doit se faire enregistrer dans sa ville d'origine. Le prince croit dans son orgueil avoir ébranlé à son profit l'espèce humaine tout entière. Les hommes s'agitent par millions sur le globe, et traversent en tous sens l'immense monde romain ; ils pensent obéir à un homme, et c'est à Dieu qu'ils obéissent. Toute cette grande agitation n'a qu'un but : c'est d'amener à Bethléhem un homme et une femme qui ont leur humble demeure dans Nazareth de Galilée ; afin que cette femme inconnue des hommes et chérie du ciel, étant arrivée au terme du neuvième mois depuis la conception de son fils, enfante à Bethléhem ce fils dont le Prophète a dit : « Sa sortie est dès les jours de l'éternité ; ô Bethléhem ! tu n'es pas la moindre entre les mille cités de Jacob ; car il sortira aussi de toi. » O Sagesse divine ! Que vous êtes forte, pour arriver ainsi à vos fins d'une manière invincible quoique cachée aux hommes ! Que vous êtes douce, pour ne faire néanmoins aucune violence à leur liberté ! Mais aussi, que vous êtes paternelle dans votre prévoyance pour nos besoins ! Vous choisissez Bethléhem pour y naître, parce que Bethléhem signifie la Maison du Pain. Vous nous montrez par là que vous voulez être notre Pain, notre nourriture, notre aliment de vie. Nourris d'un Dieu, nous ne mourrons plus désormais. O Sagesse du Père, Pain vivant descendu du ciel, venez bientôt en nous, afin que nous approchions de vous, et que nous soyons illuminés de votre éclat ; et donnez-nous cette prudence qui conduit au salut.


          O Sagesse, qui êtes sortie de la bouche du Très-Haut, atteignant d'une extrémité à une autre extrémité, et disposant toutes choses avec force et douceur : venez pour nous enseigner la voie de la prudence.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

12 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader